De bonnes matières grasses, oui, mais en quelle quantité ?

Mon article vous plaît ? Merci de le partager !

Les bonnes matières grasses sont absolument vitales pour notre corps.

Toutes nos cellules en ont besoin, et en consommer trop peu est tout à fait

préjudiciable à notre santé.

Mais en consommer trop a également des conséquences sérieuses, puisque cela

est source d’inflammation chronique.

Et cela est vrai pour les matières grasses animales comme pour les matières

grasses végétales.

 

bonnes matières grasses

 

Il est nécessaire de manger chaque jour de bonnes matières

grasses

Les bonnes matières grasses sont des matières grasses animales ou végétales

qui n’ont pas subi de transformation par l’industrie agro-alimentaire.

Des transformations par trop de chaleur ou le raffinage ou l’ajout d’ingrédients.

La semaine prochaine je préciserai celles qui sont les plus saines, comment notre

corps en bénéficie et ce qui se passe lorsque nous en manquons.

 

Les matières grasses sont notre première source d’énergie, elles soutiennent

la qualité de nos cheveux, de notre peau, de notre système immunitaire, de

notre système hormonal, et le fonctionnement de notre cerveau, entre autres.

 

Sans elles, par exemple, nous ne pouvons assimiler correctement les vitamines

qui sont solubles dans la matière grasse, comme les vitamines A, D, E et K.

C’est pour cette raison que je disais ici qu’il était nécessaire d’ajouter de l’huile

à nos crudités.

 

Les bonnes matières grasses en quantité normale ne font pas

grossir !

Il s’agit là d’une croyance bien installée, serinée depuis des décennies :

Fuyez les matières grasses si vous voulez espérer perdre du poids !

Jamais cela n’a pourtant été vérifié.

C’est même le contraire qui se vérifie, et s’explique d’ailleurs assez logiquement :

 

Les matières grasses sont parfaites pour combler la faim.

Si vous vous privez des bonnes matières grasses dont votre corps a besoin, vous

irez nécessairement chercher dans la consommation de produits sucrés de quoi

combler votre faim.

Trop de céréales, trop de fruits (devenus très sucrés à notre époque) et de

produits transformés en tous genres qui contiennent en général beaucoup de

sucre de mauvaise qualité.

Ce trop de sucres, parce qu’on manque de matières grasses, fait en réalité

grossir.

Alors que certaines bonnes matières grasses font perdre du poids.

 

De nombreuses études ont prouvé que les régimes qui limitent les matières grasses

ne font pas plus perdre de poids que n’importe quel autre régime. (et aussi

longtemps qu’on le suit, vous savez bien…!).

Je vous en indique une qui portait sur des personnes obèses ou en surpoids, et qui

avaient suivi au moins durant six mois ce régime avec peu de matières grasses.

La conclusion est simple :

« Les effets à long terme d’un régime limité en matières grasses sur la

perte de poids n’ont pas été établis »

Alors surtout cessez d’acheter des produits allégés en matières grasses sachant

quels autres problèmes ils posent.

 

Remarquez que nous avons justement été encouragés à diminuer notre ration

de matières grasses à la même époque où les publicités pour les petits-déjeûners

de céréales sont apparues.

Ce qui s’est traduit par des « épidémies » de diabète, d’obésité et des problèmes

de taux de sucre sanguin.

 

L’excès de matières grasses animales crée de la dysbiose

Qu’est-ce que la dysbiose ?

C’est le déséquilibre entre les organismes qui nous veulent du bien et ceux qui

nous nuisent, parmi ceux qui composent notre flore intestinale. (microbiote ou

microbiome).

Les mauvais dominent, comme les mauvaises bactéries, les mauvaises levures,

les champignons, parasites et virus.

Le cas de la candidose par exemple.

 

La dysbiose est la conséquence d’une digestion de mauvaise qualité,

même si on n’en a pas conscience le plus souvent.

Cette dysbiose entraîne automatiquement l’inflammation de la muqueuse

intestinale, et de l’inflammation dans le sang, qui deviendra chronique.

Car les mauvaises bactéries et autres organismes nuisibles sécrètent des toxines

appelées endotoxines,  qui passent dans le sang et créent cette inflammation

chronique.

 

Or les matières grasses animales détruisent les bonnes bactéries,

donc contribuent à augmenter la proportion de mauvaises bactéries, c’est-à-dire

contribuent à la dysbiose.

Cela ne signifie pas qu’il faille se détourner des matières grasses animales.

Mais qu’il faut surveiller leur quantité.

 

En excès, même les bonnes matières grasses créent de

l’inflammation chronique

Animales ou végétales, cela ne change rien.

Si vous avez écouté ma conférence « Anti Spirale Inflammatoire » vous savez que

la mauvaise digestion (et donc la dysbiose) a de nombreuses causes, le stress,

l’anxiété, les aliments transformés, les mélanges et proportions inadaptés

d’aliments au même repas etc.

Ce qui n’a pas beaucoup à voir avec le fameux équilibre acido-basique qui nous

est conseillé périodiquement comme un marronnier de la presse santé !

 

Les matières grasses, végétales ou animales, ont un rôle problématique

dans la dysbiose dont je viens de parler.

En effet elles favorisent le passage des fameuses endotoxines à travers

la muqueuse intestinale.

Muqueuse intestinale que les mauvaises bactéries ont rendue trop poreuse en

créant de l’inflammation.

On sait maintenant que ces endotoxines, libérées 24 heures sur 24, sont au moins

aussi dangereuses que les pires produits chimiques de notre environnement,

métaux lourds compris.

 

L’excès de matières grasses, quelles qu’elles soient, est donc un facteur essentiel

dans la création de l’inflammation chronique.

Ce qui implique d’être prudent face à la mode des régimes « paléo » et cétogène

qui déferle un peu partout et sans cesse.

Comme toujours, toute forme de régime qui porte un nom est à proscrire, car il a

évidemment son revers.

La santé ne peut qu’être le fruit de l’équilibre adapté à chacun et jamais

d’un dogme.

 

Be Sociable, Share!

15 réponses à De bonnes matières grasses, oui, mais en quelle quantité ?

  • Pierre dit :

    Bonsoir Marie,

    Si ma mémoire est fidèle, le régime ( désolé d’utiliser un nom de régime ! ) méditerranéen recommande un minimum de 30 % de matières grasses donc grosso modo 800 cal/jour ou 90 gr d’huile ou de graisse animale par jour.

    ESt ce trop ? Quelle est la bonne recommandation?

    d’avance merci !

    @+

    Pierre

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Pierre,

      Si un pourcentage pouvait être la réponse je l’aurais donné.
      De toute façon cela dépend de ce que comprend ce pourcentage : graisses animales, végétales et lesquelles ?
      C’est ça qui est important.

      D’ailleurs le terme « régime méditerranéen » n’est qu’un concept marketing !
      Pour faire vendre sur un nom inventé, car il existe des tas de versions de se nourrir dans cette région du monde.
      Produits laitiers, un peu ou beaucoup, et lesquels ?
      Viande rouge tous les jours ou une fois de temps en temps ou jamais ?
      Etc pour presque tout.

      Seule l’hygiène de vie générale est la même (était parce que cela a bien disparu globalement) et explique donc certainement les statistiques favorables.
      Je pense que le plus déterminant est l’absence de produits transformés et le peu de stress.
      Surtout que d’autres zones du monde aussi performantes ne mangent pas du tout, mais pas du tout, comme en Sardaigne ou à Icare.
      Parce que c’est là que les chiffres sont spectaculaires ; ailleurs en Méditerranée, rien de spécial.
      Le nom est totalement mensonger.

      Donc les 30 %, ou 40 pour d’autres « sources », ne sont là que pour faire croire à une solution automatique, facile, qui épargne l’effort de réfléchir.
      Il ne faut pas être dupe.
      On n’améliore rien en appliquant une recette.
      La bonne quantité de matières grasses dépend des autres éléments du repas, car cela change la manière dont la digestion se fait.
      La clé est là.
      Et surtout c’est en améliorant la flore intestinale, donc en diminuant de manière importante la quantité de mauvaises bactéries, que l’on empêche le passage de trop d’endotoxines à travers la muqueuse.
      Parce que la « faute » n’incombe pas aux matières grasses, mais à la présence de mauvaises bactéries en trop grand nombre.

      Bonne soirée.
      Marie.

      • Pierre dit :

        Bonjour Marie,

        Merci de ta réponse et merci encore du temps que tu nous consacres tout en nous offrant une source d’information fiable, et qui n’hésite pas à mettre en cause, à questionner , voir à prendre le contre pied, en un mot à faire réfléchir ! C’est le seul site sur le net auquel je fais totalement confiance.

        Pour la graisse « complémentaire quotidienne »que je puis mesurer » il s’agit de graisse végétale
        – 8 olives
        -15 gr d’huile de colza ( que je remplacerai probablement pas 30 gr de graines de lin moulue du jour )
        – au moins 15 gr de coco
        ma consomation moyenne de beurre fermenté est d’environ 2g/jour

        Pour le reste ce sont des graisses animales venant souvent de poisson gras, et rarement de la viande.

        Si je dépasse ces quantités mes selles deviennent plus légères que l’eau, donc c’est que j’en ai consommé de trop.

        Par contre si je supprime les olives ou le colza, je puis prendre plus de coco que la réduction de l’autre graisse, un peu comme si il digérait plus facilement.

        Au point de vue flore intestinale ( je préfère garder le mot flore, à mes yeux plus poétique ) je consomme une assiette à entremet de légumes fermentés ( faits maison ) mélangés à du thé et des algues – très peu ( quelques grammes ) de beurre fermenté ( fait maison ) – un verre de kombucha par mois ( je suis une recette beaucoup plus pauvre en sucre et la seconde fermentation dure au moins un mois la boisson n’est plus sucrée )

        En suivant ces réglages et en y ajoutant 1 Cuillère à café de psyllium par jour je satisfais à la fois
        – tous les critères que tu as donnés au sujet des selles
        – et celui du Dr Kousmine ( la serviette de toilette n’est plus nécessaire )

        Je te souhaite un bon week end !

        @+

        Pierre

      • Marie Kelenn dit :

        Bonsoir Pierre,

        Je ne prends pas le contre-pied, mais je travaille avec des connaissances, pas des informations.
        Ce qui change tout.

        L’article sur les omégas va t’aider donc.
        Je précise à nouveau que fermenter du beurre à la maison ne peut être fait dans les règles.
        Les règles, c’est-à-dire éviter les levures si dangereuses.

        De plus tu bois encore du kombucha, plein de levures.
        Une étude récente grand public a même pointé le rôle des levures dans le cancer.

        Tu vois, c’est ça la connaissance : des études scientifiques qui prouvent la présence de ces levures et leur danger chez la grande majorité des gens.
        Sucre ou pas sucre, ce n’est pas le critère ici.
        Je possède ces études non publiques. Je sais de quoi je parle.

        Toi tu fais confiance à l’information, trouvée dans des livres (n’importe qui peut publier un livre, cela n’a aucune valeur scientifique).
        Et ton livre s’inspire d’un célèbre américain devenu businessman de la fermentation, qui ne se fonde sur aucune donnée scientifique.
        J’ai été formée par une ancienne disciple de ce monsieur qui a pris ses distances pour ces raisons justement.
        C’est une jeune femme praticienne de santé, rien à voir avec lui.
        Et sa formation n’a rien à voir avec un livre vendu à la Fnac.

        Donc fais attention.
        Bonne soirée.
        Marie.

  • leroux christiane dit :

    BONSOIR MARIE;
    J’attends impatiemment votre lecture sur les matières grasses !!!!
    En espérant que la graisse de coco reste la meilleure car maintenant je l’ai adoptée !!!!
    Le gras m’écœure….. depuis toujours mais j’aime les poissons gras comme le saumon etc….
    Au plaisir de vous lire semaine prochaine.
    Continuez, vos conseils sont inégalable.
    Chris….

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Christiane,

      Il est quand même important de bien vous souvenir que même si la matière grasse choisie est de qualité, sa quantité joue un rôle majeur.
      Le gras vous écoeure, ce qui signifie que votre digestion n’est pas très performante…!
      Le saumon vous est très utile, vous verrez la semaine prochaine justement.

      Merci Christiane.
      Bonne soirée.
      Marie.

  • Michèle dit :

    Bonjour Marie,

    J’´ai hâte de lire l’article promis qui va, comme tous les sujets que vous traitez, m’apporter de précieux conseils dont je vous suis infiniment reconnaissante.

    J’ai adopté la graisse de coco que j’apprécie beaucoup tant en cuisine qu’en soins corporels mais si je songe que j’ajoute de l’huile d’olive à la salade, les quantités sont probablement excessives.

    Merci Marie de nous transmettre le fruit de vos recherches.

    Je vous souhaite une belle journée.

    Michèle

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Michèle,

      Une cuiller à soupe de graisse de coco à chaque repas c’est la quantité considérée comme thérapeutique par le grand chercheur en « graisse de coco », le Docteur Bruce Fife.
      Donc pour un usage culinaire cette quantité n’est pas nécessaire.
      Et en tous cas elle est maximale.

      L’huile d’olive doit être utilisée en quantité modérée, parce que comme toute huile liquide insaturée (extraite) elle s’oxyde à l’air et à la lumière.
      Quelles que soient ses vertus par ailleurs.

      Il y a surtout les graisses des oléagineux, des produits laitiers et de la chair animale.

      Gardez le cap avec la graisse de coco !
      Vos quantités ne sont certainement pas excessives.

      Merci Michèle et bonne journée à vous.
      Marie.

  • nadia dit :

    Bonjour Marie,

    le problème avec les matières grasses c’est qu’elles ont ont été décriées et accusées de faire grossir. Or elles constituent au même titre que les glucides ou les protéines des briques élémentaires de notre constitution. Le plus difficile est de trouver un équilibre pour les quantités et la qualité qui dépend bien sûr des manipulations effectuées pour obtenir le produit. Moins on chauffe et moins on rajoute d’adjuvants mieux cela vaut pour nous.

    Merci pour tes précieux conseils.
    Bonne fin de semaine
    Nadia
    nadia Articles récents…Le jeûne intermittent : une solution minceur santéMy Profile

  • Cécile dit :

    Bjr Marie,
    Moi aussi, grâce à tes conseils , j’ai adopté l’huile de coco en cuisine, je l’adore et je suis sûre qu’elle m’a « soigné » de quelques désagréments ( je ne vais pas rentrer dans les détails), alors pour ceux qui hésitent encore, n’hésitez plus !
    Je garde un peu d’huile d’olive pour « tes tartares d’algues maison »!
    Belle soirée
    Cecile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Cécile,
      Je ne doute pas que l’on puisse régler des problèmes de santé parfois sérieux, grâce à cette graisse de coco.
      Et pour tes salades aussi de l’huile d’olives j’imagine ?
      Bonne soirée.
      Marie.

  • Ping : Matières grasses nécessaires et meilleures sources - Nourriture-SantéNourriture-Santé

  • Ping : Nourrir votre corps après les repas de fêtes - Nourriture-SantéNourriture-Santé

  • Ping : Acides gras saturés et santé cardiaque - Nourriture-SantéNourriture-Santé

  • Ping : Créer de l'inflammation avec une simple salade - Nourriture-SantéNourriture-Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Nettoyez votre foie en douceur après les excès des vacances






 Recevez chaque nouvel article dans votre boîte mails

ainsi que la formation  :

« Détoxication du foie »

réservée aux abonnés