Combattre les douleurs chroniques efficacement

Mon article vous plaît ? Merci de le partager !

Les douleurs chroniques représentent la première cause d’arrêt de travail.

Et la principale raison qui gâche la vie des gens.

En France plus ou moins une personne sur cinq en est atteinte, dont la moitié

souffre ensuite de dépression devant l’impossibilité des traitements à soulager

la douleur.

 

Les laboratoires pharmaceutiques vendent des anti-inflammatoires et des anti-

douleurs en quantité.

Les laboratoires de compléments alimentaires proposent leurs solutions, en

quantité également, et assez fréquemment à base de curcuma.

De plus en plus de personnes savent par ailleurs que l’alimentation joue un rôle

central, tant au niveau des causes que des symptômes.

 

Des études scientifiques et l’expérience d’un lecteur vous aideront peut-être

à faire des choix plus pertinents quand vous serez confronté à l’obligation de

soulager la douleur qui vous handicape.

 

Nicolas n’avait jamais lu un seul de mes articles.

Lors d’une crise particulièrement redoutable de spondylarthrite ankylosante,

maladie dont il souffre depuis dix ans environ, il a trouvé ma conférence ASI.

 

douleurs chroniques

 

Les anti-inflammatoires de synthèse et vos intestins

Mal à la tête, au ventre, au cou, au genou, à l’épaule, le réflexe immédiat est de

vouloir soulager la douleur.

Réaction totalement légitime, surtout dans des cas aussi douloureux que, par

exemple, les maladies auto-immunes comme la spondylarthrite ankylosante.

 

Pourtant leurs effets secondaires peuvent vous faire regretter d’y avoir recouru !

Ils attaquent notamment la muqueuse intestinale qui devient alors trop poreuse.

Ce qui est la source de très nombreux maux, notamment des maladies auto-

immunes.

 

Wolfe M. MD, Lichtenstein D. MD, and Singh Gurkipal, MD,

Gastrointestinal Toxicity of Nonsteroidal Anti-inflammatory Drugs.

The New England Journal of Medicine, June 17, 1999, Vol.340, No.24,

pp. 1888-1889.

 

L’aspirine, même à petites doses, crée des lésions dans l’intestin grêle.

Donc laissez-la où elle est si vous tenez à assimiler les nutriments de vos

aliments !

 

Endo H, Sakai E, Kato T, Umezawa S, et al. Small bowel injury in low-dose aspirin

users.

J. Gastroenterol. 2015 Apr; 50(4) : 378-86.

 

Les anti-inflammatoires de synthèse vous privent de nutriments

essentiels

Les lésions dont ils sont responsables dans la muqueuse intestinale contribuent à

des carences tant en vitamines qu’en minéraux.

Puisque c’est au niveau de la muqueuse intestinale que l’assimilation des

nutriments a lieu en grande partie.

 

Il s’agit surtout de la vitamine C, des folates, du fer et du glutathion.

Dont le corps a justement besoin pour mieux résister à l’inflammation.

 

J’espère que vous n’imaginez pas que ce sont des compléments alimentaires

qui vont régler ce problème de carence !

Eux non plus ne seront pas assimilés, bien évidemment.

 

Ils vous engagent donc dans un cercle vicieux, sans rien régler

mais en aggravant la situation

Si vous souffrez de douleurs chroniques c’est que votre muqueuse intestinale est

inflammée à cause d’une flore déséquilibrée.

Une flore en dysbiose donc, qui crée de l’inflammation intestinale, ce qui génère

de l’inflammation chronique en vous.

Ecoutez la conférence ASI et lisez ces articles pour mieux voir le lien de cause

à effet :

Lectines et inflammation chronique

Créer de l’inflammation avec une simple salade

 

Donc si un anti-inflammatoire agresse votre muqueuse il est responsable de plus

d’inflammation chronique finalement !

Et en vous privant des nutriments nécessaires à la réparation de cette muqueuse,

il vous condamne à plus de douleurs…

 

L’expérience de Nicolas (43 ans) avec les anti-inflammatoires de synthèse :

J’ai pris pendant longtemps des anti-inflammatoires avec une efficacité quasi

nulle.

Cela me permettait tout juste de me tenir debout et marcher lors des crises

(la douleur aiguë disparaissait).

Mais la douleur sourde restait présente, et surtout reprenait après l’arrêt

des médicaments.

Sans compter les effets secondaires sur le corps, pour moi le plus gênant étaient

les troubles du sommeil (sommeil agité).

 

Ils peuvent menacer votre vie

Les anti-inflammatoires en vente libre en pharmacie sont la réponse la plus

accessible à tous.

Ils sont appelés anti-inflammatoires non-stéroïdiens et sont censés ne pas

être dangereux.

 

C’est-à-dire les AINS tels l’ibuprofène, le paracétamol ou le tylénol.

Le paracétamol se trouve dans le Doliprane, l’Efferalgan, le Dafalagan.

 

Le 15 mars 2017 un groupe de chercheurs de la technopole de Sophia-Antipolis,

près de Nice, a publié une étude dans le Journal Européen du Coeur.

Son titre :

« Les anti-douleurs « sans risques » associés à un risque accru d’arrêt cardiaque ».

 

Les conseils donnés dans cette étude :

Les AINS sont liés à un risque plus élevé d’arrêt cardiaque, ils sont à éviter chez

les patients qui présentent des antécédents cardiaques ou des facteurs de risques.

 

Les conclusions en sont celles-ci :

Professeur Gilarson : « Le message habituellement envoyé au public au sujet des

AINS est faux. Si vous pouvez vous procurer ces médicaments librement

en pharmacie vous pensez probablement qu’ils sont sans risques pour vous.

Notre étude contribue à rendre évidents les effets secondaires des AINS sur la

santé cardio-vasculaire.

Et confirme qu’ils devraient être consommés consciemment et seulement après

avoir consulté un professionnel de santé. »

 

J’ai choisi cette étude très récente mais il en existe d’autres plus anciennes.

 

Alors la prochaine fois que vous aurez mal à la tête, plutôt que de courir chez le

pharmacien allez lire cet article concernant le lien entre maux de tête, migraines

et produits laitiers.

 

Les anti-inflammatoires naturels contre les douleurs chroniques

Ils se présentent sous forme de compléments alimentaires.

Les plus performants sont probablement ceux à base de curcuma.

Ou plutôt de curcumine qui en est le principe actif.

 

Ne comptez pas trop sur la poudre de curcuma qui est bien peu concentrée

en curcumine.

Un bon complément doit contenir 95 % de principe actif.

 

Les études sont formelles, la curcumine diminue l’inflammation.

Mais comme je l’ai déjà expliqué, ces études sont réalisées dans des conditions qui

font que cette curcumine est réellement assimilée.

 

Ce qui n’est pas du tout le cas de la curcumine contenue dans les compléments

vendus.

Les fabricants vous disent évidemment le contraire, mais même les thérapeutes

spécialisés qui conseillent le curcuma pointent ce réel problème.

 

douleurs chroniques

 

Expérience de Nicolas : 

Après deux mois de gélules de curcuma de deux laboratoires différents, elles

diminuent simplement l’intensité des crises, mais n’ont pas d’effet pour moi sur

le nombre de crises.

Elles ne sont pas une solution au problème de fond je pense.

 

Non en effet, pas d’effet de fond, c’est-à-dire pas d’effet sur les causes de cette

inflammation.

Seulement sur l’inflammation elle-même. Ce qui n’est déjà pas si mal bien sûr.

 

Cela est très logique puisque la curcumine, même naturelle, n’est « qu’un » anti-

inflammatoire.

Elle ne change pas la flore, la cause des causes !

De sorte que les problèmes liés à cette dysbiose continuent en silence finalement.

 

Les changements alimentaires pour agir sur les douleurs

chroniques

Supprimer totalement gluten et produits laitiers est absolument nécessaire

si vous désirez vraiment aller mieux.

C’est le minimum en cas de douleurs chroniques.

 

A partir de janvier je vais « dégainer » quelques articles au sujet du gluten, en

réponse (mais pas seulement !) à une accusation récemment laissée par une

lectrice, semble-t-il occasionnelle, médecin de son état.

Je me laisse aller à la « folie anti-gluten », selon elle.

Si seulement tout le monde en était atteint de cette « folie » !!

 

Pas de place non plus pour des aliments transformés, industriels.

 

Revenons à l’expérience de Nicolas en matière alimentaire :

Malgré une énorme adaptation de mon alimentation depuis des années (élimination

totale du gluten et des produits laitiers, du maïs) et un niveau de stress

fortement réduit je n’arrivais pas à franchir les derniers paliers.

Douleurs et fréquences fortement réduites mais jamais éliminées sur le long

terme.

 

En effet pour que le corps ne crée plus d’inflammation chronique, il ne suffit pas

de supprimer les aliments très inflammatoires, comme ceux qui contiennent du

gluten.

Il faut également modifier la flore intestinale plus en profondeur, ce qui permet

de réparer la muqueuse.

Et finalement de ne plus créer d’inflammation chronique donc de douleurs

chroniques.

 

Suite de son expérience

Voici ce qu’il m’a écrit après application des deux premières semaines de

changements alimentaires du programme ASI:

J’ai appliqué avec beaucoup d’assiduité les premières étapes de votre programme

et je dois avouer que les résultats sont bluffants !

J’avais une très forte poussée inflammatoire et bien depuis les poussées ont

disparu…

Depuis que je teste des « adaptations » alimentaires c’est la première fois que je

ressens des effets aussi bénéfiques.

J’avais déjà une bonne avance, gluten et produits laitiers supprimés, très peu de

viande,  jeûnes réguliers etc.

Mais je nourrissais encore ma mauvaise flore bactérienne, excès de fruits etc.

 

Il est donc possible d’obtenir une vraie diminution des douleurs chroniques

et rapidement en agissant sur les causes.

Avec des changements précis et surtout en cessant de commettre certaines erreurs,

celles dont je parle souvent, en l’air…!

 

Les erreurs à ne pas faire pour lutter contre les douleurs

chroniques

J’ai lu le livre du Docteur Seignalet dès 2009 et appliqué son « régime

alimentaire », il y avait une nette amélioration mais mes crises étaient toujours

présentes.

Régime sans FODMAP, sans sucre, jeûne alterné, jeûne de trois jours, prise de

« superaliments » (amandes, baies de goji, dattes, canneberges etc.).

Jus de curcuma et gingembre.

A chaque lecture j’incorporais ou excluais des aliments sans avoir de réponse

globale à mon problème.

 

Ceux qui me lisent régulièrement savent ce que je pense des amandes et leurs

oxalates, des baies de goji et leurs lectines si bénéfiques, du chocolat et ses

oxalates, des dattes et leur merveilleux sucre si naturel, des purées d‘oléagineux

et tutti quanti.

 

On est libre de croire aux idées que l’on veut, d’en être convaincu, c’est surtout

très rassurant de s’identifier à un groupe qui croit comme vous.

Mais seul le résultat concret, matériel, est fiable, a un sens.

 

Ceux qui souffrent de douleurs chroniques et n’ont pas encore essayé de

supprimer ces superaliments devraient je pense le faire.

Juste pour voir.

Je ne dis pas, évidemment pas, que tout le monde réagira comme Nicolas à ce

type de changements.

Même si je sais exactement pourquoi ces résultats sont possibles.

Et qu’il n’est pas le seul à avoir réagi ainsi pour d’autres types de troubles.

 

Et puis, comme il le dit lui-même dans son premier mail, bridant son enthousiasme

par crainte :

A voir dans la durée maintenant.

 

Une expérience récente très significative, alors que je voulais savoir si

tout allait encore bien, avant de rédiger cet article.

Parce que moi aussi je crains !

J’ai eu une crise cette semaine, même si d’une intensité bien moindre que celles

que je pouvais avoir ces derniers temps.

Je pense que j’ai fait des erreurs.

 

En découvrant les légumes de son repas (du jour de la crise) j’ai trouvé la cause !

Il a parfaitement appliqué les fameuses proportions qui garantissent de ne pas

nourrir la mauvaise flore, mais il a mangé des asperges…

 

Or les asperges font partie des végétaux qui contiennent le plus d’oxalates.

Et j’ai souvent dit et écrit (le prochain article détaillera cette affaire d’oxalates)

que les oxalates sont responsables de la plupart de nos douleurs chroniques

sans que nous le sachions.

 

 

Be Sociable, Share!

22 réponses à Combattre les douleurs chroniques efficacement

  • Nina dit :

    Bonsoir Marie,

    Très intéressant cet article même lorsqu’on vous lit depuis longtemps.
    Il y a toujours bien un petit truc ou un autre qui nous avait échappé, comme par exemple les asperges… Je sais grâce à vous les dégâts causés par les oxalates et qu’il fallait par conséquent éviter les épinards cuits par exemple mais j’ignorais (ou je ne m’en souviens pas) qu’il y en a aussi dans les asperges…me voila bien triste de l’apprendre moi qui les aime tant en soupe.

    Pour ce qui est du témoignage de Nicolas (que je remercie également) c’est très encourageant, j’ai vraiment hâte de commencer votre programme même si j’avoue que lire « jours de jeûne » m’effraie un peu car ça, je ne suis pas certaine d’y arriver.
    Mais ça ne m’empêche pas de décompter les jours avec beaucoup d’empressement!
    Et dès les premiers résultats je ne manquerai pas de venir témoigner.
    A très vite Marie et très bonne soirée à vous,

    Nina.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Nina,
      Je crois que vous avez lu trop vite, les jours de jeûne concernent ce que Nicolas avait pratiqué avant de connaître le programme ASI.
      Il n’y a pas de jeûne dans mon programme.
      On apprend à donner à manger aux bonnes bactéries !
      Ce qui ne veut pas dire que le jeûne n’a pas son utilité en général.
      Pour les asperges j’en avais parlé à la fin de la conférence, ajoutant que les médecins ont toujours su que les personnes ayant des ennuis rénaux devaient les éviter à cause de leurs oxalates.
      Je l’avais entendu lorsque j’étais enfant déjà, et cela me paraissait curieux !
      Merci Nina de votre message.
      Marie.

    • Nicolas dit :

      Bonjour Nina,
      J’aime beaucoup ce prénom, car c’est celui de ma fille :)
      Je suis heureux que mon témoignage puisse vous encourager.
      Comme l’a confirmé Marie le jeûne que j’ai pratiqué ne faisait pas partie du programme ASI. Je l’avais essayé avant, après avoir lu que cela pouvait calmer les inflammations chroniques. Même si je pense que cela peut avoir un intérêt de faire quelques périodes de jeûne pour améliorer sa santé globale je suis dubitatif sur ses effets durables sur nos maladies dites de société si nous ne changeons rien à ce qui alimente le feu chronique… Effet yoyo garanti je pense !
      Nicolas

  • Renzo dit :

    Bonsoir Marie,
    Je comprends parfaitement ce que peux ressentir Nicolas ainsi que les bénéfices rapides générés par l’application stricte de votre programme ASI (notamment en ce qui concerne les maladies auto-immunes de type polyarthrite …). Je peux également témoigner dans ce sens, mais je respecte le souci de confidentialité qu’une personne qui m’est chère et très proche a choisi de garder, pour l’instant !
    Cette personne applique déjà, depuis plusieurs mois, le programme et l’évolution en est réellement spectaculaire. Je l’applique également moi-même (sans être affecté, à priori, par une maladie chronique). J’ai déjà eu, à plusieurs reprises, le plaisir de vous témoigner toute ma gratitude et je vous renouvelle encore mes remerciements.
    Je félicite Nicolas pour son témoignage. J’espère que cela donnera à d’autres, l’envie de comprendre qu’une réelle alternative crédible existe et que cela fonctionne.
    Bien entendu, avant de récupérer le microbiote « de notre petite enfance » et de recréer et/ou de parfaire l’équilibre de nos bonnes bactéries, un certain temps est et sera nécessaire, en fonction de nos antécédents personnels (hygiène de vie, …) et de notre capacité à mettre en oeuvre et à appliquer durablement, les nombreux conseils et vertus de ce programme.
    Marie, merci pour votre détermination et votre travail à 200 % indispensable et vital.
    Renzo.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Renzo,

      Vous voulez dire que cette personne applique le programme ASI ? C’est ça ?
      Il faut en effet me le dire, cela me fait plaisir.
      Je ne savais pas.
      En tous cas je suis très heureuse que cette personne soit soulagée en partie de ses souffrances.

      Comme vous le dîtes et comme je le souhaite aussi, Nicolas en s’inscrivant espérait ce soulagement et m’avait dit que dans ce cas-là son expérience pourrait aider d’autres personnes.
      Quand on sait ce que souffrir cruellement veut dire on a envie que d’autres qui souffrent autant aillent mieux.
      Et profitent de ce que l’on sait et fait.

      Il faudrait surtout que les gens (comme vous le faîtes) n’attendent pas que les signaux d’alarme deviennent des troubles graves.
      Parce qu’après le temps des pilules magiques vient celui des traitements lourds ; car on a laissé la situation évoluer.
      Le temps de la vie vraiment gênée, des examens douloureux, des opérations etc.

      Vous avez raison, les vents contraires sont multiples et forts, je dois être particulièrement déterminée !
      D’autant que je sais que l’ignorance, le refus de réfléchir, profite infiniment à d’autres.
      La souffrance ne fait qu’augmenter avec le temps, alors que cela est évitable.
      Tous ceux qui le veulent le prouvent.

      Les médecins ont bien raison de pratiquer si peu la prévention finalement, cela n’intéresse pas grand monde.
      La joie de vivre par la magie, c’est tellement mieux semble-t-il !

      Retrouver notre microbiome de naissance ? Ce n’est peut-être pas une bonne idée pour tout le monde.
      Pour moi, surtout pas !
      Empoisonnement du sang dès la naissance à cause de cette flore, mort évitée de justesse après des mois de traitements plutôt violents.
      Pas un idéal du tout franchement…

      Et même pour la majorité en fait.
      Parce que le foetus hérite avant même sa naissance, contrairement à ce que l’on a longtemps cru, de la flore de maman et de papa (oui, oui !).
      Si maman a fumé ou papa le foetus le saura.
      En plus leur alimentation n’était pas trop favorable à une bonne flore, très certainement.

      Alors à nous de « redresser » la barre dès que possible, en assumant nos erreurs passées, comme pour tout.
      Il est toujours possible d’aider notre corps qui n’attend que ça en fait.
      Sinon il nous aurait abandonné et nous serions déjà mort !

      J’apprécie vraiment, sincèrement, votre soutien.
      J’en ai besoin.
      Merci à vous Renzo.

      Marie.

  • Nina dit :

    Merci beaucoup Marie pour ces précisions,
    me voila bien rassurée au sujet du jeûne ;-)
    Bien dommage pour les asperges que je vais devoir fuir dorénavant au vu de ma fibromyalgie.

  • Renzo dit :

    Bonjour Marie,
    Oui, c’est évident et vous avez raison en ce qui concerne le « microbiome de notre enfance » et l’héritage légué par nos parents et ancêtres … même si, mes parents, dans les années 60 déjà, étaient sensibilisés par une alimentation biologique de qualité (produits confidentiels à l’époque) et par une hygiène de vie simple et remplie de bon sens, dormir, bouger, respirer, faire de la relaxation, cuisiner, cultiver un potager, marcher fréquemment en pleine nature, quasi pas d’alcool ni de tabac, … tout cela ne suffit absolument pas et ne nous garantit pas, de facto, une flore de qualité !

    Oui Marie, cette personne applique scrupuleusement votre programme ASI. En fait, il a tout simplement compris qu’il n’existait, pour lui, AUCUNE autre alternative crédible pour ces terribles maladies chroniques … et que le moindre écart peut « réveiller » rapidement tous ses maux. C’est une métamorphose qui ne fut pas simple, j’ai d’abord décidé d’expérimenter sur ma propre personne, les divers conseils que vous prodiguiez sur votre blog, j’ai lu tous vos posts et tous les commentaires annexés pendant des semaines car je ne voulais pas lui parler de quelque chose d’aussi important et à contre-courant médiatique sans l’avoir « tester » moi-même, non pas que j’étais incrédule par rapport à vos écrits, mais je ne voulais tout simplement pas créer de faux espoirs en ce qui le concerne. Les changements me concernant ont tellement été convaincants et rapides que j’ai décidé de lui en parler et de lui demander d’essayer des pratiques simples mais radicales … il a bien voulu tester, et petit à petit, en voyant les effets aussi sur ma personne, il a expérimenté à son tour et à son rythme. Il a bien entendu aussi lu de manière extrêmement approfondie votre blog (ainsi que tous les liens des publications dont vous donnez les références). Bref, en voyant les améliorations très rapides sur sa personne, il a été convaincu de poursuivre de manière assidue, il aussi acheté votre livre et a entamé, il y a plusieurs mois, le programme ASI. Les changements sont tout simplement prodigieux, cela a changé radicalement sa vie, sa vision du monde, son regard sur la « médecine », ses souffrances ont disparu … sa vie redevient agréable. Cette personne est « ou était » atteinte d’une polyarthrite ankylosante … il est jeune, sportif, vivant et travaillant en Suisse, incapable de se lever le matin sans douleur, de se mouvoir en ayant besoin de plusieurs heures (parfois) chaque matin avant de se sentir capable de se rendre au travail, etc. Aujourd’hui, cette personne skie, comme avant la découverte de sa maladie, marche en montagne, court, pédale, surfe, nage, voyage, cuisine, digère, … Ce qui est le plus important et le plus spectaculaire selon mon point de vue, c’est la modification phénoménale de son énergie … de son mental, de son sommeil, … et c’est pareil en ce qui me concerne … Sa carrière professionnelle intense peut se poursuivre mais surtout sa vie d’adulte et cela sans souffrance inutile, sans aucune médication et en toute harmonie. Je souhaitais témoigner de cela, en son nom mais sans son consentement (mais je pense qu’il me pardonnera … sourire) car cette personne, c’est mon fils !
    Alors, à tous ceux qui se sentent concernés, de près ou de loin, par ces douleurs chroniques et, à priori incurables, je vous dis courage, patience … commencez à vous prendre en main … lisez ce blog, testez (et je l’espère, vous allez l’adopter – comme nous), soyez attentifs à tout changement même mineur, rectifiez, ne désespérez pas, achetez et cuisinez en pleine conscience, aérez-vous le corps et l’esprit …
    MERCI Marie.
    Renzo.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Renzo,

      J’avais deviné qu’il s’agissait de votre fils.
      Il y a longtemps vous m’aviez parlé de vos « travaux d’approche » pour l’amener à voir la santé autrement.
      Mais ce que vous écrivez m’a émue, je ne me doutais pas de cette qualité de vie transformée si totalement.
      Je ne connaissais pas le nom de sa maladie.

      Vous avez procédé exactement comme il le fallait, en comprenant bien que c’est la conscience qui doit changer et alors tout se met facilement en place.
      La force, la précipitation, ne mènent pas loin.
      Il y faut de la lucidité, de la connaissance aussi.

      La prise de conscience ne peut se faire que naturellement, de manière personnelle, confronté à des faits indubitables.
      Ici les changements vérifiés chez vous et chez lui ensuite.
      Cette maladie est auto-immune, donc il a très heureusement saisi qu’il n’avait pas le choix en effet.
      Comme je l’expliquais dans cet article, une maladie auto-immune ne disparaît pas, car comme le vélo…

      http://www.nourriture-sante.com/maladie-auto-immune-evitee-stoppee/

      La machine à anti-corps existe pour toujours en nous une fois activée.
      Inutile de se raconter des histoires.
      Si les lecteurs prenaient la peine de bien lire cet article ils s’éviteraient pas mal de souffrances et de tristesse plus tard.
      Plus on attend plus on souffre pour rien et plus le soulagement est difficile ou long à venir.
      Le nombre des maladies auto-immunes est très élevé, de plus en plus.

      Les transformations que vous décrivez sont incroyables.
      Pendant ce temps les pharmacies sont pleines de gens qui font la queue avec une ordonnance de quatre mètres.
      Qui a encore grandi depuis la dernière fois !
      Le problème c’est que cela ne les aide que très modérément et de moins en moins.

      J’ai vu une caissière de supermarché récemment, moins de 40 ans, dont les deux mains étaient en partie gainées de cuir au niveau des pouces, canal carpien.
      Le médecin ? Il ne sait pas pourquoi.
      Il y a des progrès ? Non.
      Elle ne se pose aucune autre question, je n’ai bien sûr pas dit ce qui me brûlait les lèvres.
      Essayez quelque temps de ne plus manger de gluten ni de produits laitiers.
      Sans le moindre doute elle souffrirait tout de suite moins.
      Mais la réponse fuserait, le médecin m’a dit que de toute façon la nourriture n’a pas de lien avec cette maladie.
      L’éternelle chanson qui arrange tout le monde.
      Mais qui n’est qu’une énorme erreur.

      Merci beaucoup de ce témoignage, on ne dira rien à votre fils !
      Marie.

  • BOGAERT Régine dit :

    Bonsoir, Je suis atteinte de la névralgie d’arnold et depuis deux semaines je suis en crise avec des hauts et des bas et des douleurs bien souvent insupportables …Je ne sais plus quoi faire … j’ai malheureusement pris du doliprane pour essayer d’enrayer ce mal … ça va un peu mieux mais bien entendu ce n’est pas guérit. Demain je vois l’ostéopathe cranien et en fin de semaine deuxième séance d’acupuncture … On peut tout essayer
    Pensez-vous que l’alimentation est en cause également pour ce problème ?
    Dans l’attente du plaisir de lire les quelques conseils pour éviter ces crises, je vous remercie
    R.B

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir,

      Vous avez vu que toute douleur chronique est liée à de l’inflammation chronique, qui a pour source première l’inflammation intestinale.
      Si vous voyez mal pourquoi, écoutez la conférence ASI qui explique clairement et progressivement le phénomène.
      Donc naturellement, oui, l’alimentation a un rôle central.

      De plus et c’est essentiel que vous le sachiez cette maladie est auto-immune, c’est une forme de neuropathie.
      Ce qui implique que la muqueuse intestinale est obligatoirement trop poreuse.
      Avec toutes les conséquences autres que vos douleurs pour la santé.

      Allez lire cet article (preuves scientifiques) pour comprendre qu’agir sur le symptôme (la douleur) ne suffit absolument pas.
      Il y a trois conditions nécessaires pour qu’une maladie auto-immune se déclare, allez voir lesquelles.
      http://www.nourriture-sante.com/maladie-auto-immune-evitee-stoppee/

      On donne des noms à tous les troubles, maladies etc mais depuis pas mal de temps maintenant les scientifiques savent que l’inflammation chronique est à la source de presque toutes les maladies, quel que soit leur nom.

      L’ostéopathie ou l’acupuncture sont (si pratiquées par des professionnels de qualité) très utiles pour diminuer les douleurs.
      Mais pas pour agir sur les causes de cette inflammation chronique.

      Ne cherchez pas quelques conseils et autres astuces pour éviter les crises.
      Cherchez à agir sur les causes, sinon l’inflammation chronique créera bien d’autres troubles plus graves dans les années à venir.
      Une douleur c’est le cri du corps qui réclame qu’on le traite mieux. Songez-y.

      Et puis j’ai bien écrit que la première chose à faire est de supprimer gluten et produits laitiers.
      On peut refuser, ne pas croire, enfin avancer les faux motifs des gens qui ne veulent pas faire d’efforts et font l’autruche.
      Personne d’autre que vous ne pouvez aider votre corps.

      Bonne soirée.
      Marie.

  • Myriam dit :

    Bonjour Marie,
    Vous allez en parler plus tard je sais mais je voudrais comprendre pourquoi il faut supprimer le gluten quand on souffre de douleurs chroniques.
    Parce que votre programme m’intéresse beaucoup mais si je ne peux plus manger de gluten je ne vais peut-être pas pouvoir ?
    Si vous pouviez me dire, merci.
    Myriam

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Myriam,

      Le gluten ne peut être digéré par un humain car nous n’avons pas les enzymes pour le faire.
      Ce qui veut dire que chaque fois que nous en mangeons il attaque notre muqueuse intestinale.

      Cela a été démontré, prouvé par de nombreuses sources scientifiques.
      Tapez, parmi beaucoup d’autres, le nom de Alessio Fasano. Si vous lisez l’anglais vous verrez.
      Ce monsieur est tout simplement un Nobel potentiel à cause de ses découvertes au sujet du gluten.

      Donc si vous désirez soigner votre intestin, diminuer l’inflammation intestinale, soigner votre dysbiose, je ne sais pas, il n’est pas logique de continuer à consommer du gluten qui empêchera toujours la muqueuse de se réparer.

      Selon l’avancée des dégâts de la muqueuse les gens sont plus ou moins sensibles au gluten.
      Mais chez tout le monde il crée de l’hyper-porosité, qui un jour aura des effets visibles.

      Les gens qui suivent le programme sont comme vous, comme j’étais, ils aiment le pain !
      J’en mangeais beaucoup, trois fois par jour.
      Donc je sais comme il n’est pas simple de l’abandonner.
      Pourtant je n’en ai plus du tout envie, je vous assure.

      Quand on commence à nourrir autrement sa flore, à ne plus avaler de repas inflammatoires, mal composés, la flore qui aime le gluten diminue en nombre.
      Donc petit à petit elle réclame moins de gluten.
      On aime moins le pain, on y pense moins.

      Parce qu’en fait on a les goûts de notre flore.
      La flore aime ce à quoi elle est habituée, c’est tout.
      C’est de cette manière que je suis parvenue à ne plus acheter de pain.
      Et à ne plus l’aimer du tout, vraiment !

      Certains y arrivent vite, d’autres moins.
      Pour moi il a fallu du temps.
      Mais ce n’est pas grave, l’essentiel est d’y arriver naturellement, avec le temps, pour ne pas souffrir trop.
      Et puis si on craque, tant pis on continue sans s’inquiéter.
      La flore continue de se modifier et donc de moins agresser la muqueuse.
      On a de moins en moins envie de pain etc. et finalement on n’en a plus envie du tout.
      C’est la méthode la moins douloureuse et la plus définitive.

      Et on se sent tellement mieux quand on ne mange plus de gluten, même si on ne s’en plaignait pas avant.

      Bonne soirée.
      Marie.

  • Danielle dit :

    Bonjour Marie

    Merci pour cet article très utile et merci à Nicolas pour son témoignage. Je vais donner l’adresse de ton site et de cet article à une amie qui doute encore de l’importance de l’alimentation dans sa malade, la fibromyalgie.

    Je me suis totalement retrouvée dans l’expérience de Nicolas, j’ai fait les mêmes erreurs, connu les mêmes doutes et, comme Myriam, me suis demandée si j’arriverais à supprimer le gluten !

    Beaucoup de fibromyalgiques pensent que leur maladie est incurable, comme d’ailleurs les malades atteints de maladies auto-immunes. Alors ils prennent plein de médicaments, engraissent les labos de compléments alimentaires, les kinés et autres ostéopathes de bonne volonté, certes, mais totalement dépourvus en ce qui concerne un soulagement durable des douleurs. Mon amie a même des problèmes de foie : il n’a sans doute pas aimé les innombrables médicaments et le gros travail que cela lui a donné !

    En ce qui concerne les lectines, oxalates et tutti quanti comme tu dis, je suis surprise de constater que, parmi tous les livres et articles que j’ai lu avant de connaître ton site et d’entreprendre la méthode ASI, personne n’en parle… Lisent-ils vraiment les découvertes à ce sujet, pourtant pas si récentes ?

    Alors merci Marie de ce site, de tes articles si éclairants, de ton implication. J’aimerais que tous ceux qui passent te lire te prennent au sérieux et entreprennent de changer leur alimentation pour leur plus grand bien-être !

    J’embrasse Nicolas et suis très heureuse de son résultat !

    A bientôt Marie et bonne fin de journée !

    Danielle

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Danielle,

      Moi je te remercie pour ton analyse très lucide de la situation.
      Tu ne fais pas partie de ceux qui se racontent des histoires.
      Au-delà de la santé physique c’est une condition de la santé psychologique aussi !
      Alors bravo.

      La connaissance réelle, fondée sur des études récentes comme tu dis et si nombreuses, ne circule pas.
      Car elle ne fait l’affaire de personne, tout simplement.
      Il faut vendre et à des gens qui n’ont pas envie de savoir, c’est facile.

      Les gens ne veulent pas changer quoi que ce soit à leurs habitudes, il ne faut pas oublier que la nourriture est LE refuge à toutes les émotions qui nous assaillent en continu.
      La fameuse épidémie d’obésité ce n’est que cela.
      Sinon c’est l’alcool ou le tabac !
      Donc tout le monde est prêt à croire ce qui l’arrange pour ne rien changer ; changer exige un esprit ouvert, et de ne pas avoir peur.
      Ce qui est très rare à notre époque.

      Pour certains ce sera les médicaments, parce que c’est rassurant, habituel.
      Tout en constatant que l’on passe sa vie à en avaler.
      Mais la recherche progresse, c’est bien connu.
      Avec tout l’argent qu’elle engloutit, vaut mieux !

      D’autres plus ouverts, plus lucides, vont croire aux compléments alimentaires.
      Qui ne sont que des médicaments déguisés et qui prétendent ne pas nuire. Ce qui est loin d’être toujours vrai.
      Ils n’agissent au mieux que sur les symptômes, mais les gens adorent se faire berner, du moment qu’on ne leur demande pas de modifier leurs habitudes.
      Avale, avale et tu seras sauvé sans effort, c’est pas génial ?!!

      Sauf que rien n’est plus dangereux que de masquer des symptômes par paresse et crédulité.
      Naturels ou pas les compléments alimentaires (sauf exception) ne font que faire reculer l’échéance de maladies qui porteront un nom.
      Car aucun ne modifie réellement le fonctionnement du corps.

      Pourquoi les vendeurs se casseraient la tête à savoir, apprendre, réviser des croyances totalement dépassées ?
      Le commerce n’est que le commerce, pas un bienfaiteur de l’humanité !

      Les livres qui sont publiés à la pelle, ne le sont que pour être vendus. Lis bien les titres.
      C’est rarement le fruit d’un travail personnel de quelqu’un qui a passé des années à soigner, à chercher à comprendre, étudier la science etc.

      Faire de l’argent avec des sujets dans l’air du temps n’a rien à voir avec rendre service aux gens.
      Il suffit d’un nom de médecin, d’un nom de naturopathe etc. et hop !
      Alors que sauf exception la personne n’a fait que compiler rapidement des « connaissances » lues déjà partout.
      Il y a des spécialistes de ce genre de truc chez certains éditeurs, on les connaît bien.

      Je ne travaille qu’à partir de vrais thérapeutes, de vrais chercheurs impliqués sur le terrain depuis longtemps.
      Pas des plagiaires, des faiseurs de livres, des faiseurs de buzz ou des marchands.
      Que ce que je propose « marche » si on l’applique n’a rien que de très normal. Vraiment.
      Je n’ai rien inventé.

      Les oxalates, lectines commencent aux USA à faire l’objet d’articles de sites non professionnels.
      On y viendra quand ce sera dans l’air du temps j’imagine.
      Mais les marchands de super-aliments ne vont pas aimer, l’obstacle à la connaissance est là comme toujours.
      Tu as vu le prix de ces petites choses ? !

      Quand je pense que des enfants sont abreuvés de friandises si bonnes à leur santé sous la forme de baies de goji enrobées de chocolat.
      Mélange de lectines parmi les plus virulentes et d’oxalates très concentrés…
      Enfants de parents très ouverts et très informés bien sûr.

      J’ai été moi-même piégée si longtemps par ce que le marketing propose.
      Pas par paresse mais parce que sans internet je ne connaissais pas ces travaux.
      Je n’ai jamais pris aucun médicament, mais comme je souffrais je me suis beaucoup ruinée en compléments alimentaires de toutes sortes.
      Et à pratiquer toutes sortes de cures alimentaires, que l’on retrouve aujourd’hui d’ailleurs.
      Des années à me désespérer que rien ne marche.
      Evidemment, maintenant je sais pourquoi.

      Paresse et argent bloqueront toujours l’amélioration de la santé.
      Il n’y a pas d’autres obstacles.

      Garde le cap et merci encore pour ta présence !

      Marie.

  • Fantine dit :

    Bonjour Marie,
    Je ne suis pas surprise des résultats évoqués dans les commentaires. Déjà en supprimant les poisons majeurs tels que le gluten, le sucre, et les produits laitiers, on ressent un mieux-être évident. Mais comme tu le dis et répètes, cela ne suffit pas, car faut-il encore permettre à notre muqueuse intestinale de se réparer et ainsi de digérer nos aliments, en permettant à la bonne flore de s’installer durablement.
    J’ai suivi le programme ASI et j’ai noté de belles améliorations, alors que ça faisait déjà 5 ans que je mangeais sans gluten et sans produits laitiers de vache. Depuis, je suis attentive à ne pas faire les mauvais mélanges qui nourrissent la mauvaise flore, je bois les boissons permettant de nourrir la bonne flore etc…
    J’ai noté des améliorations dans ma digestion, mon tour de taille, la libération de mes sinus. J’ai l’impression d’avoir aussi plus d’énergie et d’avoir amélioré mon humeur. Je n’ai plus, dans le ventre, ces douleurs chroniques de fond auxquelles je m’étais habituée etc…
    J’ai fait les tests de consommer des produits nocifs, tel que le sucre, le chocolat, sur une courte période, comme tu le suggères dans le programme et les résultats ne se sont pas fait attendre : les maux de ventre sont revenus comme avant, avec la même intensité. J’ai été surprise de l’intensité de la douleur, je ne me souvenais plus que je parvenais à supporter ça tout au long de la journée. J’ai évidemment repris une alimentation ASI et tout est rentré dans l’ordre depuis.
    J’ai néanmoins encore la peau sèche, je suppose qu’il faudra du temps pour tout réguler.
    Je te remercie.
    Amicalement,
    Fantine

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Fantine,

      C’est très gentil de venir témoigner.
      Je connais un peu tes ennuis et je suis heureuse que tu vives ces améliorations.
      D’autant plus que tu ne viens pas directement du fast-food, ni même de la nourriture ordinairement considérée comme bonne.
      Tu as un « parcours de santé » déjà !
      Donc obtenir de nouveaux progrès n’est pas évident, contrairement aux personnes qui mangeaient « mal » et qui donc voient plus facilement un changement.
      Comme il est plus facile de perdre des kilos quand on en a 20 à perdre que 5.

      Il faut réparer en effet, je le disais au début de la conférence je crois, après un incendie, la maison n’est pas immédiatement habitable, il y a quelques réparations à faire !
      De la même manière après avoir supprimé une partie du feu en supprimant le gluten et les produits laitiers, il faut reconstruire la muqueuse en mauvais état à cause de l’inflammation.

      En médecine chinoise traditionnelle comme ayurvédique la base de la santé est celle de l’intestin.
      Rien de nouveau !
      Et il a toujours été dit que notre peau externe reflète exactement l’état de notre peau interne, c’est-à-dire la muqueuse intestinale.
      Le vieillissement des deux est parallèle…

      Ta peau trop sèche est à l’image de ta muqueuse trop sèche parce qu’encore trop inflammée.
      Tous les ennuis de peau, quels qu’ils soient sont liés à des problèmes d’intestin.
      Les deux fonctionnent ensemble au niveau énergétique.(énergie interne).

      Tu connais les aliments qui sont susceptibles de corriger cette sècheresse pour ta muqueuse (voir ASI).
      Si tu as oublié je te confirmerai par mail. (ou à d’autres membres bien sûr).

      Je ne savais pas que tu souffrais autant au niveau du ventre, tant mieux si ces douleurs disparaissent.
      Quand tu es sage naturellement !!
      Je ne pense pas qu’il soit nécessaire que je t’encourage à continuer.
      Merci d’être venue laisser ton témoignage et d’appliquer le programme aussi.

      Amitiés à toi.
      Marie.

  • Christine dit :

    Bonjour Marie
    Tout d abord mille merci pour ce site qui abonde d informations plus utiles les unes que les autres
    Je voudrais connaître votre avis sur quelques prises de bicarbonate de soude dilué dans un peu d’eau pour alcaliniser l organisme lorsqu on ressent quelques aigreurs et douleurs
    Merci par avance
    Christine

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Christine,

      Je sais qu’alcaliniser le corps est devenu très à la mode sur internet, le problème ici c’est que les aigreurs ne sont pas du tout dues à un excès d’acidité de l’estomac ni de quoi que ce soit !
      Cela c’est l’explication classique reprise curieusement même par ceux qui refusent les théories classiques.
      Les aigreurs d’estomac sont dues au contraire exact, sauf exception rare.
      Je l’ai lu très souvent sous la plume de praticiens de médecine fonctionnelle (lien nourriture et santé).
      C’est le manque d’acidité dans l’estomac, dû au manque de sucs gastriques pour digérer, qui est à la source de ces aigreurs.

      Par ailleurs attention au bicarbonate qui ne doit être pris qu’en très petite quantité, car trop alcaliniser est bien aussi dangereux que trop acidifier.
      De toute façon ici vous ne ferez que cacher un problème de digestion donc quelque chose de très sérieux, la base de votre santé.
      Méfiez-vous des solutions miracles sur Youtube ou ailleurs, elles dénotent une sacrée ignorance des vraies causes.

      L’équilibre acido-basique d’autre part ne se crée que par une alimentation adaptée, pas par un quelconque complément alimentaire !!
      Ni par des amandes…

      Bonne soirée.
      Marie.

  • Christinec dit :

    Merci Marie pour votre retour
    Je retrouve nombre de mes symptômes dans les commentaires de Fantine
    4/5 ans de stress intense ont marqué mon organisme Je le vis en conscience maintenant donc je pense être prête pour débuter un vrai changement Je crois que je vais m’offrir pour Noel votre programme ASI
    Comment fait on pour régler en 3 fois par carte bancaire? Dites moi svp
    Bonne soirée aussi à vous
    Christine

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Christine,

      Sous la vidéo de la conférence vous avez un bouton vert.
      Cliquez sur ce bouton et vous serez dirigée vers la possibilité de payer en trois fois et par carte bancaire.

      https://editions-du-goeland.learnybox.com/page-de-replay-webinaire-asi

      Il est vrai que ce programme ASI vous aidera à reconstruire une digestion de qualité.
      Cet objectif est celui de la seconde semaine.
      Et puis le programme aide aussi à diminuer fortement le stress, avec des techniques rapides et pointues chaque semaine.

      Car bien sûr si vous avez des symptômes comme ceux de Fantine il faut considérer qu’au départ votre digestion n’est pas maximale.
      Et la digestion est le point de départ de toute la santé et de l’assimilation des nutriments.
      Si on ne digère pas bien on souffre de carences importantes qu’on le sache ou non.
      Avec toutes les conséquences pour le métabolisme général.

      Si vous rencontrez une difficulté pour cette inscription dîtes-le moi.
      A bientôt sur le site de la formation.

      Marie.

  • Christine dit :

    Inscription formation ASI faite
    Premières vidéos semaine 1 vues Pro
    Le site est ergonomique
    J ai hâte d’être à la semaine prochaine

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Christine,
      Pro, heureusement.
      Vous ne regrettez pas votre cadeau alors ?
      Qu’il vous fasse du bien !
      Marie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Nettoyez votre foie en douceur avant les excès des fêtes






 Recevez chaque nouvel article dans votre boîte mails

ainsi que la formation  :

« Détoxication du foie »

réservée aux abonnés