Créer de l’inflammation avec une simple salade

Mon article vous plaît ? Merci de le partager !

Comment peut-on créer de l’inflammation avec une recette de salade ?

Une recette composée d’aliments considérés comme sains : des haricots rouges,

du maïs, de l’orge, des légumes, et comme sauce de salade de la purée d’amandes

mélangée à du jus de citron et de l’eau ?

 

La plupart de ces ingrédients sont en fait inflammatoires, c’est-à-dire qu’ils

agressent la muqueuse intestinale et sont responsables d‘hyperporosité intestinale.

La lectrice qui m’a demandé mon avis au sujet de cette recette avait un doute

bien justifié !

 

Merci à elle d’avoir repéré un sujet important et utile à tous.

 

Voici ce que contient vraiment cette recette et ce qu’elle provoquerait en vous si

vous la consommiez.

La lecture de cet article ne devrait pas trop vous donner envie de la préparer

souvent !

 

créer de l'inflammation

 

Prenez de l’orge et vous êtes certain de créer de l’inflammation

L’orge, tout comme le blé (et toute la famille du blé) et le seigle, contient

du gluten.

Les études existent par milliers depuis plus de dix ans maintenant qui prouvent

que le gluten est particulièrement inflammatoire.

 

Parce qu’il ne peut être digéré par le système digestif humain qui ne possède

pas les enzymes digestives nécessaires.

Avec toutes les conséquences qui s’en suivent.

 

créer de l'inflammation

 

Toute molécule de gluten déclenche une inflammation qui dure entre 4 et 6

mois selon les personnes.

 

Ce sujet mériterait des développements nombreux et plus pointus, mais ce n’est

pas l’objectif ici.

Laissons donc l’orge là où elle est !

 

Ajoutez du maïs à cette salade.

 

créer de l'inflammation

 

Joyeusement coloré, appétissant.

Oui, mais totalement indigeste pour les humains, qui ne devraient pas en manger.

Pas plus que pour le gluten le système digestif des humains n’est équipé pour le

digérer.

Il est destiné aux animaux.

 

Un aliment mal ou pas digéré, quelle qu’en soit la raison, va fermenter dans

l’intestin.

Et devenir nourriture pour mauvaises bactéries, c’est-à-dire pour les candidas par

exemple.

Ce qui va automatiquement créer de l’inflammation au niveau de la muqueuse

intestinale.

 

Encore plus délicat à régler, cette mauvaise digestion peut déclencher une

infection bactérienne récalcitrante dans l’intestin grêle.

Recette garantie pour se retrouver avec des ballonnements, des brûlures, des gaz,

des douleurs de toutes sortes.

Et bien sûr un colon irritable.

 

Et en ajoutant des haricots rouges, je vais aussi créer de

l’inflammation ?

Eh oui, les légumineuses n’ont pas que des aspects nutritionnels intéressants,

elles présentent aussi, comme presque tous les aliments, des inconvénients.

Elles sont très inflammatoires.

 

créer de l'inflammation

 

De nombreux végétaux contiennent des lectines, en plus ou moins grande quantité.

Mais les légumineuses en sont les plus fortement pourvues.

J’ajoute au passage que le soja et les cacahuètes (qui sont en réalité des

légumineuses) dépassent largement les autres légumineuses en quantité de lectines.

 

Ces lectines agressent la muqueuse intestinale en créant des lésions.

Il a été prouvé qu’elles sont donc liées directement au problème de

l’hyperporosité intestinale et à la mauvaise absorption des vitamines B

entre autres.

 

Voici une étude qui pointe spécialement les effets sur la muqueuse intestinale

des haricots rouges.

Qui ne sont pas des haricots azukis.

Même si ceux-ci appartiennent également à la famille des légumineuses.

Raison pour laquelle je conseille de les faire germer.

 

Rien de tel pour créer de l’inflammation qu’un petit concentré

d’oxalates, de lectines et d’anti-nutriments : la purée d’amandes

Comment ça ? Mais il s’agit d’une recette de santé provenant d’un site de santé.

Oui on pourrait le penser, surtout on veut le croire, parce que la purée d’amandes

c’est si bon !

 

J’ai choisi comme illustration cette branche d’amandier en fleurs, qui elle est

un régal pour les yeux !

 

créer de l'inflammation

 

Je ne connais pas l’origine de cette recette, trouvée par une lectrice sur internet.

Elle est classique, comme d’autres, dans le milieu végétarien ou vegan.

 

Où se trouve donc le problème ?

On nous vante tant et tant la purée d’amandes si riche, si pratique pour se régaler

sainement, pour faire, comme ici, une bonne sauce de salade.

 

Mais X a dit que…et Y a dit que…

X et Y devraient taper « oxalates » sur pubmed.

Même avec un anglais de mauvaise qualité ils saisiraient le problème.

 

Les amandes sont des graines, et comme toutes les graines elles contiennent

des lectines et des anti-nutriments.

Ce qui signifie que nous devons les faire tremper pour minimiser les conséquences.

La purée d’amandes du commerce contient donc son pesant de lectines et d’anti-

nutriments. Les amandes n’ont évidemment pas trempé une nuit entière !

 

Autre problème, son contenu très élevé en matière grasse.

Saines ou pas, les matières grasses en quantité nourrissent la mauvaise flore.

Là aussi, pubmed aide à ne plus conseiller n’importe quoi.

 

Purée d’amandes et oxalates

Dernier problème, peut-être plus sérieux encore, le contenu très élevé en

oxalates des amandes, donc encore plus d’une purée très concentrée en amandes.

Le contenu en oxalates des cacahuètes pose le même problème.

 

Ce sont des composés chimiques naturels, présents en nous et dans tous les

végétaux.

Dans certains beaucoup plus que dans d’autres.

Ils peuvent fabriquer des cristaux dans notre corps, qui iront se loger à des tas

d’endroits.

 

Où ils déclencheront des douleurs terribles, souvent chroniques et non expliquées.

Si vous connaissez quelqu’un qui a déjà souffert de calculs rénaux vous savez de

quel type de douleur il s’agit, malheureusement.

 

La purée d’amandes c’est comme l’orge, on la laisse où elle est !

Comme les purées de tous les oléagineux.

 

Préparez cette salade de temps en temps si vous en avez envie

mais n’imaginez pas que vous vous faîtes du bien !

Pas dramatique « pour une fois », c’est vrai.

C’est pourtant de cette manière que nous fabriquons nos ennuis de santé.

Avec des erreurs de ce genre, pas dramatiques, mais répétées dans de nombreuses

recettes dites de santé.

 

De santé sous prétexte qu’elles n’intègrent que des végétaux, ou que des aliments

non transformés. Et tellement pleins de super nutriments !

 

Ce qui est faux ici d’ailleurs, car il est difficile de faire plus transformé que

la purée d’amandes.

 

Comment modifier cette recette pour la rendre saine ?

 

créer de l'inflammation

 

Pour éviter de créer de l’inflammation avec cette salade on peut

  •    remplacer l’orge par de la quinoa, ou du sarrasin qui a un peu la même

texture. Pas de gluten en eux.

  •    supprimer le maïs

Et ne le remplacer par rien, ou un légume.

  •    utiliser de l’huile dolive au lieu de la purée d’amandes.

C’est fait pour ! En quantité modérée quand même.

Ou des olives, ou de l’avocat en petits morceaux, c’est encore mieux.

  •    les haricots rouges comme les légumineuses en général peuvent être

consommés de temps en temps et en petites quantités.

Si vous pensez que votre intestin ne souffre pas vraiment d’inflammation…

 

Méfiance quand même, généralement on n’a pas du tout conscience de cette

inflammation.

Car elle ne génère pas nécessairement des ennuis dits digestifs.

Mais des troubles ailleurs, des maladies, que l’on ne lui attribue pas :

surpoids, minceur excessive, dépression, douleurs articulaires, diverses,

migraines etc.etc.

 

Je répète bien :

Toute molécule de gluten va créer de l’inflammation qui durera entre 4 et 6 mois

selon les personnes.

Sans parler de tout le reste, du stress, des toxiques chimiques.

Peu de chances donc d’échapper à une muqueuse inflammée.

 

Be Sociable, Share!

33 réponses à Créer de l’inflammation avec une simple salade

  • Marie Mésange dit :

    Bonjour!
    Merci pour cet article!

    J’avais déjà lu dans vos articles que la moindre molécule de gluten crée de l’inflammation pour plusieurs mois… C’est enquiquinant, ça… J’en consomme peu, mais comme on en trouve un peu partout dès qu’on sort, je fais de temps en temps des exceptions, peut-être plus qu’une fois par mois… Mais bon… je chemine à mon rythme. Ca doit être un peu enflammé à l’intérieur de moi, mais ça ne doit pas être « si pire », surtout depuis que je suis vos conseils.
    Merci pour ce blog qui m’a servi de déclic pour faire quelques changements dans mon alimentation (qui était déjà plutôt saine). Mon ventre a déjà dégonflé, je suis contente.

    Concernant la purée d’amandes, il doit m’en rester 3kg, que j’avais achetés lors d’une commande groupée en bio… Si je la mélange à de l’eau et un épaississant comme les graines de chia ou des graines de lin moulues et que je fais lacto-fermenter 1-2 jours pour en faire une sorte de yaourt, est-ce que ça atténue voire résoud le problème des lectines ?

    Bonne soirée!

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour,

      Tant mieux si certains symptômes diminuent, comme les ballonnements.
      Mais leur cause, muqueuse abimée et flore en dysbiose, n’a pas disparu si vite en fait. Pas du tout.

      Il faut savoir ce qui se passe vraiment quand on avale du gluten, des produits laitiers, du sucre, enfin de tout ce qui met le feu à notre intestin en l’agressant.
      Imaginons, vous avez mangé ce matin un croissant. C’est « pas bien » mais c’est très bon !
      Votre muqueuse a été agressée immédiatement, c’est-à-dire que de l’inflammation a « brulé » la fine membrane.
      Qui n’a qu’une cellule d’épaisseur.
      Des pores agrandis, des cellules détruites qui servaient à absorber les nutriments…
      Mais c’est prévu et la muqueuse se répare.

      A midi vous mangerez peut-être une tranche de pain.
      Alors l’agression se reproduit, le même scénario a lieu.
      Et de la même manière il y a réparation.
      Notre corps est courageux !

      Ce soir peut-être une salade d’orge (!), un apéritif salé (avec gluten).
      Pan, l’inflammation repart etc. Réparation.

      Vous allez dire, mais alors il n’y a pas de problème, merci mon corps, tu me soutiens !

      Non la belle histoire a une fin très tôt dans notre existence, comme lorsque vous tirez trop sur un élastique.
      Votre muqueuse est un peu comme un élastique qui retrouve sa structure de départ de nombreuses fois.
      Vous l’étirez, et le relâchez. Il va supporter votre petit jeu un moment, rester toujours aussi élastique.
      Jusqu’à ne plus avoir la « force » de revenir à sa forme de départ.
      Et vous voyez l’allure qu’il a, tout mou, tout flasque. Plus élastique du tout !

      C’est exactement ce que vit notre muqueuse depuis notre naissance.
      Elle se répare, parce que c’est prévu par la nature.
      Mais après de nombreuses agressions en tous genres, il arrive un moment où elle ne le peut plus.
      Le seuil de résistance est atteint, elle demeure inflammée, trop poreuse.
      Et les ennuis commencent, en silence malheureusement.

      Selon le terrain personnel, ce seuil est atteint plus ou moins jeune.
      Des enfants peuvent très tôt souffrir de troubles et maladies liés à cette hyperporosité de la muqueuse (hyperperméabilité).
      Leur fameuse hyperactivité…pas d’autre explication à chercher que l’agression constante du sucre qui ravage leur muqueuse.

      Généralement, selon l’héritage génétique et l’hygiène de vie, les symptômes apparaissent plus tard.
      Que l’on soigne dès la moindre gêne, douleur etc.
      A force avec le temps, c’est-à-dire l’accumulation des agressions, la situation se complique, on parle de maladies etc.

      Vous avez, comme nous tous en Occident, mangé votre lot de gluten depuis votre naissance.
      Sauf si vous êtes née avec une muqueuse en silicone, vous devinez bien qu’elle a un peu souffert !

      Et je ne parle que de gluten.
      On dirait que vous avez un peu forcé sur la purée d’amandes !
      Quand on sait que les candidas empêchent le corps de se débarrasser des oxalates, ce qui est aussi prévu par la nature, on regarde d’un autre oeil son pot de 3 kilos de purée.

      Non, les graines de chia et de lin ne vont qu’ajouter au stock de lectines.
      Les graines de lin moulues sont immédiatement oxydées, il ne faut pas l’oublier.
      J’imagine mal le goût en plus de cette « bouillie ».
      Lacto-fermenter ? Mais il faudrait pour cela (et cela ne changerait rien) que des bactéries en bonne forme aient résisté au traitement des amandes depuis le début.

      Si vous vous connaissez des ennemis c’est peut-être le moment de les surprendre avec un petit cadeau !
      Sinon des personnes qui trouvent que tout ça c’est des histoires pour nous miner le moral, qu’il faut être positif et tutti quanti.
      Je viens de lire ça dans un mail.
      Ou alors un petit peu de cette purée chaque jour ?

      Dorénavant vous ferez des économies en tout cas.

      Bonne journée.
      Marie.

      • Romain dit :

        Bonjour,

        Vous parlez d’Occident, mais il me semble que les Asiatiques consomment eux aussi de bonnes quantités de blé. (En Chine, en Inde, etc) Au Moyen-Orient également, et sûrement ailleurs encore. Certes moins que nous pendant les 50 dernières années,
        mais si une seule protéine de gluten engendre une telle inflammation, ces populations devraient également être touchées autant que nous?
        Et que penser du riz?

      • Marie Kelenn dit :

        Bonsoir,

        Du blé consommé ailleurs qu’en Occident, oui, je crois que je sais !
        Quand je dis Occident je désigne les pays où d’une part le blé a été de toute éternité la céréale traditionnelle.
        Donc a occupé une place importante dans les repas.
        Et où d’autre part l’industrie agro-alimentaire qui « roule » au blé s’est développée massivement le plus tôt.

        J’ai écrit « une seule molécule » de gluten , le gluten étant lui-même une protéine.

        Comme je l’ai également écrit les études sont très nombreuses à prouver ce qui a été découvert il y a déjà plus de dix ans.
        A savoir l’inflammation délenchée par une seule molécule de gluten, en effet.

        Sans oublier que le pire dans le blé n’est peut-être pas le gluten.
        En France où le train est toujours pris des années en retard, on ne parle que du gkuten.
        Cela dérange déjà beaucoup les esprits, mais le blé contient des tas d’autres composés bien aussi problématiques voire plus.

        Les populations dont vous parlez n’ont donc pas, comme en Occident, eu le blé comme céréale traditionnelle, mais le riz par exemple.
        Ni même maintenant.
        L’effet ne peut donc pas être le même.
        Le riz contient une forme de gluten mais non problématique.
        Il existe de très nombreuses sortes de gluten différentes.

        Je vous remercie de me remercier si aimablement à l’avance !

        Marie.

      • Marie Mésange dit :

        Ca aurait été trop beau qu’une semaine de vrai changement alimentaire suffise à tout rétablir « comme neuf »… Mais je vais continuer sur ma lancée, et la muqueuse et flore devraient aller de mieux en mieux. Sachant qu’à la base je mange bio ou local sans produit chimique et ne mange plus de viande depuis 2012, je pars de moins loin que les adeptes des fast food. Mais bon… Y a encore du chemin

        Quand j’ai lu votre exemple croissant -tranche de pain – salade d’orge – apéritif salé au gluten , je me suis dit « oh mon dieu! Que d’agressions pour le corps! » Par gourmandise, j’ai pu faire de telles choses quand j’ignorais les méfaits du gluten (mais pas tous les jours), mais ça fait des années que je n’ai pas fait subir tout ça à mon corps.
        Par contre il peut m’arriver lors d’un apéro, voire d’un pique-nique, environ une fois par mois, de manger une tranche de pain complet bio souvent avec des farines de blé anciennes, voire du petit épeautre. Histoire d’avoir un support pour une tartinade végétale, par exemple.
        Les produits laitiers sont pour moi exceptionnels depuis quelques mois, quant au sucre, eh bien ça ne fait qu’une semaine que j’ai vraiment réduit, car avant j’aimais bien du gâteau (souvent fait maison) plusieurs fois par semaine ou un peu de tartinade au chocolat (par exemple la chocolade de jean hervé, où ma cuiller faisait 2-3 allers-retour du pot à la bouche…). Mais maintenant je satisfais ma gourmandise autrement (banane écrasée-caroube-cannelle, miam miam!)

        Cela dit il ne faut pas oublier le facteur psychologique dans le déclenchement d’une maladie… Il fait souvent la différence entre 2 personnes qui se nourrissent de la même façon, mais dont l’une est souvent malade et l’autre presque jamais… Mais comme la nourriture sert souvent de compensation affective pour mettre un pansement sur une émotion qui nous est désagréable, le facteur psychologique se trouve souvent relié à des comportements alimentaires.

        Oui, ma muqueuse a dû souffrir du gluten, surtout à l’époque où j’étais trop jeune pour acheter ma propre alimentation, avec cet amour qu’ont beaucoup de gens pour la baguette au blé blanc… Quand ce n’est pas, à défaut, celle à bas prix des supermarchés. Ca c’est sûr, que dans l’alimentation « typique » française, le gluten est fort présent… Hélas…

        J’ai acheté le pot de purée d’amandes il y a plusieurs mois, il y avait 5kg. Ce qui n’était pas gênant car j’aime bien l’amande, et que ça se garde bien.
        Mais en ce moment c’est plutôt mon compagnon qui en met sur ses tartines de pain le matin, car lui ne souhaite pas changer son alimentation (ça lui ferait pourtant du bien d’alléger un peu son foie, il serait sûrement moins vite « agacé » quand quelque chose le dérange…).

        J’ignorais pour les candidas et les oxalates. Bigre! Ca aussi c’est enquiquinant!!!

        Mince, je pensais que les graines de chia étaient saines, il me semblait avoir lu sur votre site des infos allant dans ce sens…
        Quand je parlais de lacto-fermenter la purée d’amandes, je parlais en fait d’y ajouter un ferment, par exemple un peu du yaourt végétal sarrasin-cajou que je fais en ce moment, qui a lui-même été lancé avec un peu de yaourt de soja… Mais bon effectivement si les seules bactéries en bonne forme sont celles venant de mon yaourt végétal, il est peu probable que cela suffise…

        Je ne me connais pas d’ennemis. Je suis une bisounours : j’aime tout le monde! Car je tiens compte du fait que les gens qui commettent des actes « mauvais » ont en général une histoire compliquée avec beaucoup de souffrances, et ne peuvent pas être heureux à cet instant. On pourrait dire que ça n’explique pas tout et que certains s’en sortent bien malgré ça, mais tout de même, y a des contextes et des histoires qui aident plus à l’épanouissement et équilibre que d’autres!…

        Du coup cette purée fera son petit bonhomme de chemin avec les petits déj de mon chéri. Car lui est plutôt du genre, comme beaucoup de gens, à ne pas vouloir se prendre la tête avec son alimentation, donc continuer à manger ce que lui ou ses mauvaises bactéries ont envie…
        Mais dans quelques temps, genre dans un mois, je m’autoriserai peut-être un peu de purée d’amandes de temps en temps.
        En tous cas c’est sûr que je vais faire des économies, car si je n’avais pas eu connaissance de cette histoire d’oxalates, je n’aurais jamais vu l’intérêt d’éviter les amandes non trempées!

        Bonne journée!

      • Marie Kelenn dit :

        Bonjour,

        La grande majorité des gens malades ne sont pas adeptes de fast-food.
        Les malades âgés de plus de 60 ans atteints de la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer ne le sont pas à cause du fast-food !
        Comme beaucoup d’autres d’ailleurs.

        Ces maladies ne se développent pas en nous à cet âge-là mais bien avant, entre 20 et 35 ans.
        Il faut être honnête avec soi-même et ne pas se raconter des histoires qui nous arrangent.
        Cela est largement démontré, prouvé, par tous les médecins et chercheurs qui sont à la recherche du lien entre alimentation et maladies auto-immunes.
        Car comme le cancer ce sont des maladies auto-immunes.

        Ces chercheurs ont aussi démontré que pour développer une maladie auto-immune, dégénérative, il faut remplir trois conditions obligatoirement.
        Et l’une d’elles est d’avoir un intestin trop poreux.

        Pas par hasard si actuellement dans le monde le nombre de malades atteints d’auto-immunité est plus élevé que celui du cancer et des maladies cardio-vasculaires réunis !

        Votre « chéri » risque de ne pas avoir le temps de se « prendre la tête » !
        En attendant il fait comme la majorité, il compte sur la collectivité (la Sécurité Sociale) pour assumer ses frais médicaux, médicaments, consultations médicales, de spécialistes, ses opérations etc. à venir.
        Nous sommes nombreux à financer ce type de comportement peu responsable vis à vis de la société.

        Continuer de croire à notre époque que les maladies nous « tombent dessus » sans raison ce n’est pas sérieux, c’est infantile.

        Pour ce qui est du rôle de nos états d’âme, n’oubliez pas que plus de 90 % de ces états d’âme sont commandés par ce qui se passe au niveau de notre intestin, et moins de 5 % au niveau de la tête !
        L’échange entre ces deux parties de notre cerveau (nous n’en avons pas deux, mais un seul, c’est le même !) n’est pas équilibré dans les deux sens.
        Là non plus il n’y a aucun doute.

        Bonne journée.
        Marie.

  • Dorian dit :

    Bonjour Marie,
    Que dire des graines germées de blé, d’orge ou de seigle ? La structure du gluten est ainsi éclaté et beaucoup plus digeste. Quel est ton avis sur la question ?
    Merci ! Dorian

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Dorian,
      J’ai longtemps cru que le gluten disparaissait avec la germination.
      De même pour l’herbe de blé, que je fabriquais à la maison, et celle d’orge, le gluten demeure.
      Je le sais de source sûre, des têtes très chercheuses en glutinologie (?!) l’ont confirmé, études à l’appui.
      Très dommage, je sais.
      Mais pour les germes c’est si facile de faire germer de la quinoa, du sarrasin, du millet etc.
      Bonne journée.
      Marie.

  • RONDOT pASCALE dit :

    merci beaucoup pour vos articles très pertinents; continuez!

  • TELLIER dit :

    Bonjour Marie,
    Merci beaucoup de nous faire partager toutes vos connaissances.
    Mais je me dis que si on ne mange pas de viande, pas de légumineuses, alors où trouve-t-on nos protéines ?

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Thérèse,

      Une petite question qui met le doigt sur des tas d’autres essentielles !
      J’ai beaucoup cherché moi-même à y répondre.
      En refusant autant que possible les croyances, les idéologies qui sont souvent les seules réponses que l’on trouve.
      Cela ne me plaît pas du tout, je ne fais que chercher ce qui fonctionne et pourquoi.
      Je déteste me faire manipuler.

      Première chose, si vous mangez des oeufs, pas de problème pour trouver vos protéines.
      Si vous n’en mangez pas, quelles que soient vos raisons, alors il faut vous demander si vraiment la quantité de protéines est un réel problème pour vous.
      J’ai tellement lu et entendu à ce sujet.
      J’ai vérifié que malheureusement derrière les réponses données il n’y a que des idéologies cachées.
      Les études scientifiques ne sont menées à ce sujet, sauf exception, que pour prouver telle ou telle théorie.

      Chacun croit ce qui l’arrange, de préférence ce qui lui permet d’adhérer à un système de croyances, appelées valeurs !, pour se créer une identité en fait, appartenir à une communauté.
      « Je suis paléo, je suis céto, je suis vegan, végétarien, crudi, crudi-vegan, flexitarien… »
      Notre corps se moque des idées.

      La vérité de nos besoins passe toujours par un dogme, des slogans assénés en continu pour manipuler.
      Par quelqu’un ou un mouvement qui a intérêt à nous laver le cerveau, il faut être lucide.

      Donc la seule règle est de connaître les effets réels sur nous de tel ou tel aliment, de telle pratique etc.
      Comme ici les légumineuses, et de « faire avec « si on choisit d’en manger, en toute connaissance de cause.

      Vous pouvez très bien choisir un temps de supprimer les légumineuses, et de les réintroduire en petite quantité dès que vous sentez que certains symptômes de votre hyperporosité intestinale diminuent.
      Surtout si vous appliquez par ailleurs les principes du programme ASI.

      Tout aliment a des côtés positifs et négatifs, c’est le propre de tout ce qui est en vie.
      La vie n’existe pas sans ces deux forces antagonistes.

      Il y a des protéines un peu partout dans le monde végétal.
      Le problème n’est pas à mon avis leur quantité, nous n’avons certainement pas de gros besoins en quantité.

      Par contre, je dois le reconnaître moi qui ne peux pas avaler de viande, que les protéines réellement utiles et efficaces en cas de problème intestinal très grave, sont d’origine animale.
      C’est une vérité indéniable, chimique, physiologique.
      On n’y peut rien.
      Nos convictions sont hors-sujet dans certaines situations.
      Elles font plaisir à notre tête, mais là encore notre corps s’en moque.

      Vous n’en êtes pas là je pense, donc à vous de jongler en douceur.
      Comme chacun devrait le faire, en fonction des erreurs qu’il a déjà faites !
      N’oubliez pas que quinoa et sarrasin sont pleins de très bonnes protéines.

      Je n’ai presque jamais mangé de viande dans ma vie, jamais chez moi, et je ne consomme plus du tout de légumineuses.
      Est-ce que je manque de protéines ?
      Je n’en sais rien, on dirait que non.
      Mais je sais que depuis la suppression des légumineuses je me sens bien mieux.
      Plus aucun problème d’infection, de toxicité partout et toujours, de douleurs musculaires etc.

      Bonne journée.
      Marie.

  • Magzana dit :

    Bonjour Marie,

    Ayant lu livre du Dr Seignalet il y a quelques années, j’ai arrêté les produits laitiers à base de lait de vache. Du coup, le matin, j’ai remplacé le beurre par de la purée d’amandes complètes.
    Maintenant que je sais qu’il y a des oxalates et qu’il y a risque d’inflammation, par quoi remplacer cette purée d’amandes que je tartine sur du pain au petit épeautre bio ou du pain au sarrasin ?
    Petite précision également : je sais que l’idéal pour l’être humain est de consommer uniquement des fruits au petit déjeuner car nous sommes à dominante frugivores. Mais l’ayant testé pendant plusieurs mois, j’ai tout arrêté car c’était trop de travail le matin (éplucher et couper les fruits pour en faire une salade + miel + pollen) et le prix élevé des fruits bio et le fait de toujours devoir anticiper pour me fournir en fruits m’ont dégoûtée de tout ça. J’ai fini stressée et ai perdu tout plaisir de manger car je m’obligeais à tout contrôler….
    Merci en tout cas de me dire par quoi remplacer cette purée d’amandes car là je suis perdue à force…
    Bonne continuation !
    Magali

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Magali,

      Je pense que le plus important est de ne pas demeurer dans des croyances, ou des connaissances largement dépassées à notre époque.
      Les travaux du Docteur Seignalet ont marqué le monde de la santé et à juste titre.
      Mais depuis 30 ans la santé a totalement changé d’optique, à cause des découvertes concernant notre flore intestinale, microbiome ou biote.
      Tout a été bouleversé et ne sera plus jamais comme avant.

      Vous consommez du pain de…blé en fait, car le petit-épeautre ce n’est que du blé.
      Première erreur essentielle.

      Le pain de sarrasin ne peut pas être que de sarrasin, il y a nécessairement du gluten dedans.
      Ou alors il est tout plat !
      Ou alors c’est du pain industriel, avec des protéines transformées, très abimées par la chaleur.

      Pas de santé possible avec ce genre d’aliment.

      Tartiner avec du beurre, s’il est cru et bio, est tellement moins problématique que de tartiner cette purée d’amandes.

      Du miel avec des fruits ?
      Le miel ne se digère que seul et non chauffé. Voyez mon article à ce sujet.

      Vous avez été convaincue que nous sommes avant tout frugivores.
      Mais il ne s’agit là que d’une croyance défendue par certains milieux pour des raisons idéologiques, et plus.
      Plus je lis à ce sujet des études réelles, pas fantasmées, moins je sais ce qu’étaient mes ancêtres, frugivores ou pas ?
      Et ce n’est pas certain que ce soit important.

      Soyons sérieux, d’une part les chercheurs indépendants des idéologies nutritionnelles ne le pensent pas du tout.
      C’est beaucoup plus complexe que ça.
      Le propre des idéologies c’est justement de simplifier, de caricaturer pour mieux embrigader.

      D’autre part, que ce soit vrai ou faux, cela ne change rien à ce que nous sommes maintenant avec notre flore qui est le résultat d’une évolution millénaire.
      Pas la même évolution pour tous d’ailleurs.

      Vous avez fini stressée, ben oui, quand on se croit obligée d’appliquer ce que quelqu’un vous met dans la tête de force, un jour il y a rejet.
      Cessez d’obéir, de croire.
      Vérifiez ce que vous avez compris par vous-même.

      Que manger le matin ?
      Un ou deux fruits peu sucrés.
      Ou des céréales avec des légumes. Curieux peut-être, mais ceux qui pratiquent en sont ravis.
      Vous pourriez essayer.
      Ou essayez de ne pas manger, une fois. C’est pas mal non plus.
      Lisez aussi mon article à ce sujet.

      Par quoi remplacer la purée ?…Rien !!
      Parce que vous n’aurez plus rien sur quoi tartiner !

      Cessez en douceur si vous êtes accro.

      Bonne journée.
      Marie.

  • guinehut dit :

    je viens de comprendre pourquoi je ne prends pas des poids alors que je prends beaucoup de purée d’amande 2cà s/j et de l’huile crue bio bien sûr 6càs/j.
    Quels conseils donneriez vous pour prendre du poids?
    Merci beaucoup

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir !

      Ce que vous écrivez là est très impressionnant.
      Cette manière de vous nourrir ne semble pas régler votre problème.
      Est-ce un professionnel de santé qui vous l’a conseillée ?

      Cette personne sait-elle expliquer votre manque de poids ?
      Parce que sans connaître la cause d’un problème il est difficile en général de pouvoir le résoudre.
      Alors si on ne la cherche pas, on va où ?

      Si vous avez lu mes articles sur les matières grasses vous avez vu qu’en quantité elles détruisent la bonne flore.
      Et celles que vous mangez sont de mauvaise qualité en plus, inflammatoires.

      Je sais bien que ce n’est pas de votre faute.
      Vous me demandez de l’aide, je suis contrainte de vous dire que, à votre place, je cesserais immédiatement ces excès injustifiés et inefficaces de toute évidence.
      Si en vous gavant de gras vous pouviez grossir, ce serait déjà fait, non ?

      Il faut respecter les conseils que je donne dans tous mes articles pour reconstituer une bonne flore.
      Toute forme de santé passe par une bonne flore.

      Ainsi vous diminuerez le niveau d’inflammation de votre muqueuse intestinale.
      Car c’est à cause d’elle que vous absorbez si peu ce que vous mangez.
      L’absorption des nutriments se fait au niveau de la muqueuse, et la vôtre est trop abimée.
      Il faut la réparer.

      Bonne soirée.
      Marie.

  • TELLIER dit :

    Excusez-moi Marie, mon message est partie sans que je puisse vous souhaitez une bonne nuit et une bonne semaine. Bien amicalement. Thérèse

    • Marie Kelenn dit :

      Ne vous inquiétez pas Thérèse, je connais votre amabilité.
      Amitiés à vous également.
      Marie.

  • Sylvie dit :

    bonjour marie, tu disais que si on fait tremper les légumineuses, ça enlève des leptines, alors ça doit être pareil pour les haricots rouges? merci!

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir,
      Les haricots rouges étant des légumineuses, en effet, les faire tremper est nécessaire pour éliminer les lectines.
      (La leptine est une hormone)
      Marie.

  • Cédric dit :

    Bonjour Marie,
    merci pour ce nouvel article et le temps que vous accordez à partager vos connaissances!

    Je savais que le maïs était à éviter, mais je croyais que c’était principalement en raison de sa teneur élevée en sucre. Maintenant, je sais que c’est surtout parce que nous ne sommes pas capable de le digérer.
    (Au passage, j’apprends aussi que les cacahuètes sont des légumineuses)

    Vous précisez que les haricots rouges ne sont pas des azukis. Ces 2 variétés de haricots ont-ils des taux d’inflammation différents (je ne sais pas si la formule est correcte…)?

    Merci encore pour cet article.
    Petit hors- sujet, car je ne sais pas trop où demander cette information: pouvez-vous nous dire si vous avez réussi à avancer sur votre projet de nouveau site?

    Je vous souhaite un bel été.
    Cédric

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Cédric,

      J’ai précisé que les haricots rouges ne sont pas des azukis car beaucoup confondent.
      La photo choisie montre bien la forme des haricots rouges, comme un rein.
      Les azukis sont plus ronds, plus petits et plus sombres.
      Et plus intéressants au niveau énergétique ( différent de nutritionnel).
      L’inflammation générée est similaire, élevée.

      L’autre site ? Je cuisine pour lui, je prends des photos pour lui !
      Ma cuisine est un vrai chantier, des bocaux, des bocaux…

      Bon soleil à vous.
      Marie.

  • Danielle dit :

    Bonjour Marie

    Merci à toi pour cet article et les explications pour cette salade très « bourrative » !
    Également pour la petite piqûre de rappel pour les légumineuses : parfois, même si l’on est très raisonnable, ça fait du bien. Je crois que pour suivre le type d’alimentation que tu nous conseilles à longueur d’articles, il faut être très motivé et avoir senti dans son corps qu’il y avait quelque chose qui clochait. Ou bien, comme moi, souffrir tellement qu’on ferait n’importe quoi pour que ça finisse ! Alors je voudrais dire à celles et ceux qui me lise, n’attendez pas la vraie maladie, écoutez les petit symptômes que votre corps vous envoie et qui vous dérangent, prenez soin de vous !

    Je pars en vacances dimanche prochain, je sais que cela va être une épreuve pour mon organisme, mais que faire dans ces conditions, ne jamais prendre de vacances ? Je vais tâcher de m’organiser, si tu as des idées je suis preneuse.

    Encore merci Marie et à bientôt !
    Danielle

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Danielle,

      n’attendez pas la vraie maladie, écoutez les petit symptômes que votre corps vous envoie et qui vous dérangent, prenez soin de vous !
      Tout est dit !
      Quant à être compris, je voudrais bien.
      Tu as tellement raison.

      Les symptômes ont toujours un sens, une raison d’être.
      Et il faut les voir comme des signaux d’alerte, le corps qui dit que quelque chose ne lui convient pas dans notre hygiène de vie.
      Qu’il faut cesser ce qui l’agresse.
      Que ce soit alimentaire ou pas.

      Il est si douloureux et difficile de régler les problèmes quand ils sont devenus des maladies.

      Et surtout ne pas chercher à faire disparaître le symptôme, ne pas faire l’autruche.
      Car petit symptôme maladie deviendra ! Automatiquement.

      Les pharmacies sont pleines de gens qui font l’autruche, jusqu’au jour où ils y viennent une ordonnance à la main.

      Tu pars en vacances, mais c’est très bien !
      Et ton corps aura peut-être un choc, mais ce sera bon signe.
      Ce qui prouvera qu’il a intégré les bonnes habitudes dont il a besoin.

      Il va s’en remettre ne t’en fais pas.

      Suis au mieux ce qui est possible pour toi là où tu seras.
      Sans en faire une obsession.
      Une bonne glace va peut-être lui faire l’effet d’un coup de fouet et le fera réagir !
      Une, pas deux naturellement…

      Pense aussi à l’astuce pour contrer les excès ponctuels, donnée dans ASI.
      Si tu ne vois pas ce dont je parle, envoie-moi un mail.

      Bon séjour au soleil j’espère. Détends-toi bien.

      Marie.

  • Florence dit :

    Bonjour, alors là je suis pétrifiée. Je consomme beaucoup de légumineuses, souvent du riz et du maïs, de temps en temps du gluten : avoine orge seigle petit épeautre etc. Je n’ai pas le droit au quinoa et aux oeufs qui me sont en intolérance. Or je suis en denutrition. Comment faire alors pour une prise de masse saine car je dois manger beaucoup et 4 fois par jour ! Mille mercis de votre aide.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour,

      Je veux bien répondre à ce genre d’appel à l’aide, car la réponse je la connais.
      Elle est fondée sur des travaux scientifiques et cliniques sérieux.
      Il ne s’agit pas de simples astuces et trucs à appliquer.
      Il faut vouloir réellement s’en sortir.
      Car si vous êtes dans cet état c’est que votre corps fonctionne très mal.
      Et que les conséquences concernent bien plus que le poids.

      Mais je constate que rares sont les personnes qui acceptent d’entendre autre chose que ce qu’elles croient déjà !
      Même s’il est évident que ces croyances sont erronées.

      Je voudrais savoir deux choses :
      vous nourrir ainsi a-t-il amélioré votre état ?
      le médecin qui vous a dit de manger ainsi vous a-t-il donné les raisons de votre problème ?

      Bonne journée.
      Marie.

      • barral dit :

        Merci pour votre réponse Marie. C’est un médecin urgentiste naturopathe. Je devrais aussi prendre des compléments Clinutren que le médecin de l’hôpital me prescrit aussi mais je ne les mange pas car la composition me fait peur. Non ça ne s’améliore pas.
        Non les médecins ne trouvent pas là cause de ma grave dénutrition.
        Je suis désespérée. Au secours.

      • Marie Kelenn dit :

        Bonjour,

        Merci de m’avoir répondu !
        Je donne tant de temps et de connaissances pointues à des gens qui appellent à l’aide mais n’ont pas même le courage de dire merci.

        Si vous avez lu d’autres articles sur mon site vous savez que les repas inflammatoires créent de la dysbiose en nourrissant surtout la mauvaise flore.
        Cette mauvaise flore agresse la muqueuse en continu et la rend trop poreuse.

        D’où tous les ennuis de santé dus à l’inflammation chronique.

        Agresser la muqueuse cela ne veut pas seulement dire la rendre trop poreuse, c’est tout aussi gravement faire disparaître ce qui sur elle permet l’absorption des nutriments.

        Notre muqueuse, quand elle est en bon état, ressemble exactement à de la moquette !
        Une belle moquette neuve, avec de grands brins sur lesquels il est très agréable de marcher.

        Les brins de la moquette sont ici, sur la muqueuse, des sortes de doigts et de petits doigts, les villosités et les microvillosités, qui servent à absorber les nutriments.
        Lorsque cette muqueuse souffre d’inflammation ces villosités sont usées, aplanies, vont même jusqu’à disparaître.
        Visualisez votre moquette devenue vieille, comme un tapis tout râpé.

        Voilà ce qui arrive à notre muqueuse au cours de notre vie.
        Ce qui a pour conséquence que nous absorbons de moins en moins les nutriments.
        C’est l’âge diront certains, le manque de nutriments diront les marchands.

        Mais en fait c’est le résultat d’une alimentation et d’un mode de vie inflammatoires qui écrasent littéralement notre muqueuse.
        La brûlent.
        Selon les personnes les troubles de santé qui en découlent seront différents.
        Mais ils sont obligatoires, inévitables, si l’alimentation n’est pas rendue anti-inflammatoire.

        Chez vous c’est la dénutrition.

        Le pire de l’affaire c’est que ce que vous mangez ne fait qu’aggraver l’inflammation de votre muqueuse, l’usure du tapis !
        Sous prétexte de manger beaucoup pour prendre du poids, vous absorbez en fait de moins en moins car vous détruisez de plus en plus votre muqueuse.

        Vous avez vu que légumineuses, riz, maïs, gluten sont très inflammatoires.

        Ce qui est tout aussi grave c’est le fait de manger si souvent et de manger en quantité.
        La digestion ne peut avoir lieu correctement, elle est totalement perturbée.

        Cela a pour effet d’aggraver beaucoup l’inflammation de la muqueuse.
        Ce qui n’est pas bien digéré fermente et nourrit la mauvaise flore, qui crée alors encore plus d’inflammation.

        Vous êtes dans un cercle vicieux, je ne suis pas surprise que vous n’ayez pas d’amélioration.
        Vous comprenez pourquoi vous ne pouvez pas prendre sainement, comme vous le désirez, du poids.

        Je trouve sidérant que des professionnels de santé vous fassent manger ainsi.
        Savent-ils ces ignorants que vous appelez « au secours » ?

        Si vous avez lu ma réponse à une certaine « guinehut » en dessous (elle ne signe pas, ne dit pas merci non plus !) vous voyez que vous n’êtes pas seule.
        Les gens trop minces ou maigres sont tous victimes de ce que je viens d’expliquer.
        Mais ils se gavent tous, et aggravent leur situation.

        Vous devez de toute urgence cesser ce gavage inflammatoire.
        Et reconstruire votre muqueuse avec une alimentation anti-inflammatoire.
        Et un mode de vie qui diminue le niveau de stress, car il y a de quoi être angoissée et stressée.

        C’est possible, cela demande de la patience et une méthode précise.
        La baguette magique n’existe pas.
        Ne courez pas après des solutions rapides, il faut du temps.
        Il y a certainement longtemps que vous êtes trop mince.

        Mais vous pouvez apprendre à manger pour nourrir à la fois votre bonne flore et réparer la muqueuse.
        Votre cas n’est pas désespéré, pas du tout !
        Si vous cessez de le faire empirer.

        Au passage vos intolérances sont dues à votre muqueuse trop poreuse, bien sûr.
        Je ferai un article sur ce sujet en septembre.
        Il est aussi traité dans ASI.

        Les compléments ne restaureront jamais votre muqueuse, mais quand on ne sait rien de la santé intestinale on fait acheter des produits, en plus dangereux !
        Vous avez bien fait de regarder la composition…

        Bonne journée.
        Marie.

      • Marie Kelenn dit :

        Bonjour à vous qui passez par là,

        Je remercie les acheteurs de mon livre de recettes.
        Mais je voudrais leur ôter une illusion, ces recettes ne permettent pas de régler un quelconque problème de santé.
        17 euros pour se délivrer d’une fibromyalgie ou d’une hyperporosité intestinale…soyons sérieux.
        Surtout pas de régler un problème aussi important qu’une dysbiose et tous les troubles de santé qui vont avec.

        Ces recettes évitent seulement de déclencher trop d’inflammation puisqu’elles ne contiennent pas de gluten, de sucre ajouté (très peu et rarement) et
        pas de produits laitiers (sauf une exception).

        Elles ne sont pas conçues selon les principes essentiels à la composition des repas que j’apprends dans le programme ASI.
        Elles ne contiennent pas comme celles du programme ASI des aliments qui peuvent réparer spécifiquement la muqueuse et des aliments qui nourrissent la bonne flore spécifiquement.
        Il n’y a rien à voir entre ASI qui est une méthode précise, une manière de manger, et ces recettes !

        Merci donc de ne pas me reprocher à l’avenir que vos ennuis de santé ne se règlent pas alors que vous avez préparé mes recettes !

        Marie.

  • wallefms dit :

    Bonjour Marie,

    Merci infiniment pour ce post et ces précieuses explications.

    J’ai été pétrifiée de lire un article sur les oxalates. Je souffre de fibromyalgie sévère et de migraine. Je m’intéresse à l’alimentation pour voir si par ce biais je pourrais améliorer mon état. C’est dans cette recherche d’information que jai trouvé un article sur les oxalates, tout à fait déconseillés aux personnes souffrant de fibromyalgie.

    Le hic c’est que j’ai découvert avec effroi que les oxalates sont dans tous les aliments que je mange au quotidien et qui sont réputés bons pour la santé ! (et que j’adore !):

    – les épinards
    – les brocolis vapeur !
    – les myrtilles (alors que c’est conseillé comme étant un fruit exceptionnel pour ceux qui ont une candidose car peu de sucre)
    – les amandes (en-cas sain par rapport à bien d’autres choses)

    Quand je vais sur internet pour trouver une liste fiable des aliments à éviter qui contiennent beaucoup de oxalates, je lis tout et son contraire. Bref, on en arrive à ne plus trop quoi savoir manger !

    J’aurais vivement apprécié avoir votre opinion sur ce sujet.

    En vous remerciant vivement d’avance.

    Bien cordialement à vous,

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour,

      L’alimentation est la cause de la très grande majorité des ennuis de santé.
      Elle est donc la solution de base, avec le maintien d’un niveau de stress normal.

      Vous allez peut-être être surprise mais les praticiens de santé les plus pointus, ceux qui soignent au quotidien depuis longtemps et qui en même temps passent leur temps dans les études scientifiques, sont arrivés à comprendre que la fibromyalgie pourrait bien être liée directement au niveau d’oxalates dans le corps.
      Je suis en permanence leurs travaux, conférences etc.
      Et ce que je découvre est vraiment passionnant.

      Ces oxalates sont liés aussi à de très nombreux troubles de santé et douleurs.
      J’ai enfin compris pourquoi j’ai tant souffert de douleurs musculaires inexpliquées.

      Par contre vouloir supprimer tout oxalate de son alimentation ce n’est pas possible.
      Ni souhaitable car on ne pourrait presque plus manger de végétaux.
      C’est une vision classique totalement erronée, comme avec les candidas d’ailleurs.
      Et surtout cela ne traite pas les dégâts occasionnés déjà ni la vraie cause.

      D’une part il y a des oxalates dans tous les végétaux, en quantités diverses heureusement.
      Et nous en avons naturellement en nous ce qui n’est pas un problème si notre corps fonctionne normalement.

      D’autre part la nature a prévu que le corps puisse réguler naturellement la quantité d’oxalates.
      La nature ne fait pas d’erreurs, nous si.

      Si les oxalates déclenchent des douleurs et problèmes en tous genres c’est parce que leur niveau est trop élevé.
      C’est tout.
      Comme pour beaucoup de choses, l’histamine par exemple, c’est la même explication.

      Et si ce niveau d’oxalates en nous est trop élevé c’est parce que nous avons trop de candidas qui empêchent leur élimination naturelle.
      Donc à nous de ne pas consommer trop d’aliments très chargés en oxalates.
      Les jus d’épinards, de blettes, sont à ce titre une catastrophe, évidemment.

      Mais il faut surtout redonner à notre corps sa capacité à régler ses problèmes lui-même.
      Trop d’oxalates avalés ? Il les élimine.
      Si les candidas sont trop nombreux le corps ne peut qu’accumuler les oxalates.

      Si vous voulez diminuer vos douleurs vous devez régler le problème des candidas.
      La douleur c’est la preuve du niveau élevé d’inflammation en vous obligatoirement.
      Donc il faut rééquilibrer votre flore, ce qui est nécessaire à tout le monde de toute façon.
      Et réparer votre muqueuse inflammée, par laquelle passe l’inflammation qui se répand en vous partout.

      Je vous assure qu’il est possible de manger bien, bon et à sa faim sans se nuire !
      Je pratique depuis des années ce que j’enseigne et ceux qui pratiquent ASI le savent et le disent aussi.

      Méfiez-vous de ce que vous lisez et entendez sur internet.
      Tout le monde peut écrire et s’exprimer.
      A vous de repérer ceux qui sont suffisamment pointus, qui ne répètent pas les mêmes banalités que tout le monde.

      Le soulagement des douleurs de fibromyalgie est tout à fait possible.
      Comme de beaucoup d’autres douleurs, si on adopte une alimentation et un mode de vie réellement anti-inflammatoires.
      Voyez ici ce que dit Danielle. (témoignage sur la page ASI en haut du site et sous un autre article, mais je ne sais plus lequel !)

      Personnellement je voudrais témoigner que le programme ASI, même s’il comporte des contraintes auxquelles nous n’étions pas habituées, est un remarquable programme de santé. Bien sûr il faut effectuer des changements et éliminer gluten et produits laitiers, entre autre, ce n’est pas facile (notre inconscient d’ailleurs, qui a horreur du changement, ne nous y aide pas beaucoup), mais le résultat est un changement total au niveau santé, bien-être, dynamisme, moral, etc. J’en suis une preuve vivante (ancienne fibromyalgique), et désormais je ne changerais pour rien au monde la délicieuse façon dont je me nourris ! Oui, délicieuse… Car, contrairement à ce que croient certaines personnes qui me demandent ce que je peux bien manger,  et comment, je réponds qu’apprendre à bien se nourrir est déjà un plaisir en soi et que de le faire, ne prive aucunement les papilles des gourmands… Il faut juste apprendre et découvrir d’autres aliments, d’autres façons de cuisiner, et avoir un peu d’imagination. Et je vous jure, quand on aime manger, l’imagination vous vient au galop, parole de bonne vivante !

      Merci de vos questions pertinentes et bonne continuation dans votre recherche.
      Marie.

  • leroux christiane dit :

    BONSOIR MARIE,
    MERCI pour votre article car nous en apprenons à chaque fois !!!
    Une simple salade suffit et pourquoi se compliquer la vie.
    De la laitue (du jardin) + de bonnes tomates + un oeuf cuit dur + de l’avocat ou des crevettes grises, de l’huile d’olive du sel de l’Himalaya et voilà une bonne salade pour diner…. en variant aussi avec des épinards ou du concombre …..il y a de quoi prendre du plaisir.
    Pour ma part je garde le quinoa pour ajouter à mes légumes d’hiver car je ne l’ai pas encore essayai en salade.
    MERCI MARIE pour tout.
    BISOUS.
    cris.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Chris,

      La salade en question était très bourrative en effet comme disait Danielle.
      Mais elle est la solution que ceux qui refusent tout produit animal ont trouvée pour avaler des protéines.

      Il est pourtant important de penser aussi à ce que provoque en nous ce que nous mangeons.
      Et donc éviter de créer le pire qui soit, c’est-à-dire de l’inflammation chronique.

      Votre propre salade est un peu trop chargée en protéines animales justement, si vous ajoutez des crevettes aux oeufs. A éviter.
      De même le mélange final est lourd en matières grasses.
      Voyez mon article sur la quantité de matières grasses.
      Si elle est élevée, bonnes ou mauvaises graisses, la mauvaise flore est nourrie.

      Heureuse de vous avoir lue à nouveau.
      A une autre fois, je vous embrasse.
      Marie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Profitez de l’été pour aider votre foie !






 Recevez chaque nouvel article dans votre boîte mails

ainsi que la formation  :

« Détoxication du foie »

réservée aux abonnés