Infection de candidas les symptômes qui alertent

Mon article vous plaît ? Merci de le partager !

Une infection de candidas peut tout aussi bien concerner les hommes

et les enfants que les femmes.

Il ne s’agit pas d’un sujet typiquement et exclusivement féminin !

 

Car elle ne se manifeste pas que par le biais d’une infection vaginale, mais de

nombreuses autres manières généralement dangereuses pour l’état de santé.

Parfois très douloureuses ou parfois silencieuses donc insoupçonnées.

 

Il vaut mieux en reconnaître les symptômes pour éviter de passer trop de temps

à se battre contre des troubles qui résistent, car on ne se doute pas qu’ils sont

probablement liés directement aux candidas.

 

Les symptômes sont si variés que même votre médecin ne se doute peut-être pas

que ce dont vous vous plaignez prouve en réalité la présence d’une candidose,

c’est-à-dire d’une infection systémique de candidas albicans.

 

Cet article a pour objectif de vous convaincre de tout faire pour éviter d’en

arriver au stade de l’infection de candidas.

Parce qu’à ce stade il sera bien plus difficle et long de résoudre le problème.

 

Car alors la santé se dégrade obligatoirement, d’une manière ou d’une autre.

Et la solution pour s’en débarrasser n’est pas simple, contrairement à ce que

certains marchands de produits naturels voudraient nous faire croire.

 

Si seulement c’était vrai !

Quand on parle de candidas, prévenir plutôt que guérir est plus que justifié,

cela peut se révéler vital.

 

 

infection de candidas

 

 

Les symptômes les plus fréquents d’une infection de candidas

(en plus donc de l’infection vaginale bien connue)

  •    les fringales de sucre, sans le moindre doute

 

  •    la fatigue sans raison réelle, chronique ou pas

 

  •    les douleurs abdominales, les ballonnements

 

  •    les douleurs musculaires, articulaires
  •    la constipation ou la diarrhée
  •    l’impossibilité à perdre du poids malgré des efforts réels, et à ne pas

le reprendre, ou à en prendre

  •    l’impossibilité à éliminer les toxines malgré toutes les méthodes essayées
  •    l’endométriose
  •    la mauvaise haleine
  •    la dépression, la confusion mentale, les sautes d’humeur fréquentes,

les problèmes de mémoire

  •    l’insomnie
  •    les migraines qui résistent à tout
  •    les problèmes de peau qui ne disparaissent jamais

 

Evidemment tous les symptômes ne se retrouvent pas chez la même personne !

Si la constipation ou la diarrhée marque la présence de candidas, toutes les

personnes qui souffrent d’une infection de candidas ne sont pas constipées ou

atteintes de diarrhée.

Et cela est vrai pour les autres symptômes, heureusement !

 

J Dtsch Dermatol Ges. 2013 May;11(5):381-93; quiz 394. doi: 10.1111/ddg.12097.

 

C’est quoi des candidas albicans ?

Il s’agit de levures.

Que l’on trouve tout à fait naturellement sur notre peau et dans notre système

digestif.

Des levures, ce qui signifie qu’ils appartiennent à la famille des champignons, mais

qu’ils n’ont qu’une seule cellule.

 

Il n’y a problème que lorsque ces candidas albicans se multiplient à l’excès.

De sorte qu’ils parviennent à dominer la bonne flore, qu’ils sont plus nombreux que

les bonnes bactéries ou que les bonnes levures (ça existe !) au sein de notre

microbiome.

De notre microbiome, c’est-à-dire de l’ensemble de tous les micro-organismes qui

peuplent notre système digestif et nos muqueuses.

 

Qu’est-ce qu’une infection de candidas, ou candidose ?

Chacun a des candidas en lui, sur lui.

Mais tout le monde ne développe pas de candidose.

Pourquoi ?

 

Les gens en bonne santé ont un microbiome équilibré dans lequel les bons

tiennent les méchants à l’oeil.

Des candidas, d’autres mauvaises levures, des champignons, oui mais pas trop.

D’ailleurs les candidas ne sont surtout pas à exterminer en totalité, car ils

permettent au système immunitaire de se maintenir performant, de « s’entraîner »

en quelque sorte !

 

Ceux au contraire dont le microbiome est en déséquilibre, ceux donc qui sont en

dysbiose,  ont nécessairement une muqueuse trop poreuse à cause de

l’inflammation créée par ces mauvais micro-organismes.

Ce que j’ai développé dans ma conférence.

 

C’est alors qu’il y a possibilité d’une infection de candidas albicans.

Car à travers cette muqueuse les candidas se répandent dans le sang et

ensuite dans tous les tissus.

Et comme tous les êtres vivants ils se nourrissent, libèrent des déchets et font des

petits !

 

On parle alors d’une infection de candidas ou d’une candidose.

Déclenchant des troubles qui diminuent la qualité de vie parfois de manière

gravissime.

 

Wächtler B, Citiulo F, Jablonowski N, Förster S, Dalle F, Schaller M, et al. (2012) Candida albicans-Epithelial Interactions: Dissecting the Roles of Active Penetration, Induced Endocytosis and Host Factors on the Infection Process. PLoS ONE 7(5): e36952. doi:10.1371/journal.pone.0036952

 

Cette infection de candidas s’explique comment ?

  •    un système immunitaire qui ne fait pas son travail, c’est évident.

Or ce système immunitaire est situé, au moins pour 75 %, au niveau de

la muqueuse intestinale.

  •   donc la condition première, incontournable, à une infection de candidas

c’est que cette muqueuse soit devenue trop poreuse.

Et c’est cette hyperporosité qui a permis que les candidas puissent aller infester

le corps entier. C’est même eux qui l’ont créée !

  •    ce qui va avec un microbiome déséquilibré, où mauvaises bactéries

et mauvaises levures (dont les candidas), champignons et autres parasites font

la loi.

Tout ce petit monde ayant un effet très inflammatoire sur la muqueuse

et sur le corps entier nécessairement.

 

 Une candidose est directement liée à l’hygiène de vie :

Qu’est-ce qui dans l’hygiène de vie permet à ces levures de se multiplier au-delà

de la normale ?

  •    un sommeil de mauvaise qualité

 

  •    trop de stress pendant longtemps

 

  •    une alimentation qui nourrit les candidas, particulièrement :

 

Du sucre ajouté : desserts (maison ou pas !), pain (tous !).

Mais aussi trop de jus de fruits (sauf ceux de fruits très peu sucrés).

Les candidas adorent aussi les moisissures des fruits séchés, sans parler de leur

contenu très concentré en sucre. (pas les fruits oléagineux).

 

infection de candidas

 

Des repas inflammatoires qui nourrissent ces candidas.

Parce qu’ils ne sont pas composés selon des proportions qui permettent de

ne nourrir que les bonnes bactéries et les bonnes levures.

(proportions scientifiquement et cliniquement établies).

 

Des aliments transformés, industriels, et non bio.

La bière, l’alcool, le cidre, le kéfir de grains (de fruits ou de lait),

le kombucha qui contiennent eux-mêmes de bonnes bactéries et des levures,

bonnes et mauvaises.

Les contacts avec des produits chimiques.

 

Les antibiotiques, la pilule contraceptive contribuent particulièrement à la

multiplication de ces candidas.

 

Toutes ces causes expliquent que tant de gens soient concernés par l’infection

de candidas.

 

Les dégâts occasionnés par une infection de candidas

Ils envahissent notre corps de toxines que l’on nomme des toxines endogènes,

c’est-à-dire fabriquées par le corps lui-même.

Contrairement aux toxines exogènes dont je parlais dans cet article

« Deux conditions à une détox efficace »

Ce sont ces toxines endogènes qui rendent les cures de détox très peu efficaces

en réalité.

 

Les candidas sabotent littéralement vos efforts de nettoyage car ils saturent les

capacités du foie.

Je citerai deux des toxines les plus dangereuses libérées par les candidas dans

notre sang et nos tissus : l’acétaldéhyde et la gliotoxine.

 

De véritables poisons :

  •    l’acétaldéhyde est capable d’endommager notre ADN

 

  •    de conduire au stress oxydatif :

 

  •    il est associé à la maladie d’Alzheimer

S Ohta, et al. Mitochondrial ALDH2 deficiency as an oxidative stress.

           Ann N Y Acad Sci. 2004 Apr;1011:36-44.

  •    la gliotoxine stimule la mort des cellules du foie :

Wright, M. C., Issa, R., Smart, D. E., Trim, N., Murray, G. I., Primrose, J. N., … & Mann, D. A. Gliotoxin stimulates the apoptosis of human and rat hepatic stellate cells and enhances the resolution of liver fibrosis in rats. Gastroenterology, 2001; 121(3), 685-698.

  •    elle va jusqu’à tuer les cellules immunitaires :

Sutton, P., Newcombe, N. R., Waring, P., & Müllbacher, A. In vivo immunosuppressive activity of gliotoxin, a metabolite produced by human pathogenic fungi. Infection and immunity, 1994; 62(4), 1192-1198.

 

Ne comptez donc pas trop sur les cures du commerce, quelles qu’elles soient,

pour s’attaquer à ces terribles toxines…Pas vraiment à la hauteur à mon avis !

 

Nos pires ennemis intérieurs

Au-delà d’un problème de détox, les candidas sont à considérer réellement comme

des ennemis intérieurs, bien aussi dangereux que les pires produits

chimiques.

Qui nous atteignent entièrement, cerveau et corps.

 

En 2013 une étude a été publiée prouvant qu’en s’accumulant en nous avec

le temps les candidas deviennent de plus en plus toxiques :

Bruns, S., Seidler, M., Albrecht, D., Salvenmoser, S., Remme, N., Hertweck, C., Brakhage, A. A., Kniemeyer, O. and Müller, F.-M. C. Functional genomic profiling of Aspergillus fumigatus biofilm reveals enhanced production of the mycotoxin gliotoxin. Proteomics, 2010; 10: 3097–3107.

 

Comprenez bien que ne vous en prendre qu’aux symptômes, soigner une infection

vaginale par exemple, ne peut pas résoudre le problème de fond et donc protéger

votre santé globale.

C’est au niveau des causes qu’il faut agir, « couper le robinet à toxines »,

comme je le disais dans la conférence.

 

J’ai encore beaucoup d’autres choses à vous dire au sujet des candidas, notamment

quand je parlerai des jus, des smoothies, des oxalates etc.

 

Remarques :

1. la mise en forme vous semblera parfois curieuse, je n’ai pu faire mieux

malheureusement !

2. tout ce que j’écris ici est sous-tendu par des études scientifiques et cliniques.

Comme toujours je n’avance rien qui ne soit pas reconnu par des professionnels

eux-mêmes très reconnus et qui travaillent sur le lien entre nourriture et santé.

Mais il m’est impossible d’indiquer pour chaque notion une étude qui la valide.

Je ne le fais que lorsque la notion est plus pointue, donc a moins de chance

d’être connue par la majorité.

Ceux qui doutent peuvent bien sûr me fournir les preuves que ce que j’écris est

erroné.

Be Sociable, Share!

42 réponses à Infection de candidas les symptômes qui alertent

  • DUMON dit :

    Votre article m’a beaucoup intéressé car j’ignorais la nocivité de ces candidas. Pourtant j’en suis victime depuis mes accouchements et je sais combien il est difficile de les éliminer. je vais donc lire avec beaucoup d’interêt votre article sur les solutions…
    Merci pour tous vos articles qui éclairent ma lanterne un peu plus chaque jour.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour !

      Il ne me semble pas que mon article parle d’un autre article « solutions ».
      Qui de toute manière n’aurait pas été publié avant, en toute logique.

      Par contre si vous lisez bien celui-ci vous y trouverez les causes qui font que les candidas se développent plus que la normale.
      Et vous trouverez les causes qui expliquent comment se développe ensuite une infection de candidas.
      Infection qui ne peut exister sans un intestin trop poreux.
      Cela est écrit.

      Comme en santé naturelle on sait qu’il faut agir sur les causes et non les symptômes vous avez de quoi agir, non ?
      Changez d’alimentation et réparez votre intestin !
      D’ailleurs si agir sur les symptômes était suffisant à long terme vous ne seriez pas là.
      Votre problème aurait été résolu par les méthodes que vous avez dû déjà employer.

      Bonne journée.
      Marie.

  • DUMON dit :

    Je ne trouve pas les solutions pour combattre les albicans. Pouvez vous m’aidez ?

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour !
      Avez-vous bien lu le titre de mon article et cette phrase de l’introduction :

      Cet article a pour objectif de vous convaincre de tout faire pour éviter d’en
      arriver au stade de l’infection de candidas.

      Merci.
      Marie.

  • kaci djemila dit :

    comment s en debarasser merci beaucoup Djemila

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour !

      Si vous espérez vraiment, honnêtement, de l’aide, commencez par me dire bonjour !
      Ici on n’est pas sur un forum anonyme pour bavarder et dire n’importe quoi.

      Et si vous me lisiez ?
      Les solutions sont clairement indiquées dans l’article.

      Savez-vous que lorsqu’on ne commet plus certaines erreurs on n’en vit plus les conséquences ?
      Pour traduire simplement : agissez sur les causes du trop de candidas et sur les causes de l’infection.
      Elles sont expliquées en totalité…

      J’ai passé de très nombreuses heures à assembler toute la recherche la plus sérieuse sur le sujet (celle des vrais chercheurs qui soignent avec un succès reconnu, pas des gens qui ne sont que dans le business).
      Et beaucoup d’heures également à rédiger cet article.

      Bonne journée.
      Marie.

  • Nina dit :

    Bonjour Marie,
    Merci pour cette piqure de rappel on ne peut plus nécessaire ;-)
    C’est toujours un réel plaisir de vous lire, on en apprend et ré apprend chaque fois.
    Nina

  • nadia dit :

    Bonsoir Marie,

    ravie de te lire à nouveau. Voilà un résumé très clair d’une alimentation santé. Quand tu parles des moisissures des fruits secs je suppose que tu parles de celles qui sont sont visibles sur la peau quand elles sont mal conservées, ou bien peuvent-elles être difficiles à détecter ? Parce que j’ai pris l’habitude en rentrant chez moi dans l’après-midi de manger des amandes, noix de cajou ou noisettes.

    Belle semaine à toi Marie
    Nadia
    nadia Articles récents…Le jeûne intermittent : une solution minceur santéMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Nadia,

      Oui je reviens après quelques complications. Merci.

      En fait je parle de fruits séchés (j’ai corrigé dans l’article), pas de fruits oléagineux.
      Un fruit frais contient eau et sucre donc avec le séchage se développent des moisissures microscopiques.
      On ne les voit pas, comme on ne voit pas les bactéries et champignons de toutes sortes qui couvrent tout, nous et le reste…

      Donc les candidas qui sont amateurs de sucre sont attirés bien sûr.
      Que le sucre soit naturel ou pas n’y change rien pour eux.

      Les fruits oléagineux ont un contenu peu sucré au contraire, surtout protéines et acides gras.
      Ce qui les rend très peu digestes, par contre, comme tu sais !

      Oui il est vital comme je l’ai dit, le mot n’est pas trop fort, de tenir ces créatures à distance.
      Qui peuvent ruiner, et ruinent, des vies.
      Donc à nous de changer radicalement nos habitudes alimentaires.

      Les études les plus récentes montrent qu’ils sont derrière une foule de troubles.
      Tous ceux que j’ai énumérés ont été repérés par des médecins ou naturopathes qui ont fait faire des analyses de selles.
      Et ont enfin compris la cause des plaintes de leurs patients.

      Quand on en parlera plus en France ce sera un peu tard pour beaucoup malheureusement.

      Bonne soirée à toi.
      Marie.

  • Marion dit :

    Bonjour,
    Vous dîtes que ce n’est pas indiqué de boire du kéfir si on veut lutter contre les candidas.
    J’ai toujours lu que le kéfir était très bon à la santé.
    Si vous pouviez m’éclairer. Merci.
    Marion.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour,

      Je sais bien, oui, que « partout » on nous dit de boire du kéfir, et du kombucha.
      Sauf qu’une erreur répétée de très nombreuses fois ne devient pas une vérité !
      Plutôt un vrai danger de santé.

      Ils ont permis à certains de vaincre telle ou telle maladie.
      Les médicaments aussi…
      Est-ce une raison pour dire que tout le monde devrait prendre des médicaments, en prévention ?

      Il existe des travaux scientifiques et cliniques très nombreux qui prouvent depuis des années que kéfir et kombucha ne contiennent pas que de bonnes levures et bactéries.
      Mais aussi de très dangereuses levures.
      On a trouvé des souches de candidas dans du kombucha par exemple.

      Les bactéries et levures sont très puissantes, dans tous les sens.
      Le pire comme le meilleur est possible.

      Tous les vrais connaisseurs du sujet le savent.
      Et je parle des médecins et naturopathes qui sont spécialisés dans les soins naturels avec des aliments probiotiques.
      Pas des gens qui ont des sites et font la promotion de ce qui plaît.

      Je possède moi-même (je les ai achetées) toutes les preuves scientifiques de ce que je dis là.
      Je les montrerai lorsque je consacrerai des articles spéciaux au kéfir et au kombucha.
      Leurs effets dépendent de la composition de départ de la flore intestinale de chacun.
      Ils contribuent à la multiplication des candidas chez la plupart des gens malheureusement, vu l’état de la flore de la population en général.

      Merci pour cette question.

      Bonne journée.
      Marie

  • leroux christiane dit :

    BONJOUR MARIE,
    J’admire à quel point vous pouvez nous corriger lors de nos achats.
    Tout est si bien expliqué et pourquoi dépenser l’argent si bêtement !!!!
    Je viens d’acheter un sachet d’abricots secs bio et en les voyant je me suis dit au moins ceux là ils sont naturel mais je ne connaissais pas la suite….alors mieux vaut s’en passer.
    Je ne pensais pas que le cidre était aussi à éliminer.
    Que penser vous d’un verre de vin (normal ou bio) de temps en temps, j’ai une préférence pour le vin blanc…..et on dit que le rouge est plus bénéfique sauf pour le foie malheureusement.
    Passez une bonne journée et continuez à nous instruire.
    Merci pour tout.
    Chris.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Christiane,

      J’ai listé toutes les causes qui en s’accumulant dans la vie de chacun font se multiplier les candidas.
      Et cela de manière prouvée et inévitable.

      Mais c’est à chacun de savoir repérer dans quel état est sa flore personnelle.
      S’il y a dysbiose, candidose connue ou suspectée etc.
      D’observer les symptômes car ils ont toujours un sens, le hasard n’existe pas dans le domaine de la santé, tout s’explique.

      Donc le choix de supprimer un peu ou définitivement tel aliment est personnel, comme la flore est personnelle.
      Pour ma part j’aime tellement le cidre que je n’envisage pas de m’en priver de manière définitive !
      J’ai découvert samedi dernier un des meilleurs cidres que j’ai jamais bu.

      Mais je sais par ailleurs que ma flore est équilibrée, ASI est mon quotidien depuis longtemps !
      Je ne bois que cet alcool, assez rarement en fait, je dors parfaitement bien, aucun sucre ajouté ne vient nourrir mes mauvaises bactéries, donc mes candidas entre autres, etc.
      Je ne supporte même plus les fruits secs, ni tout ce qui est sucré, tellement mes candidas sont peu nombreux.

      A vous de juger, de voir vos réactions après avoir mangé des abricots secs, ou bu du vin.
      Consommez-les en petite quantité et mangez plutôt des fruits frais.

      Le vin ? Le rouge contient plus d’antioxydants il me semble.
      Mais il a d’autres inconvénients bien sûr.
      Tout alcool fait le bonheur des candidas de toute manière !
      Ils nous ressemblent en fait…

      Ne jetez donc pas vos abricots !
      Merci Christiane, à une autre fois.

      Marie.

  • Cécile dit :

    Bonjour Marie,

    Un grand merci pour tes recherches et cet article incroyablement bien documenté..
    Difficile d’accepter que d’aussi « petites bêtes » puissent nous faire autant de mal et être sournoisement la cause de beaucoup de maladies (parfois graves)…
    Ce matin, sur une grande chaîne de radio, ils ont parlé d’une étude qui prouvait que l’immunothérapie chez des patients atteints d’un cancer était plus ou moins efficace en fonction de l’état de leur microbiote…on parle de 2ième cerveau mais je pense que c’est le 1er!

    Cependant il est difficile de toujours supprimer ce qui est mauvais dans notre alimentation…surtout le sucre qui est une drogue puissante!
    J’essaye…petit à petit…et d’après ce que tu dis si on améliore notre flore, on devrait en avoir moins envie!
    Les fruits, le miel sont un bon compromis d’après tous tes autres articles.

    Merci encore pour ce travail
    cdt
    cécile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Cécile,

      Comme je le disais dans la conférence, l’ADN de notre microbiome est tellement plus important en nombre de gènes que celui de nos cellules humaines, que bien entendu ce microbiome dirige notre santé à tous les niveaux, mental et physique.
      Il y a pas mal d’années qu’on le sait tout de même.
      Ceux qui ne veulent pas agir en fonction de cela sont condamnés à gober le genre d’information dont tu parles.

      Je l’ai entendue moi aussi.
      On nous prend vraiment pour des enfants et bébêtes en plus !
      Comme si cette équipe française était la première à le découvrir.
      Eh oui le microbiote (je préfère microbiome qui le voit sous l’angle de ses gènes. Car ce sont eux qui agissent au sein du microbiote)
      ce microbiote donc est en relation directe avec nos troubles de santé.

      Si on voulait faire de la prévention on se demanderait comment le changer ce microbiome pour que les troubles de santé soient moins nombreux.
      Mais on s’échine à vouloir bâtir une immunité sans lui.
      Alors que ce sont les bonnes bactéries qui sont à l’origine de notre système immunitaire au niveau de la muqueuse intestinale.
      Manger moins d’horreurs en tous genres ce serait une thérapie préventive intéressante, non ?

      Lutter contre les fringales ou contre l’eczéma ou les douleurs musculaires c’est s’attaquer à un symptôme.
      Cela ne règle pas le dysfonctionnement à l’origine du symptôme.
      Même si il est normal de vouloir le faire, quand on a mal on veut que ça s’arrête.

      Une flore qui ne contient pas au moins 80 % de bonnes bactéries ne peut pas assurer la santé du corps.
      Je l’ai dit aussi dans la conférence, cela est connu depuis dix ans au moins.
      Cela a été constaté par des données planétaires recueillies auprès des professionnels de santé.

      A partir de là tout est possible en matière de troubles de santé.
      Il est là le dysfonctionnement, dû à notre hygiène de vie, notamment alimentaire.
      Ce à quoi s’attaque la médecine dite « fonctionnelle » justement.

      Le problème ce n’est pas la fringale de sucre ou de pain ou de fromage etc. mais ce qu’elle révèle : la présence de micro-orgainsmes qui ne veulent pas notre bien !
      Ce sont eux qui veulent manger du sucre en fait, pas « toi »…tu es très minoritaire en tant qu’humaine dans ton corps !

      Oui bien sûr que lorsqu’il n’y a plus dysbiose les envies de sucre disparaissent.
      Le corps retrouve un instinct de vie naturel : le sucre ajouté est un tueur, ce n’est donc pas bon signe que le corps en réclame tant et du mauvais en plus.
      Carrément suicidaire en fait.

      Le miel en quantité raisonnable ne nourrit pas les candidas.
      J’ai lu les études qui le prouvent et je sais même pourquoi !
      Je l’expliquerai, comme pour le kéfir et le kombucha, dans des articles dédiés aux petites bêtes comme tu dis.
      Elles auront même droit à un site rien que pour elles.

      Bonne soirée et merci à toi.
      Marie.

  • Laurence dit :

    Bonjour Marie
    Merci pour ce travail bien documenté.
    Si le kefir et le kombucha sont contre-indiqués en cas de candidose avérée ou sur un terrain de dysbiose, savez-vous ce qu’il en et des lacto-fermentations comme la choucroute crue par exemple ? Théoriquement elle amène des probiotiques qui eux-mêmes s’opposent au développement des levures (si on est bien en anaérobie lors de la fermentation).
    Bonne journee

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Laurence,
      Kéfir et kombucha sont un problème selon la composition de la flore, pas seulement ni nécessairement en cas de dysbiose.
      Cela n’a pas à voir avec la quantité de mauvaises bactéries mais avec leur nature.
      On peut ne pas être en dysbiose et avoir une mauvaise flore, même non dominante, composée surtout de certaines levures qui se nourriront spécifiquement de celles contenues dans ce kéfir ou ce kombucha.
      Alors très rapidement elles pourront dominer car elles se reproduisent à une allure folle.
      Vous comprenez ?
      Pour ce qui est de la choucroute crue vous avez la réponse avec votre programme ASI !
      Bonne soirée.
      Marie.

  • Cécile dit :

    Merci pour ton enthousiasme et dynamisme à dire les vérités!
    j’ai participé à ta conférence l’année dernière, je la recommande vivement…n’hésite pas à redonner le lien de temps en temps.

    Tu confirmes que Huile de coco et ail sont « bons » pour lutter contre ces invasions de Candidas ?
    Merci
    belle journée
    cécile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Cécile,

      Je confirme surtout que, même si graisse de coco et ail sont des fongicides donc s’attaquent aux candidas, cela ne peut pas du tout résoudre le problème ni de la présence de candidas dans la flore.
      Ni, encore moins, de l’infection passée dans les tissus.

      On est là dans la gestion du symptôme, on ne touche pas les causes, on ne change pas le fonctionnement de la digestion, donc la composition de la flore.
      Au rythme où ces créatures sont fabriquées par les repas et boissons on ne peut en venir à bout ainsi.
      Et vu les milliards qui sont hébergées dans une flore « moderne ».

      Sinon depuis le temps que tous ces conseils gratuits sont donnés sur internet les gens auraient réglé leur problème !
      Or le nombre de candidoses augmente sans cesse, certainement les 3/4 de la population…
      C’est un problème majeur de notre époque.

      Sans agir sur les causes on passe sa vie à glaner du gratuit, naïvement.
      Comme on change de marque d’aspirateur en espérant en trouver une un jour qui supprime à jamais la poussière !!

      En attendant l’infection se propage à l’allure grand V.
      Gratuitement aussi !

      Les recettes de mon livre n’ont pas de vertus pour régler le problème car elles n’intègrent pas les proportions particulières pour que les repas ne nourrissent pas les mauvaises bactéries, c’est-à-dire surtout les candidas bien sûr.

      Bonne soirée.
      Marie.

  • Isabelle dit :

    Bonjour Marie,
    Cet article est très intéressant en effet, les commentaires aussi ! Je suis toujours vigilante sur ce que je mange mais n’atteint encore pas ce que je me souhaite. Pas à pas… cela prend du temps, mais des habitudes / mécanismes se mettent en place. Les goûts et envies se tournent ailleurs. Dommage que la santé subisse dans les médias le même lot que tout le reste : le marketing. C’est tellement dommage ! Merci de nous permettre de nous instruire convenablement !
    Bonne journée,
    Isabelle

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Isabelle,

      Le marketing…!
      N’oublions pas que s’il est partout c’est parce que ça marche à merveille.
      Les adultes ne veulent que croire au Père Noël, alors on leur propose du Père Noël et ils en achètent les yeux fermés.

      C’est plus rapide que de réfléchir, et faire des efforts sur le long terme.
      Ce qui coûterait pourtant bien moins cher !
      Les marchands le savent qui vendent du rêve à gogo.

      Combien de mes lecteurs auront acheté le nouveau produit anti-âge qui révèle tant de secrets jamais dévoilés, nécessairement ?
      Bourré de stéarate de magnésium, alors qu’ils ont lu l’article que je lui ai consacré à ce stérarate de magnésium et à ses charmants copains !

      Le jour où tous ces gens se réveillent c’est bien trop tard.
      Je les récupère au réveil, je sais !

      Bonne soirée.
      Marie.

  • Anne R. dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article, très clair et très documenté comme toujours…
    J’essaie d’éradiquer une candidose depuis plus d’un an avec une alimentation saine :légumes bio et le moins possible de produits sucrés – j’ai remplacé le sucre par de l’écorce de bouleau – laitages et gluten, pas évident à concilier avec une vie sociale parisienne…! et j’aurais aimé avoir votre avis sur les cures de pré et probiotiques, la phytothérapie (huile essentielle d’origan par exemple), l’hydrothérapie du côlon, le jeûne…
    Merci d’avance pour vos précieux conseils!
    Cordialement

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Anne,

      Votre candidose s’est développée au fil du temps, et n’a été reconnue qu’il y a un an.
      Ce qui veut dire qu’elle est le résultat d’une alimentation erronée depuis bien plus longtemps.

      Vous avez lu ce que signifie candidose en terme de santé de votre flore intestinale et de votre muqueuse.
      Et en termes de conséquences sur le reste du corps.

      C’est bien de manger avec des amis, et pas qu’à Paris.
      Mais sont-ils en mesure de soulager les ennuis, souffrances et maladies le jour où ils apparaissent ?
      Vous serez seule à assumer ce qui est lié à cette candidose.
      Dans la vie il faut savoir ce que l’on désire pour soi d’abord !

      Quand on est malade on n’a plus le loisir de toute façon d’avoir du plaisir avec les amis.
      Les cabinets de médecins, pharmacies, hôpitaux, sont pleins de gens qui ont bien mangé avec leurs amis.
      Amis qui eux-mêmes n’échapperont pas aux ennuis un jour ou l’autre.
      Mais on peut apprendre à manger autrement et inviter les amis chez soi.
      Tout en ayant du plaisir.

      Pour ce qui est du xylitol, écorce de bouleau, il appartient à la famille des polyols.
      Composés chimiques qui sont comme tous les FODMAPs susceptibles de créer des problèmes intestinaux.
      Pour votre cas il est certainement nécessaire de l’éviter. Préférez la stévia de qualité.

      Tout ce à quoi vous songez est une manière de n’agir que sur le symptôme, la candidose, sans améliorer votre santé intestinale réelle.
      J’ai parlé de l’huile d’origan dans mon dernier article « les huiles essentielles efficaces et non toxiques ».
      Les cures de prébiotiques et probiotiques, vous pouvez y croire et en acheter.
      Et revenez nous dire qaund vous aurez réglé vraiment votre problème.
      Hydrothérapie du colon et jeûne, demandez à ceux qui en font la promotion.
      C’est plus délicat que ce que l’on croit, même si cela peut aider.
      Mais pas pratiqué n’importe comment et par tous.
      Pratiquez, voyez les résultats.

      Je sais que sans modification alimentaire sérieuse, avec apport des aliments et boissons spécifiques qui eux rétablissent une bonne flore intestinale, vous ne pouvez pas réussir.
      Mon programme contient même de quoi s’attaquer à l’infection dans les tissus eux-mêmes.
      Avec des prébiotiques et probiotiques réels mais bien choisis pour ne pas être dangereux.

      Mais cela n’a rien d’une solution magique, d’un miracle.
      Une solution de fond, éprouvée.

      Faire faire les efforts par un moyen externe à vous ne vous ménera nulle part et pas longtemps en tous cas.
      Mais vous pouvez essayer, je ne vous en dissuade pas.

      Bonne recherche.
      Marie.

  • laurence dit :

    Bonjour Marie et merci pour cet article bien documenté.
    Je suis heureuse d’apprendre que le miel ne pose pas vraiment de problème en cas de candidose, on lit tout et son contraire à ce sujet.
    Bonne soirée.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Laurence,
      Oui on lit tout et son contraire, et pour tout, même de la part de ceux qui sont sérieux.
      Ils ne prennent tout simplement pas la peine de consulter les études scientifiques.
      Elles sont pleines de trésors qui dorment parfois depuis longtemps.
      Parce que non rentables.
      (la suite de votre commentaire a obtenu sa réponse plus haut).
      Merci, à bientôt.
      Marie.

  • Ping : Huiles essentielles efficaces et non toxiques - Nourriture-SantéNourriture-Santé

  • Laurence dit :

    Bonsoir Marie. Merci pour votre réponse. Je comprends bien votre explication. J’ai l’impression qu’il y a un malentendu entre nous sur le terme « dysbiose ». Je l’utilise dans le sens d’un déséquilibre de la flore intestinale, comme l’ethymologie du mot l’indique, or vous semblez l’utiliser ici pour parler de la quantité de bactéries. Lui donnez vous une autre définition ? Être d’accord sur le sens des mots aide à bien communiquer.
    Je vois que mes 2 messages précédents sont en ligne. En fait j’avais écrit le second parce que mon commentaire n’apparaissait pas sur mon ordinateur, ni votre réponse. Je ne radote pas encore, juste un petit problème technique : )
    Bonne soirée

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Laurence,

      Le déséquilibre de la flore (dysbiose) signifie que la quantité de bons n’est pas suffisante par rapport à la quantité de mauvais organismes.
      La santé se situant à au moins 80 % de bons.
      Il existe donc des degrés divers de dysbiose.

      Mais il y a aussi un autre facteur bien aussi important qui signe ou non la santé : la diversité de cette flore, de la bonne comme de la mauvaise.
      Ce qui explique par exemple que certaines personnes puissent ne pas réagir de la même manière à la consommation de tel aliment problématique.
      Parce qu’elles n’ont pas la même composition de leur flore au départ.

      Le kéfir qui peut « guérir » tel problème chez telle personne, l’aggravera chez telle autre.
      Raison pour laquelle également les probiotiques du commerce touchent rarement leur cible !
      Trop impersonnels.

      La flore est un monde très complexe largement encore inconnu.
      Mais passionnant.

      Bonne soirée.
      Marie.

  • Cécile dit :

    Bonjour Marie,

    Petit à petit grâce à toi, on ouvre les yeux…et commence à comprendre pas mal de choses, de liens entre symptômes et causes..
    Ton article sur les HE est hallucinant, encore toute une croyance, une éducation qui tombent! Aie! comment le faire entendre à tous…
    Si j’ai bien compris, un déséquilibre acido-basique du corps entrainerait une aide pour la multiplication des candidas (liée bien sûr à toute la « mal bouffe » d’aujourdhui?). Dans ce cas faut il d’abord soigner son « hyper acidité » ou sa candidose? ou les 2 sont ils liés et indissociables?

    As tu un avis sur l’EPP? ou sur la médecine chinoise et ses plantes pour soigner une acidité de l’organisme et une candidose?
    Que penses tu également du « test de salive » maison? est-il fiable selon toi?

    Encore MERCI pour tout
    A bientôt pour ton programme ASI…

    belle journée
    Cécile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Cécile,

      En faisant « mon ménage » je trouve ton message, je pensais qu’il n’y en avait plus sous cet article.
      Excuse-moi.

      L’inflammation et l’acidification du sang, c’est la même chose.
      La première est la cause de la seconde.

      L’équilibre acido-basique tel qu’en parlent les livres actuels, (qui ne font que reprendre des principes très vieux, pour ne pas dire vieillots) n’aide pas à résoudre du tout le problème.

      Il y a une confusion dans la tête des gens, qui croient que toute acidité est à fuir !
      Mais cela dépend de quel endroit du corps on parle.
      Un estomac en bonne santé doit être acide, comme le colon.
      L’intestin grêle doit être légèrement alcalin.

      Ces livres grand public caricaturent beaucoup ; c’est obligatoire car la réalité est très complexe.
      Il faut bien séduire, donc on simplifie, donc on dénature la réalité.
      L’objectif est de les vendre en proposant des trucs efficaces…Ce n’est pas de la santé pointue et très au fait des connaissances actuelles.

      Le problème est que les solutions proposées sont à terme inflammatoires comme je l’explique dans mon dernier article.
      De plus faire manger des amandes en quantité aux gens, sous prétexte qu’elles sont alcalines est le fruit de l’ignorance.
      Des oxalates sans limites pour des gens qui ont des problèmes de santé, nécessairement intestinale ? Vraiment c’est grave.

      Et trop d’alcalinité est tout aussi dangereux que trop d’acidité.

      C’est de la fausse santé, qui propose des trucs, mangez ça et vous réglerez vos problèmes !
      D’autant plus commercial que les trucs en question sont bons, bien sûr.
      On se moque tellement des gens.

      La candidose ne se règle pas avec des trucs, des amandes, des bananes, c’est malhonnête de faire croire ça.
      Et cela prouve beaucoup d’incompétence.
      Enfin, c’est commercial !

      La candidose est la CAUSE de l’inflammation de la muqueuse c’est-à-dire de l’acidification du sang.
      Il faut s’attaquer à la candidose d’abord, sinon rien n’a de sens.

      Pépin de pamplemousse ? C’est la même réponse que pour ce que tu m’as demandé plus haut.
      Evidemment.
      Coco, EPP, et tout ce que tu voudras n’agit pas sur les causes, tu comprends ?
      Utile en cas d’urgence, pour le EPP, c’est tout.

      Les gens qui se contentent de supprimer les symptômes seront les plus atteints par d’autres symptômes autrement plus désastreux.
      Et très difficiles à soigner.
      Principe basique en naturopathie.
      C’est infantile.

      Bonne journée.
      Marie.

  • laurence dit :

    Maintenant nous parlons le même langage, c’est plus clair, merci.
    Oui, le petit monde intestinal est quelque chose de passionnant. J’en parlais déjà il y a des années dans ma thèse. Nous avons eu récemment une formation médicale continue sur le microbiome par un gastro-entérologue et un dermatologue. Ils en parlent comme d’un « organe » à part entière, dont on découvre avec surprise et émerveillement les multiples fonctions.
    Hélas, comme trop souvent en médecine, le but est encore de trouver LE probiotique, ou LE médicament, qui va régler tel ou tel problème, et non de changer l’hygiène de vie (alimentaire et autre) qui permettront de restaurer et de conserver une flore saine et protectrice.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Laurence,
      Oui il peut se cacher tant de choses sous le mot « science » !
      On peut tellement en faire des usages orientés.
      Bonne journée.
      Marie.

  • Ping : A lire : Infection de candidas les symptômes qui alertent | Irrigation du colon Bretagne

  • Marie-Chantal dit :

    Bonjour,
    Je vous ai envoyé un mail ce matin, mais je reviens vers vous pour savoir si en dehors de la formation suite à votre conférence « ASI » ( que je viens seulement d’écouter ), vous pouviez donner des conseils alimentaires , ou si vous avez écrit quelque chose sur ce thème ?
    J’avoue ne pas être allé jusqu’au bout de cette conférence, 4h et plus ça fait beaucoup d’un coup pour moi …. j’ai écouté tout ce que vous disiez avant que vous parliez de la formation.
    Je suis convaincue des bienfaits d’une alimentation saine, mais entre tous les « régimes » proposés (végétarien, Seignalet , sans céréales , sans laitages , ect ect ,) lequel me permettra d’avoir un intestin au mieux de sa forme ?
    Merci du merveilleux travail que vous faites de par vos recherches , et de la transmission que vous nous offrez .

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Marie-Chantal,

      Je vous ai répondu sur mon adresse mail.
      La suite de la conférence consiste surtout en questions et réponses ne portant pas nécessairement sur la formation.
      Donc vous n’avez pas perdu l’essentiel !
      Ce que vous avez suivi est par contre essentiel.

      Ce que je propose n’a vraiment rien à voir avec un « régime », qui est souvent lié à une idéologie particulière.
      Bien plus que fondé sur des bases liées elles à la vraie nature de nos ennuis de santé : la composition de notre flore et donc le niveau d’inflammation de notre muqueuse intestinale.
      Car une mauvaise flore entraîne obligatoirement cette inflammation intestinale qui elle entraîne obligatoirement de l’inflammation chronique.

      Sachez par ailleurs que manger végétarien est bien aussi responsable d’inflammation chronique que manger sans chair animale !
      Cela s’explique car les végétariens mangent beaucoup de céréales très inflammatoires, comme le riz.
      Sans parler des légumineuses en excès.
      Des études cliniques et scientifiques le prouvent parfaitement.

      Mon programme ASI permet justement à ceux qui veulent manger de la chair animale ou à ceux qui ne veulent pas, de le faire sans créer d’inflammation chronique.
      Car mon programme se fonde sur des proportions spécifiques qui évitent de nourrir la mauvaise flore.
      (base scientifique et clinique bien sûr).
      Quoi qu’on mange.

      Les laitages ne sont bons pour personne et surtout pas pour ceux qui ont un quelconque trouble intestinal.
      Il ne s’agit pas d’un régime, mais d’une connaissance sérieuse.
      Voyez mon article qui l’explique :
      Les produits laitiers sont-ils vraiment utiles ?

      Attention par ailleurs au régime paléo strict qui nourrit la mauvaise flore (graisses animales en excès et trop peu de sucre naturel).

      Le Docteur Seignalet a effectué un travail remarquable…en son temps.
      Un réel pionnier de la santé intestinale comme la Doctoresse Catherine Kousmine.
      Mais c’était il y a trente ans au moins !

      Depuis tous les chercheurs sérieux regardent le fameux microbiome ou flore intestinale.
      C’est là que tout se joue en premier lieu et pour tout.
      Et il est inquiétant que des personnes continuent par exemple de consommer des oléagineux et pires des beurres d’oléagineux en quantité.
      Ce que conseillait le Docteur Seignalet, comme de manger beaucoup cru…
      Il lui manquait entre autres des connaissances en énergétique venues des médecines traditionnelles.

      Mon programme se fonde sur la connaissance la plus pointue en matière de recherche et d’études cliniques.
      Je ne fais pas qu’utiliser les études scientifiques, mais tout autant les travaux de ceux qui pratiquent sur le terrain, pas sur internet !

      Merci à vous de votre intérêt pour mon travail et mes efforts à « réveiller » les gens !

      Bon dimanche.
      Marie.

      • Marie-Chantal dit :

        Merci pour votre réponse rapide , je vais maintenant aller plus loin en suivant votre formation .
        Belle journée.
        Marie-Chantal

  • Laurence dit :

    Il lui manquait entre autres des connaissances en énergétique venues des médecines traditionnelles.

    Bonjour Marie
    Les conseils que vous prodiguez sont emprunts de bon sens, et s’appuient en bonne partie sur vos recherches dans la littérature scientifique, notamment américaine. Compléter cela par les observations empiriques des praticiens est aussi sage, car la science est en perpétuelle évolution, et il y à encore beaucoup à découvrir. J’en sais quelque chose pour faire moi-même partie du corps scientifique.
    Je suis moins à l’aise avec vos références à l’energetique des médecines traditionnelles. Je sais que certains essaient de lui donner une caution scientifique, notamment par des références à une prétendue médecine quantique. Mais pour quelqu’un qui s’y connaît un peu dans ce domaine je puis vous affirmer que ça ne tient absolument pas la route, et qu’à ce jour il y a surtout un grand vide derrière ce langage pseudo-scientifique.
    Certes les médecines traditionnelles peuvent avoir un certain intérêt par l’expérience empirique que leur octroient plusieurs siècles de pratique et d’observation, mais il y a aussi un effet de mode « orientaliste » plus ou moins spiritualisant derrière, qui donne plus de valeur à ces traditions qu’elles n’en ont vraiment, tout du moins du point de vue scientifique auquel vous aimez vous référer, à juste titre. La notion « d’energetique » notamment est un grand fourre tout avec très peu de bases scientifiques claires, mais qui en revanche rassure et donne une caution à notre besoin de croire, un mystère qui « marche ».
    Si on veut parler d’énergie parlons par exemple de potentiel membranaire des cellules, electrochimique, authentifié scientifiquement, qui caractérise une cellule vivante, et qui est maintenu et amélioré essentiellement par les substances ionisées apportées par une alimentation végétale…crue, la cuisson modifiant l’activité electrochimique des ions (potassium, magnésium, etc.)
    Je suis d’accord avec vous qu’un intestin inflammatoire supportera mal les fibres crues, c’est pourquoi vos recommandations sont excellentes pour les gens malades, la majorité en fait. Mais une fois la santé intestinale rétablit il est évident qu’une alimentation avec un apport de végétaux crus majoritaires entretiendra mieux la santé que le cuit, et ce pour des raisons… »énergétique » au sens électrochimique, et donc magnétique, du terme. Et non d’un dogme qui peut tout autant soutendre un mode alimentaire dit « énergétique » (macrobiotique, ayurvédique, etc.) que n’importe quel autre type d’alimentation (vegetarien, crudivore, paléo, etc.)
    Excusez moi ce petit détour philosophique, mais si on se veut scientifique soyons le jusqu’au bout, acceptons l’empirisme comme une nécessité en réponse à notre ignorance encore immense, mais évitons de lui donner des explications plus ésotériques que rationnelles.
    Merci et bonne santé à toutes et à tous avec l’excellente aide de Marie.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Laurence,

      « Emprunts » ? Vous vouliez dire « empreints » j’imagine.
      Non, la littérature scientifique n’est pas américaine, ce sont des Américains qui l’utilisent (pour mes sources), nuance.
      Les médecins auxquels je me réfère ne sont pas dans les constatations empiriques, mais cliniques, sur des milliers de cas. Nuance encore.
      J’ajoute que le terme « orientalisme » ne s’applique pas à ce dont vous parlez, mais à l’art et la culture d’une époque bien spécifique.

      La maîtrise de la langue, et la culture, nous évitent la pensée confuse.
      Comme je ne peux ici vous aider en ce sens, je vous conseille la lecture des travaux et écrits de vrais scientifiques, de vrais chercheurs, de vrais philosophes !

      Ils sont très nombreux depuis plus d’un siècle à avoir consacré leur vie à des notions comme « énergie » ou « quantique ».
      Et ces dernières années certains de leurs travaux ont même totalement confirmé l’apport des traditions philosophiques orientales dans la connaissance de ce qu’est l’énergie. Allez les lire, ils sont passionnants.

      Einstein et tous les brillants cerveaux qui ont suivi sont peut-être de pseudo-scientifiques aux yeux du médecin que vous êtes, mais les découvrir et les comprendre vous sortirait de la confusion.

      Il y eut des époques où tous les humains mouraient en croyant que la Terre était plate, des époques où les tenants de la science officielle brûlaient ceux qu’elle traitait de « pseudo-scientifiques ».
      L’obscurantisme a toujours eu de beaux jours devant lui !

      Pour ce qui est du cru, vous n’avez pas compris à quoi je faisais allusion.
      Il ne s’agit pas d’un problème de fibres, cela n’aurait rien à voir avec l’énergie.
      Et les jus ne seraient donc pas concernés, or ils le sont, et même plus.

      Vous n’êtes pas sans savoir que, pour bien fonctionner, l’estomac doit se maintenir à 37 degrés.
      Mais savez-vous ce que le corps doit faire pour assurer ces 37 degrés, lorsque l’estomac reçoit de la nourriture crue, non à 37 degrés donc ?
      Savez-vous où il doit se procurer cette énergie (chaleur) qui lui manque ?
      En connaissez-vous les conséquences pour le corps entier et sur le long terme ?

      Je vous laisse le soin de découvrir les réponses vous-même.
      Une démarche intellectuelle digne de ce nom ne peut être qu’un long chemin personnel.
      Ni de l’information ni de l’apprentissage par coeur à restituer sans esprit critique.
      On en reparle dans quelques années ?

      Marie.

  • Ping : Tuer les candidas ou les décourager ? - Nourriture-SantéNourriture-Santé

  • Ping : Problèmes de vue et fonctionnement du foie - Nourriture-SantéNourriture-Santé

  • Ping : Créer de l'inflammation avec une simple salade - Nourriture-SantéNourriture-Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Profitez de l’été pour aider votre foie !






 Recevez chaque nouvel article dans votre boîte mails

ainsi que la formation  :

« Détoxication du foie »

réservée aux abonnés