La maladie auto-immune peut être évitée ou stoppée

Mon article vous plaît ? Merci de le partager !

La maladie auto-immune n’est ni inévitable ni héréditaire.

Il est même possible de diminuer ses symptômes et de bloquer son évolution.

Ce qui signifie de ne pas agir seulement sur ces symptômes.

 

Mais d’agir sur les causes de cette maladie auto-immune.

Donc de connaître ces causes et de comprendre qu’elle ne peut se développer

sans notre consentement !

 

Vous allez découvrir de quoi on parle quand on dit maladie auto-immune.

Grâce aux travaux de nombreux chercheurs, médecins, naturopathes qui sont

remontés à la source du processus de l’auto-immunité.

 

Je commence avec ce premier article à vous transmettre l’essentiel de ce qui peut

vous aider à reprendre espoir.

Car les croyances habituelles à leur sujet sont erronées et déprimantes.

 

Vous n’êtes pas victime de votre héritage génétique.

Surtout vous ne devez pas vous sentir condamné à vivre les symptômes de cette

maladie auto-immune sans pouvoir rien faire de significatif.

Ni condamné à subir son évolution comme un processus inéluctable.

 

Les prochains articles détailleront certains aspects abordés aujourd’hui.

 

maladie auto-immune

 

Mes sources pour parler de la maladie auto-immune

Aujourd’hui vous lirez des extraits traduits (par mes soins) d’un livre du

Docteur Tom O’BRYAN : « Auto-immune Fix » publié à l’automne 2016.

 

Dont le sous-titre explicite est :

« Comment stopper les dégâts cachés de l’auto-immunité, qui vous

maintiennent malade, en surpoids et fatigué.

Avant que le processus ne se transforme en maladie »

 

Onze pages de références scientifiques achèvent son livre.

Qu’il a rédigé en parallèle avec une série d’interviews effectuées de novembre

2016 à novembre 2017, auprès de nombreux experts internationaux au sujet du

lien entre la maladie auto-immune et l’hygiène de vie.

Interviews que je possède également.

 

J’ai aussi utilisé une de ses conférences du 24 janvier 2017 intitulée :

« Du feu dans les trous : hyperperméabilité intestinale et développement

de la maladie auto-immune »

 

Le Docteur O’BRYAN est par ailleurs un spécialiste international de la maladie

céliaque, de l’impact du gluten sur la santé non intestinale et de l’intolérance

au gluten en l’absence de maladie céliaque.

 

Je tiens à ajouter que ce médecin ne m’inspire pas du tout pour ses conseils

nutritionnels.

De qualité bien sûr, mais rien de très pointu.

La nutrition n’est pas son domaine de recherche.

 

Pourquoi je vais consacrer plusieurs articles au sujet

Dans une conférence qu’il a récemment donnée dans le cadre d’un sommet

international, « Vos gènes et la maladie auto-immune », voici ce qu’a dit

le Docteur O’BRYAN :

 

La première cause pour tomber malade et mourir est le processus de l’auto-

immunité dans ses phases de départ.

Le cancer est dû à l’auto-immunité dans sa phase de départ.

Les maladies cardio-vasculaires sont des maladies auto-immunes dans la manière

dont elles débutent.

 

Les maladies auto-immunes ne sont donc pas la troisième source de mortalité,

après les maladies cardio-vasculaires et le cancer, mais bien la première.

 

Exemples de maladies auto-immunes

Les plus communes sont :

       l’alopécie (perte de cheveux)

       la maladie d’Alzheimer

       la sclérose latérale amyotrophique (SLA)

       le diabète de type 1

       la colite ulcérative et la maladie de Crohn

       la sclérose en plaques

       les maladies rénales

       les neuropathies (cerveau et maladies du système nerveux)

       l’arthrose

       la maladie de Parkinson

       le psoriasis

       la polyarthrite rhumatoïde 

       maladie de la thyroïde   (Hashimoto) 

(page 21 du livre « Auto-immune Fix »)

 

maladie auto-immune

 

L’Association Américaine des Maladies Liées à l’Auto-immunité a publié une liste

de plus d’une centaine de maladies.(son site)

Parmi elles la maladie céliaque, le syndrôme de fatigue chronique, l’endométriose,

la fibromyalgie, la maladie d’Hashimoto, une certaine forme d’herpès, le lupus,

la maladie de Lyme quand elle est devenue chronique, le syndrôme de Meynière,

la maladie de Raynaud, le syndrôme de Sjögren, le vitiligo.

 

Il y en a des tas d’autres, mais leurs noms ne sont connus que par ceux qui en

sont tristement affligés, et par les médecins !

 

« Chez nous on est diabétique, alors… »

 

maladie auto-immune

 

« On n’y peut rien c’est génétique ! » Non, cela est faux.

La maladie auto-immune est évitable, quels que soient vos gènes.

C’est votre hygiène de vie qui décide quel gène sera activé et si vous serez en

pleine santé ou terriblement malade. (ou dans un des états intermédiaires)

(Chapitre 2 « Coupables et causes », page 41)

 

Pour que l’inflammation en arrive à causer une maladie auto-immune trois

facteurs distincts doivent être présents :

     une susceptibilité génétique

     des éléments déclencheurs issus de l’environnement (hygiène de vie)

     une muqueuse intestinale qui ne protège plus (trop poreuse,

hyperperméabilité)

 

Il a été prouvé que ces trois facteurs sont nécessaires pour développer la plupart 

des maladies auto-immunes.

Si vous supprimez une de ces trois causes votre corps peut commencer à guérir.

(Chapitre 2, page 34).

 

Avec ces trois facteurs (génétique, environnemental et intestin trop poreux)

l’inflammation inonde votre corps et donne naissance au processus de l’auto-

immunité.

Dans tous les cas de maladie auto-immune, le point de départ est toujours un

intestin trop poreux.

(Chapitre 2, page 60)

 

Vous n’êtes pas obligé d’activer votre potentiel génétique !

La raison pour laquelle dans votre famille tout le monde ne souffre pas

d’une maladie auto-immune c’est à cause de deux choses : les gènes

et la manière dont vous menez votre vie.

Ce qui inclut vos choix alimentaires, votre exposition aux toxines, au stress etc.

 

Même si vous partagez le même patrimoine génétique, certains gènes peuvent être

activés chez vous et pas d’autres.

Cela dépend de votre hygiène de vie.

(Chapitre 2, page 38)

 

L’auto-immunité c’est comme le vélo

Vous avez appris à faire du vélo dans l’enfance.

Même si vous ne pratiquez plus durant toute votre vie vous savez qu’à 90 ans

vous saurez encore en faire, si l’occasion se présente.

 

maladie auto-immune

 

Le processus de l’auto-immunité c’est pareil !

Votre corps a appris à produire des anti-corps spécifiques, la « machine à anti-

corps » saura toujours les produire.

Toujours prête à se remettre en route.

 

L’article qui suivra vous décrira clairement le processus.

Ce processus de l’auto-immunité est irréversible, les symptômes eux peuvent

disparaître.

De quoi ne plus avoir envie de jouer avec le feu (au sens propre !).

Et d’y songer pour vos enfants.

 

Lorsque l’inflammation chronique diminue les symptômes aussi.

Mais si on reprend le mode de vie inflammatoire ils reviennent aussitôt.

Les compléments alimentaires agissent sur les symptômes, mais pas sur leurs

causes.

Ils n’empêchent pas que le processus inflammatoire se poursuive en continu si

l’hygiène de vie, surtout alimentaire, n’est pas modifiée de manière spécifique

et méthodique.

 

Le rôle unique de la prévention

Vous comprenez donc avec ce que j’ai écrit plus haut que seule la prévention

peut vous éviter d’être victime de vos données génétiques de départ.

Lutter contre l’inflammation bloque également l’évolution des symptômes.

 

C’est l’idée du livre, « fixer », bloquer le processus, pour stopper l’évolution

considérée généralement comme inéluctable.

 

La réaction inflammatoire en chaîne est à l’origine d’un processus dégénératif 

qui mène à la prise de poids, à la fatigue, à la dépression, à la douleur

chronique, à l’anxiété, à l’insomnie et aux maladies auto-immunes.

(Chapitre 1 « Processus de l’auto-immunité », page 16)

 

On ne développe pas une maladie seulement parce qu’on mange du gluten ou des

produits laitiers ou tout autre aliment auquel on est intolérant, on développe

une maladie à la suite des dégâts causés par une inflammation excessive.

(Chapitre 2, page 34)

 

Raison pour laquelle supprimer tel ou tel aliment auquel vous êtes intolérant

ne suffit pas.

Ce que constatent nombre de ceux qui l’ont fait, et n’ont fait que ça.

Ce n’est qu’une petite partie du chemin, nécessaire mais pas suffisante.

 

Le prochain article vous expliquera comment le processus de l’auto-immunité 

se déclenche en nous.

 

Le programme ASI Anti Spirale Inflammatoire est disponible en continu sur le site.

 

(Tout ce qui est en italique est une traduction).

Be Sociable, Share!

15 réponses à La maladie auto-immune peut être évitée ou stoppée

  • Ann dit :

    Bonjour Marie,
    Merci pour ce nouvel article très intéressant.
    Belle journée et à bientôt.
    Ann

  • Fátima Rocha Perini dit :

    Bonjour Marie Kelen,

    J’attends avec impatience la continuité de ce problème. MERCI!

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Fatima,
      L’essentiel est dit ici sur ce que nous pouvons faire pour éviter ou limiter la maladie auto-immune.
      Lutter contre l’inflammation chronique liée à un intestin trop poreux.
      Il n’y aura rien de nouveau ensuite.
      Vous pouvez déjà agir.
      Marie.

  • angy dit :

    Bonjour,
    Article très intéressant, effectivement, j’ai eu un terrain inflammatoire durant plusieurs années. Des épisodes d’éternuement quotidiens, fatigue chronique surtout après ma grossesse, séparation avec mon conjoint, milieu stressant avec mon nouveau compagnon, conflit avec mon père pour se terminer par un nodule de la thyroide, prise de poids – ans avant le diagnostic du nodule . Jusqu’au développement d’une maladie auto-immune, décelé au départ: polyarthrite.
    Après 1 an de régime Seignalet partielle et éviction du lait et du gluten. Mes résultats ont montré que je n’étais plus poly…, tous les indicateurs étaient au vert, montrant juste un seuil léger d’inflammation. Mon médecin m’a dit que c’était finalement une forme de spondy, psoriasique, bref le diagnostique n’est toujours pas complètement établi. J’en conclu toutefois que la réduction des symptômes, ont été réalisés par l’alimentation. Je reste une grande fatiguée malgré tout. Vous avez raison l’environnement a été un facteur, même si génétiquement peut-être les gènes y ont contribués.
    Sans régime d’éviction, j’ai des raideurs pour marcher, blocage des cervicales, douleurs aux doigts, fourmillement aux jambes. Mon médecin ne veut rien entendre.
    A bientôt !

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour,

      Le régime Seignalet est loin d’être réellement anti-inflammatoire.
      Lisez mes articles vous verrez quels aliments sont autorisés voire conseillés et qui sont très mauvais pour la flore.
      Et alimentent l’inflammation.
      Or vous avez vu que l’inflammation chronique est à la base de tout problème auto-immun.

      On est là dans des connaissances dépassées, rien de pointu sur l’essentiel : la flore !
      Ce régime ne permet pas de la rééquilibrer, pas du tout.

      Donc vous avez seulement réduit les symptômes, comme avec n’importe quelle amélioration du régime alimentaire : cru, jus etc.
      Comme avec n’importe quel complément alimentaire très coûteux, ou n’importe quel médicament bien choisi !

      Par rapport à la manière que vous aviez de vous nourrir, comme presque tout le monde, il est certain que c’est un progrès.
      Mais vous présentez encore tous les signes de l’inflammation chronique, surtout la grande fatigue.
      Ce qui est tout à fait anormal, pas un signe de bonne santé.

      Vous me donnez raison, relisez mon article : tous les symptômes reviennent quand on reprend les aliments inflammatoires.
      Donc les dégâts ne sont pas réparés.

      Un vrai mode de vie anti-inflammatoire est à adopter, et c’est l’alimentation qu’il faut revoir.
      Vous demandez quoi à votre médecin, qu’il ne veut pas entendre ?

      Marie.

  • barral dit :

    Bonjour Marie, sauriez vous me dire je vous prie quels sont les effets de l’ail et du gingembre sur la porosité intestinale ? Je suis vos conseils de près. Merci. Florence

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Florence,

      L’ail et le gingembre n’ont pas le pouvoir de réparer la muqueuse.
      Pour cela il faut un programme bien plus complexe que des aliments miracles.
      Parce que c’est difficile de réparer des années de destruction de la muqueuse.
      C’est-à-dire de fabrication en continu d’inflammation chronique.

      Au sujet du gingembre, ce que ne savent évidemment pas les gens qui le conseillent, c’est que ses effets sont inverses si on en abuse.
      Comme avec toute épice, TRES PEU !
      Les herboristes compétents le disent constamment.
      Les mêmes qui sont également naturopathes (ou médecins) spécialistes en microbiologie intestinale, et qui m’ont inspirée dans la mise au point de mon programme anti-inflammatoire.
      Bonne journée.
      Marie.

  • Cédric dit :

    Bonjour Marie,
    merci pour cette série d’articles que vous entamez. Ce premier article est déjà passionnant.
    Merci pour tout ce partage et bonne journée,
    Cédric

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Cédric,
      Merci à vous !
      Le nombre d’heures que je passe à essayer de faire comprendre aux gens qu’ils doivent s’occuper de leur intestin est considérable.
      Que seule la prévention est intelligente.
      Et de s’en occuper vraiment bien sûr, pas en achetant le dernier complément alimentaire à la mode dont parle la revue bio du coin !
      Pendant ce temps la maladie auto-immune progresse à pas de géants chez les enfants de plus en plus jeunes.
      Les écoles primaires en sont déjà pleines de ces diabétiques en puissance.
      A bientôt.
      Marie.

  • Céline dit :

    Chère Marie,

    je vous remercie vivement d’avoir pris le temps de me répondre aussi précisément.

    Lorsqu’on est en quête d’une meilleure santé avec la conviction que l’alimentation en est une grande part, on cherche l’information où on peut la trouver et il est évident que la sphère médicale allopathique est loin de pouvoir satisfaire nos demandes.

    J’ai donc traversé les dédales alimentaires expérimentant ce qui me paraissait sensé, mais pas toujours. Pour l’essai « kéto » il n’a duré que deux semaines, cette diète extrême ne me correspondant pas.

    Je remarque aujourd’hui que plus un aliment demande de préparation pour être consommé, et moins il est comestible finalement donc acidifiant.

    Faites vous une différence entre acidification et inflammation?

    Lorsqu’on arrête l’ingestion d’aliment acidifiant, l’inflammation se résorbe-t-elle rapidement, cela dépend-il de chaque individu?

    Pour ma part, la consommation d’oléagineux bien que trempés, pourrait être une piste à explorer pour expliquer mon inflammation, si tel est le cas..

    Il me faut préciser toutefois que je ne consomme quasiment pas de céréales (pas de riz, d’orge, de maïs ou d’avoine), parfois du quinoa que je fais tremper et germer, ainsi que du sarrasin (germé puis déshydrater et saupoudré sur mes salades pour apprécier le croquant qui me manque) voire du millet (toujours germé).

    Pour les légumineuses, leur consommation est sporadique et observe un rituel de trempage long, prégermination puis fermentation de quelques jours avant cuisson (parfois succédée d’une seconde fermentation).

    Je consomme quotidiennement des aliments fermentés (choux, kombucha, pâte miso…) pour prendre soin de ma flore.

    Je vais poursuivre mes recherches pour comprendre quels aliments, souvent étiqueté santé (graine de chia ou de lin par exemple non trempées à cause du mucilage dégagé) pourraient être responsables de ma supposée inflammation qui expliquerait ma difficulté à perdre du poids puisque les céréales ou légumineuses, produits laitiers et autres produits animaux ne peuvent pas être pris en compte compte tenu de leur rareté de consommation. A moins que mon organisme, particulièrement sensible, soit très réactif, dans ce cas, le moindre écart pourrait causer une inflammation difficile à résorber.

    Quels sont les signes d’une inflammation?

    Une fois encore merci pour votre travail et votre partage.

    Respectueusement

    Céline

  • Zita dit :

    Bonjour Marie,
    Il semblerait que mon commentaire ne vous ai pas parvenu :(
    Je le remets en espérant que …

    Bonjour Marie,
    Merci pour cet article fort instructif et intéressant comme toujours. C’est fou comme la cause de tous nos maux reviennent à l’hygiène de vie, environement, bref tout ça montre vraiment l’importance de cet organe qu’est l’intestin. Je suis impressionnée par la liste de ces maladies qui sont auto immune, je ne savais pas qu’elles étaient considéré comme tel. Ca réconforte de lire qu’il y a des actions possible de préventions et styles de vie qui nous permettent de moins en souffrir mais en même temps ça fait peur pour le travail considérât qui reste à faire pour nous et nos enfants….

    J’essaie grâce à vos articles et conseils d’instaurer dès changement chez moi… Pas évident mais on s’accroche :)
    J’aurai une question sur cool ment détecté dès inflammation chez soi, est ce que les medecin in des tests en place pour les repérer? Ou c’est plus à nous de le détecter?

    Merci marie et bonne journée

    Zita

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Zita,

      Je n’ai pas répondu par manque de temps, merci de le comprendre.
      D’autant plus que ce que vous demandez a déjà sa réponse sur le site !

      De nombreux articles disent que toute forme de maladie, sauf exception rare, a des causes inflammatoires.

      Raison pour laquelle j’ai choisi de créer un programme anti-spirale inflammatoire, pour aider les gens à faire de la prévention.
      Plutôt que de passer leur vie à acheter des compléments alimentaires inutiles qui les mènent tout droit à l’achat de médicaments, à la chirurgie etc.
      Quand on n’agit que sur les symptômes c’est inévitable.

      Ce dernier article prouve bien que l’on est toujours respnnsable des maladies qui nous arrivent.
      Seuls les marchands endorment les gens en leur disant le contraire.
      Mais les gens adorent qu’on les déresponsabilise avec des mensonges.
      Se faire opérer ou prendre des médicaments à vie, finir légume dépendant, grabataire, c’est tellement bien !

      Ecoutez ma conférence « Anti Spirale Inflammatoire » et dès le début vous avez une liste des maladies inflammatoires les plus courantes :
      être en surpoids, comme trop maigre, est une preuve de grande inflammation, avoir des migraines, souffrir de problèmes de gencives, se plaindre de fatigue constante, le diabète évidemment, tout trouble de la thyroïde etc.

      La médecine a mis au point un test appelé Protéine C-réactive pour détecter ces troubles inflammatoires chroniques.
      Je tiens à vous dire que c’est surtout efficace pour augmenter les frais de la Sécu !

      A l’époque où je cherchais désespérément à résoudre mes ennuis de santé, j’avais demandé ce test.
      Pas de problème tout allait bien m’avait-on expliqué.
      Or je savais déjà par mes connaissances à l’époque que je souffrais de troubles inflammatoires graves.

      Le test n’est pas fiable, sauf quand la maladie est déjà tellement installée et grave que vous n’avez plus qu’à aller vous faire opérer.
      Aucune prévention possible.

      Mais l’exemple le plus inquiétant est celui d’un lecteur de ce blog qui avait failli mourir de crise cardiaque.
      Il a donc été suivi durant plusieurs années par ce test.
      Et on le rassurait toujours, grâce à vos soins tout va bien.
      Plus trace d’inflammation.

      Et moi je lui disais toujours au contraire que certains des troubles dont il se plaignait prouvaient qu’il souffrait bien d’inflammation chronique.
      Mais évidemment j’avais tort.
      C’est pratique de croire ce qui nous arrange !

      Jusqu’au jour où il m’a dit souffrir d’un cancer avancé.
      Alors le test a servi à quoi ?
      Le cancer ne peut se développer sans inflammation chronique, la médecine focntionnelle l’a démontré il y a longtemps.
      Tout cela est grave et peu sérieux.

      Inutile de dépenser l’argent de la Sécu, toute personne qui consomme, ou a consommé, gluten et produits laitiers souffre obligatoirement d’inflammation chronique.
      Soyons honnête !

      Bonne journée.
      Marie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Profitez de l’été pour aider votre foie !






 Recevez chaque nouvel article dans votre boîte mails

ainsi que la formation  :

« Détoxication du foie »

réservée aux abonnés