Notre nourriture a plus de pouvoir sur notre santé que notre ADN

Mon article vous plaît ? Merci de le partager !

Cet article pourrait être le pilier de mon blog, car il vous prouve que nous

avons un pouvoir sur notre santé beaucoup plus grand que nous

le croyons généralement, et que le corps médical veut bien nous le dire.

 

Vous verrez que même dans un cas de maladie très sérieuse l’alimentation

peut éviter le pire.

Imaginez alors ce que peut la seule prévention lorsqu’aucune maladie n’est

encore diagnostiquée. Profitez de ce pouvoir !

Vous encourager  à le faire est la raison d’être de mon blog.

 

pouvoir sur notre santé

 

Bonne nouvelle, nous avons un pouvoir sur notre santé qui est

immense

Le chercheur Blair Justice, américain qui a écrit Qui tombe malade ?

n’accorde que 35% de part de responsabilité à nos gènes dans notre longévité.

 

Ce sont l’alimentation, l’exercice, nos états émotionnels et les conditions

environnementales qui nous permettent de vivre, ou non, plus longtemps.

 

Ainsi notre mode de vie et nos croyances ont bien plus d’effet sur notre santé

que nos gènes.

A mes yeux il ne peut y avoir de meilleure nouvelle !

Nous avons donc du pouvoir sur notre santé, nous ne sommes pas dépendants

totalement de notre naissance.

 

Cela se joue au niveau de l’énergie vitale, augmentée ou diminuée par les

facteurs énoncés plus haut. Les médecines orientales  le savaient déjà.

Notamment la chinoise qui pratique par exemple l’acupuncture et utilise

les aliments comme des médicaments.

La biologie la plus actuelle est en train de le redécouvrir.

 

En un mot, si vous avez l’habitude de manger dans la tristesse votre plat de riz au

lait, acheté tout préparé dans un commerce ordinaire, après l’avoir réchauffé au

micro-ondes, il se pourrait que vous ne viviez pas très vieux !

Je caricature à peine.

 

D’où vient ce pouvoir sur notre santé ?

Notre science la plus officielle vit depuis plusieurs décennies sur la conviction que

tout est génétique.  Joué d’avance !

Vous avez hérité du diabète familial, c’est comme ça !

Ou de tout autre problème sympathique.

 

On nous parle beaucoup d’ADN, de gènes, de code génétique, de génome.

Mais jamais d‘épigénome. Il a pourtant un bel avenir !

« Epigénome », c’est-à-dire au-dessus du génome.

Il a donné son nom à cette science de pointe qu’est l‘épigénétique.

 

Et c’est sur cet épigénome que l’on peut agir.

C’est par son intermédiaire que l’alimentation, le stress et même la nutrition

prénatale laissent une empreinte sur les gènes, transmise de génération en

génération.

 

Nous pouvons donc modifier les données de départ.

Mais nous pouvons tout autant les endommager…

Et nous ne nous en privons pas, malheureusement !

 

En fait tout ce que nous mangeons, respirons et pensons a un impact sur nos

gènes, donc sur notre santé quotidienne et notre longévité.

Ce qui explique que de parfaits jumeaux puissent ne pas avoir le même parcours

médical. Avec ou sans cancer, avec de l’obésité ou pas etc.

 

Bruce Lipton, dont j’avais lu le livre sorti en 2005, est un des premiers qui a

affirmé que notre ADN n’est pas immuable.

Il n’attend que d’être mieux orienté pour permettre une vie meilleure à chacun

et donc à toute la société.

 

Nourrissons notre corps avec ce dont il a vraiment besoin

Tout cela me permet de réaffirmer l’objectif de mon blog, à savoir vous donner

le goût et l’énergie de ne plus vivre votre état de santé comme une fatalité.

 

Vous faire prendre conscience de votre pouvoir réel sur votre corps, par le

biais de bons choix alimentaires entre autres, puisque c’est le sujet de mon blog.

De manière à éviter autant que possible et le plus longtemps possible les

dégradations de ce corps.

 

Chacun choisit, évidemment, de vivre comme il le veut, de se nourrir comme il

le veut, mais pour choisir il faut connaître un minimum les conséquences de

ses choix.

Sinon le choix n’est pas libre.

 

Sachant, comme le dit l’épigénétique, que chaque aliment avalé a une conséquence

directe et immédiate sur nos gènes, donc sur notre santé, il est important d’avoir

une certaine régularité dans nos bonnes habitudes.

 

Il est important d’avoir une alimentation quotidienne de base aussi « bonne »

que possible. C’est là que se joue la prévention.

Et se faire plaisir de temps en temps, oui bien sûr, si c’est réellement de temps

en temps…

Tout laisse des traces. Il n’est pas utile d’en accumuler trop.

 

Les compléments alimentaires, détox et autres cures ne remplaceront jamais

une alimentation quotidienne de qualité.

Une journée de jeûne, c’est très bien, mais cela ne peut être une autorisation à

manger un sachet de chips par semaine, ou un dessert sucré plusieurs fois

par semaine.

 

Découvrez maintenant comment une personne que j’ai récemment rencontrée

a su choisir la voie de la liberté et non celle de la dépendance qui attend

tant de personnes dans son cas.

 

« On est tellement mieux après ! »

La semaine dernière, j’étais en train de choisir mon thé oolong préféré quand

une cliente près de moi m’a demandé :

 » le canard, c’est le cousin de l’oie ? »

 

Devant mon envie de rire, elle a commencé à s’expliquer.

Son problème était de savoir si elle pouvait acheter le pâté d’oie qui lui faisait

envie. Mais pour se l’autoriser il fallait qu’elle sache si l’oie mange comme un

canard ou comme un poulet !

 

Je ne passe pas mon temps à observer les moeurs de ces volatiles, j’ai donc

imaginé leur bec et il m’a semblé qu’il ressemblait plus à celui d’un canard

qu’à celui d’un poulet  qui picore des grains, de blé par exemple !

 

Il a été diagnostiqué chez Florence, cette personne qui ne mange pas de poulet,

une polyarthrite rhumatoïde qu’elle a désiré soigner par

des changements alimentaires.

 

Le but étant de diminuer le niveau de l’inflammation dans son corps,

en évitant les aliments qui la déclenchent, notamment le blé.

D’où sa préférence pour les canards !

 

J’étais déjà ravie de voir quelqu’un qui avait entrepris un changement

d’habitudes important pour sa santé.

Mais je l’ai été encore plus quand elle m’a montré ses mains.

Des mains aux doigts agiles, libres de toute rougeur, de toute enflure même

minime, des mains d’accordéoniste professionnelle !!

Résultats également confirmés par les analyses.

 

Je lui faisais remarquer que malheureusement peu de gens acceptent de se libérer

de leurs goûts et de leurs envies, même quand ils sont malades.

Et elle m’a répondu en souriant largement :

    » on est tellement mieux après ! »

 

On peut se demander dans le cas de Florence quelle est la part du plaisir.

C’est le vrai plaisir de la santé retrouvée, pas le plaisir superficiel du morceau

de galette des rois.

 

Le plaisir d’être libérée de la souffrance, libre de jouer de l’accordéon.

 

Et les efforts qu’elle consent ne sont pas vécus dans la frustration.

Elle n’est pas dans la dépendance face à sa gourmandise.

Et elle a beaucoup diminué la quantité de médicaments, et espère pouvoir

diminuer encore à l’avenir.

 

Nous ne sommes pas tous atteints de maladie grave, mais nous avons tous

envie de l’éviter.

 

Vous-même, atteint ou non par un problème grave de santé, êtes-vous prêt à

modifier vos habitudes alimentaires, à apprendre à cuisiner autrement, comme

Florence l’a fait ?

 

Ou préférez-vous vous convaincre que la maladie est de toute façon inévitable

et que les médicaments sont les seules solutions ?

 

 

Be Sociable, Share!

44 réponses à Notre nourriture a plus de pouvoir sur notre santé que notre ADN

  • Dorian dit :

    Bonjour Marie,

    Je vais peut-être dire quelque chose qui va te surprendre mais on peut modifier sa propre ADN par, comme tu le dis, nos croyances, nos habitudes et globablement par comment nous nourrissons notre corps et notre esprit. C’est pourquoi j’ai du mal à adhérer au titre bien que je sois d’accord avec ce que tu dis sur la nourriture et nos habitudes ;)

    Je précise que c’est quelque chose de prouvé scientifiquement, je n’invente rien (bien évidemment, c’est pas le genre de truc qui est divulgué à grande échelle ^^)

    Bien amicalement,
    Dorian
    Dorian Articles récents…Faites de 2014 la meilleure année de votre vieMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Dorian,

      Il me semblait avoir écrit la même chose, non ?

      Dans mon titre je m’adresse à des gens qui n’ont pas encore lu l’article, donc j’emploie le terme communément connu de ADN.
      Pour les gens l’ADN ce sont les données de départ, comme je l’écris dans l’article.
      Et tout le monde croit généralement que cet ADN détermine notre santé. Qu’il a donc un pouvoir sur elle.

      Or je veux démontrer qu’il n’y a pas de déterminisme.
      Et que notre mode de vie agit en permanence ( je le dis) sur notre épigénome. Qui n’est pas l’ADN que les gens ont dans l’esprit.
      Même si en réalité on parle de la même chose.

      Que ce soit scientifique, je le dis aussi.
      Bruce Lipton est un des plus grands biologistes au monde. J’ai parlé de la biologie actuelle.
      Et son livre a pour titre : « La biologie des croyances »…!

      Si j’indique l’alimentation en premier c’est parce que dans l’étude scientifique du chercheur Dawson Church, que j’ai lue, c’est elle qu’il a placée en premier de sa liste.
      De toute manière je me dois d’être cohérente avec le titre de mon blog.
      Sinon je n’aurais pas rapporté cette information ici.

      J’espère que je suis claire et que tu comprends mieux mon titre.
      Amicalement.
      Marie.

      • Dorian dit :

        Bonjour Marie,

        Ok merci pour les précisions, nous sommes donc bien d’accord :)
        Il y a 2 façons de lire ton titre et donc dans ma tête je me suis dit « l’ADN est plus fort mais on peut le modifier ». Bref, je comprends mieux !
        Bon WE à toi.
        Dorian
        Dorian Articles récents…Faites de 2014 la meilleure année de votre vieMy Profile

      • Marie Kelenn dit :

        Bonsoir Dorian,

        Pas de problème alors !
        A une autre fois.
        Bon dimanche.
        Marie.

  • Bonsoir Marie,

    Très convainquant cet article. Reste à changer ses habitudes et surtout à changer de fournisseur…J’y vois là une opportunité de gagner en énergie.
    Je dois déjà pas mal me débrouiller car je fais facilement 10 ans de moins que mon âge et suis je trouve en bonne santé.
    Il m’arrive de faire des écarts, d’ailleurs avec les fêtes, mon corps s’en ressent.

    Merci pour la découverte du site de Florence et de sa musique.

    Amicalement,

    Hélène
    Helene@Objectif-Reussite Articles récents…Offrande pour la nouvelle annéeMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Hélène,

      Changer de fournisseur. Bonne idée !
      Mais comme je le dis ailleurs aussi, il faut des changements progressifs, que l’on accepte.
      Et en constatant les progrès, les améliorations, on ne se sent pas frustré.
      Il faut du temps, mais ensuite c’est définitif.
      Et surtout on peut se permettre des écarts sans grandes conséquences. L’idéal.
      De toute façon améliorer son alimentation fait que l’on n’est moins fatigué, c’est certain.

      Oui tu sembles avoir un terrain résistant, et une énergie hors du commun.
      Au niveau de l’apparence physique j’approuve aussi !!
      N’en profite pas pour te laisser aller… Au contraire, cultive ta chance.

      Bonne soirée, amicalement.
      Marie.

  • Bonjour Marie,
    Tu nous gâtes en début d’année ! J’adhère complètement à cette idée qu’il n’y a aucun déterminisme. J’en fais tous les jours l’expérience avec mes enfants qui, adoptés, n’ont pas l’excuse des gènes pour me ressembler ou s’identifier à leur père. Et pourtant, plus le temps passe et plus je retrouve chez eux des comportements, des habitudes qui me renvoient à mon enfance.
    Alors, tu imagines en termes d’alimentation…
    J’ai fait le choix de ne plus laisser à la médecine le pouvoir de décider de notre santé. Nous nous en trouvons très bien, mais il a fallu, bien sûr, accepter des changements parce que nous avons fait l’expérience du « mieux après ». Donc, pourquoi revenir en arrière ?
    Bonne et belle année 2014 et à bientôt !
    Bernadette GILBERT Articles récents…Caramel de pétoncles aux fruitsMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Bernadette,
      Merci !
      Tu as bien résumé l’essentiel, choisir de changer parce qu’on sait que là est la possibilité de bien se porter, de ne plus dépendre d’un pouvoir extérieur qui ne guérit pas, mais soigne, au mieux.
      Il n’est qu’à voir la quantité de médicaments consommés en France par des gens qui le font depuis des années et le feront jusqu’à leur mort…
      Si les médicaments guérissaient, un jour on n’aurait plus besoin d’en prendre !
      C’est élémentaire.
      Et surtout comme tu le dis, on expérimente très vite l’amélioration.
      Tant de cas le montrent.
      C’est l’accès au pouvoir sur notre santé, sans prix.

      Excellente nouvelle année à toi aussi et tes enfants.
      Marie.

  • Bonjour Marie,
    C’est un thème qui me passionne aussi parce que
    nous n’utilisons qu’un faible pourcentage de notre adn pour
    déterminer nos conditionnements génétiques.
    Le reste de l’ADN est appelé « junk DNA » par les américains
    qui pensaient qu’il ne servait à rien.
    Je suis ravie que tu aies mis un nom pour moi sur cette nouvelle
    science qui, pour moi, est l’avenir de la recherche.
    Selon ma discipline, c’est surtout l’émotionnel qui génère les
    maladies mais je suis d’accord avec toi que l’alimentation peut
    aussi jouer un rôle important.
    hannah@technique Tipi Articles récents…Sortir du jugement et bien commencer l’année avec le jeu du Tao.My Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Hannah,

      Oui, l’épigénétique est considérée comme l’avenir heureux et intelligent de la science.
      On n’en est qu’au début.
      Emotionnel et alimentaire jouent un rôle aussi important l’un que l’autre, bien sûr.
      D’ailleurs tu as vu que le titre du livre de Bruce Lipton est : « biologie des croyances »…
      Cordialement.
      Marie.

  • sylviane dit :

    Bonjour Marie

    Quand par « amour » eh oui, j’ai arrêté de manger de la viande (porc, agneau, boeuf, …) et ai gardé un peu de canard, poulet et poisson je me suis vraiment sentie beaucoup mieux d’autant que j’aimais les bons steaks tartare bien crus, bien bons pour la santé !!!

    Nous sommes ce que nous mangeons et j’en suis de plus en plus convaincue et je savais aussi que l’ADN n’est pas immuable, plus il y aura de gens comme toi qui éveilleront les consciences et parleront de ce problème et plus le monde deviendra petit à petit sensible au « saloperies » qu’ils ingurgitent
    sylviane Articles récents…Votre intuition peut vous aider : écoutez-laMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Sylviane,

      Eh oui j’essaie de réveiller les esprits, endormis par des croyances bien installées parfois, à cause du pouvoir exorbitant qu’on délègue à d’autres.
      Plutôt que de se libérer et expérimenter pour soi ce qui fonctionne.
      Les gens ne doivent pas beaucoup aimer se sentir autonomes, en fait !
      Cet article est là pour leur en donner le goût. Et donner la preuve que cela a un sens, que cela « marche ».

      J’espère que tu diminues encore ta consommation de viande…

      A bientôt.
      Amicalement.
      Marie.

  • Prêt à modifier mes habitudes alimentaires ?
    Hé bien, j’ai déjà modifié deux trois trucs…
    Pour commencer, ça m’a permis de perdre une trentaine de kilos (tant qu’à faire … mais i len reste encore autant à perdre).
    Et puis, ma santé ne semble pas s’en porter pus mal…
    Mais, bon, tout n’est pas encore parfait…
    Forcément, aurais-je envie d’écrire…
    Pourquoi forcément ? Bin, parce qu’il est – presque – impossible de tout chambouler « du jour au lendemain » (ni même d’une année à l’autre), et les changements se font leeeeentement, très lentement !
    Là, j’en suis à :
    – Moins de viandes.
    – Plus de légumes et de fruits.
    – Moins de sucre.
    – Plus de produits issus de l’agriculture biologique.
    – Moins de produits chimiques.
    – Moins de plats préparés.
    – Moins de produits laitiers (surtout de vaches).
    … Ça, c’est fait… Reste à mettre en pratique (c’est en cours, petit à petit) :
    – Moins de pain.
    – Moins de produits à base de farines.
    – Moins de chocolat ? HA NON ! Ça, je garde ! Un si bon chocolat noir…

    ;-)

    Bon appétit !
    Bonne année !

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Eric,

      Tu as parfaitement raison de faire remarquer quelque chose d’important, comme je l’ai aussi écrit, il faut des changements progressifs, que l’on accepte.
      Et quand on commence à voir des résultats, alors on ajoute d’autres changements.
      Parce que « forcément » nos habitudes sont extrêmement importantes, elles nous constituent.
      Avec de la patience on y arrive.

      Je vois que de ton côté les changements sont plus qu’engagés, tout va dans le très bon sens.
      Avec des « moins » encore plus marqués et des « plus » aussi.
      Pour le chocolat, s’il est noir, pas de problème.
      Tu dois le savoir j’imagine.

      Tous les points de ta liste sont exactement mes préoccupations à moi.
      Mais je n’ai pas de chance, je n’aime pas le chocolat noir !
      J’aime malheureusement beaucoup le chocolat au lait à la noix de coco.
      J’entends déjà certains ajouter « évidemment »…

      Mais on peut encore très bien manger…

      Je conseille à mes lecteurs d’aller fouiner dans tes articles, il pourrait lire des informations bien utiles.
      Très bonne année à toi aussi.
      Marie.

      • Chocolat lait coco ?
        Bah, c’est mieux que le blanc, déjà…
        Bon appétit !

      • Marie Kelenn dit :

        Bonjour Eric,

        Ne me le dis pas trop, je vais m’en autoriser plus souvent !!
        Il est vrai que le blanc est très sucré et donc très écoeurant je trouve.

        Bon dimanche.
        Marie.

  • Fantine dit :

    Bonjour Marie,

    Cela fait 2 ans que j’ai arrêté certains aliments nocifs pour ma santé et même si les résultats ont été longs à se faire attendre au début, je dois admettre que je me sens en parfaite forme maintenant. Je suis absolument convaincu du fait que nous devrions faire attention à ce que nous mettons dans notre bouche, qui est responsable à 75% des maladies générées, selon certains chercheurs honnètes et scrupuleux.
    Si au début, j’ai du apprendre à recuisiner, à modifier ma liste de course, ma façon de cuire ou pas les aliments, les quantités etc… j’en suis grandement récompensée aujourd’hui et surtout, je ne me sens absolument plus privée, comme je pouvais le ressentir au début. Mes plats sont simples mais goûteux, je me régale vraiment.
    Je suis tellement attristée quand je vois, au supermarché, ce que d’autres achètent et font manger à leurs enfants, dans l’ignorance totale du mal qu’ils se font et leur font.
    Quand je fais une rétrospective de ma vie, je me dis que je ne changerais rien si le pouvoir m’en était donné, SAUF, l’alimentation que je donnais à mes enfants quand ils étaient petits. C’est mon seul regret. J’étais ignorante, je ne savais pas qu’en voulant leur faire plaisir, je nuisais à leur santé.
    Aujourd’hui, je suis tellement contente de pouvoir les conseillers, eux et d’autres, sur le sujet et je souhaite de tout mon coeur, que lorsqu’ils auront des enfants à leur tour, ils ne feront pas les mêmes erreurs que moi.
    Un grand merci à Marie, grâce à qui j’apprends toujours et encore plus.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Fantine,

      « Je me régale vraiment »
      J’espère que nombreux seront les lecteurs qui te liront.
      Parce que c’est absolument vrai.
      Quand on procède à certains changements on retrouve tout simplement les goûts naturels des vrais aliments.
      C’est tout sauf ennuyeux et insipide.

      C’est la nourriture industrielle qui prive les gens de goûts variés et raffinés.
      Quand on est vraiment gourmand, enfin gourmet, on ne supporte pas la nourriture préparée, industrielle et dénaturée.

      L’essentiel est qu’un jour tu aies opéré ces changements. Que maintenant tu saches.
      Combien sont ceux qui peuvent témoigner d’une telle prise de conscience ?
      Et comme cet article te le prouve, tes enfants qui ont peut-être avalé ce qu’il n’aurait pas fallu, peuvent redresser la barre à chaque instant.
      La connaissance, toujours elle, libère et on peut tous la mettre en pratique.

      Apprendre, c’est ce qui rend la vie intéressante, et transmettre, comme tu le fais avec tes enfants et comme je le fais ici.
      Merci Fantine de me soutenir comme tu le fais depuis un certain temps maintenant !
      Amicalement.
      Marie.

  • Nadia dit :

    Hello Marie,
    ton article me replonge en arrière quand j’étais sur les bancs de la fac et que j’étais émerveillée par ce qu’on apprenait en génétique. C’était incroyable de découvrir l’ADN avec ce code biologique si simple qui semblait gérer notre organisme tout entier et qui était établi dès notre conception.
    Mais une nouvelle branche de la génétique qu’on appelle l’épigénétique comme tu l’as bien expliqué est venue, non pas démolir les acquis de la génétique mais les compléter et les nuancer. J’ai découvert ce domaine il 2 ou 3 ans. J’avoue qu’il est intéressant de voir qu’autour de notre potentiel génétique qui lui ne bouge pas comme le dit Dorian il y a tout un système moléculaire qui « guide » l’expression de ces gènes. Et c’est là qu’interviennent les différents facteurs comme l’alimentation (et combien je te rejoins dans ce que tu dis!) ou l’émotionnel comme le dit Hannah et d’autres encore.
    Elle est pas belle la vie ? Je m’éverveillais, je m’émerveille et je m’émerveillerai encore de la simplicité dans la complexité des mécanismes biologiques.

    Merci Marie pour cet article fondamental.
    Nadia
    Nadia Articles récents…Prenez trois bonnes habitudes de vie et santéMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Nadia,

      Merci à toi !
      Moi aussi j’ai été durant mes études très scientifiques abreuvée de génétique. Cela me plaisait bien à l’époque.
      Quand on découvre ce que la science officielle occidentale ignore, c’est-à-dire la notion d’énergie, on n’a plus aucune fascination pour le discours à propos de la génétique.
      C’est exactement ce que tu dis, l’expression de nos gènes est variable, soumise à tous les aspects de notre environnement.
      L’énergie vitale agit au niveau de cet épigénome. Et elle est liée à nos états émotionnels et notre nourriture, entre autres.
      Je trouve cela enthousiasmant de savoir que l’on peut donc désactiver ou activer tel ou tel aspect de nos gènes.
      La médecine officielle cherche elle le gène de chaque maladie pour l’éradiquer…
      Alors tu as bien raison de t’émerveiller devant ce pouvoir que nous avons.
      Nous ne sommes pas des victimes totales !

      Amicalement.
      Marie.

  • Elisabeth dit :

    Bonjour Marie

    Ravie de découvrir le contenu de cet article. C’est la première fois que j’entends parler d’épigénétique.

    Concernant ma santé, je ne peux pas trop me plaindre mais tout n’est pas encore parfait et j’ai encore quelques progrès à faire….

    Une phrase m’interpelle :
    « Sachant, comme le dit l’épigénétique, que chaque aliment avalé a une conséquence
    directe et immédiate sur nos gènes, donc sur notre santé, il est important d’avoir
    une certaine régularité dans nos bonnes habitudes. »

    Cette phrase m’a fait penser à une collègue de 54 ans qui souffre d’une maladie de Charcot-Marie-Tooth ; elle est maintenant en chaise roulante.

    Cette maladie est annoncée évidemment comme incurable par la médecine officielle. Avec les nombreuses lectures que tu as faites, saurais-tu me dire s’il y a des possibilités d’atténuation des effets de cette maladie ?

    A voir ma collègue, il est évident qu’en matière alimentaire, elle aurait de grands changements à entreprendre.

    J’essaie de la motiver mais elle est très dubitative. Il lui faut « voir » pour « croire » .

    Existe-t-il des exemples de personne qui auraient amélioré leur situation ?

    Merci !

    Elisabeth
    Elisabeth Articles récents…Un merveilleux cadeau de Noël pour cette petite filleMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Elisabeth,

      Bienvenue sur mon blog !

      Je me dis à lire les articles de ton blog que tu n’as pas tant de gros changements à faire !
      Comme nous tous, il y a une marge de tolérance au plaisir.

      Il est certain que dans le cas de ta collègue atteinte de cette terrible maladie, ne pas modifier radicalement son alimentation c’est suicidaire.
      Pour voir, c’est simple, il faut qu’elle essaie !
      L’aspect émotionnel, psychique est tout aussi important certainement.

      Par contre je n’ai pas rencontré de protocole spécifique à cette maladie et me garderai bien d’affirmer quoi que ce soit.
      Mais il semble logique que toute nourriture non faite pour les humains est nuisible dans son cas.
      La liste d’Eric dans un autre commentaire s’applique de toute évidence.

      Les aliments inflammatoires, les aliments acidifiants entretiennent ses douleurs obligatoirement.
      Et puis le manque peut-être de nourriture vivante, crue et non traitée bien sûr.
      Si cela n’est pas assuré, je ne vois pas comment les choses pourraient s’améliorer.

      Il est intolérable, je sais bien, pour les gens ainsi atteints gravement, de s’entendre demander si vraiment ils veulent sortir au moins un peu de la souffrance. Mais refuser tout changement alimentaire a peut-être un sens, non ?

      J’adore manger des glaces, par exemple. En fait cela m’arrive de plus en plus rarement. Parce que c’est un des pires aliments qu’on puisse avaler.
      Mais si demain on me dit que je risque telle ou telle évolution grave de ma santé, les glaces vont sortir illico de mon esprit.
      Il faut savoir ce que l’on veut.

      Je souhaite que tu puisses d’une manière ou d’une autre convaincre ta collègue de certaines suppressions d’aliments…!
      Bonne soirée.
      Cordialement.
      Marie.

    • Fantine dit :

      Bonjour Elisabeth
      Pour ta collègue, propose lui d’aller voir une vidéo, sur youtube, d’une femme docteur en naturopathie qui s’appelle Irène Grosjean. Elle y verra une femme de 83 ans, en pleine forme, qui préconise un régime hyper simple, pour recouvrer la santé. Elle peut même la consulter par skype si elle le veut. Cela peut être une piste pour lui faire prendre conscience que la malbouffe peut la tuer et plus rapidement qu’elle ne le pense. Je n’ai aucun intérêt personnel dans cette annonce, je tiens à le préciser, mais il est intéressant de s’informer au maximum, pour ensuite, se faire sa propre idée et s’y tenir. ;-)
      Bonne journée.

      • Marie Kelenn dit :

        Bonsoir Fantine,

        Je me permets de répondre à la place d’Elisabeth qui je pense ne verra pas ton message.
        Il existe un article sur son site qui présente la fameuse vidéo de cette dame, donc elle connaît.
        Cette vidéo est passée de blog en blog depuis quelque temps. Difficile d’y échapper.
        Engouement brutal et curieux, très ignorant des théories alimentaires chinoises entre autres.

        Personnellement je ne cautionne pas la théorie du tout cru.
        En théorie elle est juste, mais en pratique le corps humain a des besoins à notre époque moderne et dans nos climats bien plus complexes.

        C’est d’ailleurs étonnant qu’elle revienne ainsi en force, elle date un peu.
        Et au moment où de très nombreux pro-cru, grands professionnels de la nutrition dans le monde, en reviennent et pour de bonnes raisons à mon avis.

        De toute façon il n’existe aucun retour suffisamment long sur ce mode de vie, qu’aucun humain n’a jamais expérimenté toute sa vie.
        Et l’exemple de cette dame ne prouve rien, je connais beaucoup de gens de son âge largement aussi en forme qu’elle, d’apparence et de vitalité, et même plus âgés qu’elle, qui n’ont pas pratiqué ce mode d’alimentation.
        Mais ont mangé sainement bien sûr.

        Qu’elle soit naturopathe ne garantit en rien la validité de ce qu’elle dit.
        Son discours qui s’inspire de la croyance religieuse séduit à cet égard certaines personnes.
        Il existe des tas d’autres naturopathes, issus de la même école qu’elle au départ pourtant, et qui modèrent énormément sa théorie.

        Le cru a de grandes vertus thérapeutiques, absolument, mais en mode de vie permanent, le problème est tout autre.
        Ceux qui tiendraient avec du tout cru partout en France pendant l’hiver sont invités à se faire connaître…

        Merci Fantine de m’avoir donné l’occasion d’en parler.

        Amicalement.
        Marie.

      • Elisabeth dit :

        Bonjour Fantine

        et merci pour ta suggestion. Je n’y avais pas pensé. J’ai vu et revu (ou plutôt écouté) de multiples fois les 2 vidéos d’Irène Grosjean que je trouve fabuleuse.

        Je vais essayer de lui offrir cela sous forme de CD.

        Elisabeth
        Elisabeth Articles récents…Comment elle a fait d’une pierre deux coupsMy Profile

  • Bonjour Marie,

    Malheureusement pour eux, mais je connais des gens qui ne changent rien à leur alimentation malgré leurs problèmes de santé. Par exemple, je connais deux personnes qui font de l’hypertension artérielle et qui ont toujours la salière à la main…

    Je me prive de beaucoup d’aliments car leurs effets sur moi n’est pas bon et je dis tout le temps que le plaisir de les manger ne vaut pas les inconvénients que ça me donne par la suite; un vrai régime de moine…

    Bonne année tout en santé!

    Sco!
    Sco!@couple routine Articles récents…10 raisons pour dire oui je le veuxMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Sco!

      Les gens préfèrent se dire malades, avaler des médicaments, se plaindre plutôt que d’essayer ce qui pourrait les aider.
      Ils ne souffrent certainement pas réellement, et se moquent de se retrouver plus tard dans la dépendance.

      En fait tu te prives essentiellement je pense d’aliments qui ne sont pas nécessaires réellement aux humains.
      De toute façon il y a un moment où comme tu le dis on choisit entre souffrir ou s’accorder des plaisirs finalement superficiels.

      Moniale ? Pourquoi pas ? Hildegarde en était une géniale, qui a beaucoup apporté à la santé humaine !

      A toi aussi très bonne année.
      Marie.

  • Bonjour Marie

    Tu prêches une convaincue ; j’ai encore des progrès à faire parce que je dois lutter contre mes habitudes et aussi contre ma gourmandise mais je suis sur la bonne voie .Je trouve en tout cas extrêmement réconfortante l’idée selon laquelle il n’y a pas de déterminisme en matière de santé et que nous gardons la main

    Amitiés

    Janine
    Janine Cesaire Articles récents…comment aider naturellement votre foie pour rester en bonne santeMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Janine,

      Moi je trouve que la gourmandise c’est plutôt bon signe !
      Il ne s’agit pas de se goinfrer de toutes sortes d’horreurs, mais de savoir apprécier certaines petites choses délicieuses.
      Par contre ne pas être gourmand c’est un peu triste, non, et bizarre ?

      Oui, c’est pour cette raison que je voulais démarrer l’année avec cette idée, nous gardons la main comme tu le dis si bien !
      Quoi de plus réjouissant ? Encore faut-il avoir envie d’aller mieux…

      J’espère que tu ne penses pas trop à tes mangues disparues.
      Bonne soirée.
      Amicalement.

      Marie.

  • Jean-Louis dit :

    Bonjour Marie,

    Merci pour cet article, le sujet et le contenu sont pour moi une grande découverte !

    Avant toute chose, je nuancerais la fin de ta 1ère phrase « …et que le corps médical veut bien nous le dire. » par « et auquel le corps médical ne croit pas non plus, faute de formation adaptée. »

    Euh… le corps médical lambda, dans sa grande majorité, car il y en a qui savent, mais qui ne veulent sans doute pas passer pour hérétiques ?

    Pour ma part, en changeant de nourriture, de française traditionnelle souvent bio, à thaïe traditionnelle peu bio, j’ai amélioré mon « bien-être », perdu du poids et diminué très sensiblement mes potions magiques anti-hypertension.

    Plus récemment (en mai 2013), face à des problèmes quotidiens, j’ai fait le parallèle avec les ennuis d’allergie-intolérance alimentaire de ma fille cadette, et j’ai arrêté le café, puis le pain et enfin le fromage à mon dernier séjour en France.

    J’ai arrêté tout cela du jour au lendemain, sans frustration ; 8 mois + tard, tout continue de bien aller, merci ;-)

    Je socio-diffuse tout de suite ton article.

    Bien amicalement,

    Jean-Louis
    Jean-Louis Articles récents…Hormones, alimentation et cohérence cardiaqueMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Jean-Louis,

      Je parlais du pouvoir que nous avons sur notre santé.
      Je ne pense pas que le corps médical allopathique qui, il me semble prescrit des médicaments à chaque malade, ait jamais dit à aucun de ces malades qu’il pouvait améliorer son état en mangeant autrement, ou en apprenant à se relaxer, par exemple.

      La médecine considère que c’est elle qui a le pouvoir sur nos corps.
      Pourquoi cette formation dont tu parles n’existe-t-elle pas, si elle est désirée ?

      Par ailleurs l’absence de symptômes n’est pas la santé.
      Cela c’est la logique de la médecine allopathique qui voit le corps humain comme un assemblage de pièces détachées.
      Et refuse la notion d’un tout uni par l’énergie vitale.

      On répare la pièce défectueuse et quand ce n’est pas possible, on la change.
      Un symptôme un médicament, trois symptômes trois médicaments.
      Moyennant quoi les malades sont dépendants, la Sécurité Sociale est noyée et les laboratoires pharmaceutiques roulent sur l’or.
      Mais qui se demande pourquoi le malade a tel symptôme ?

      En Thaïlande tu manges moins de pain et de produits laitiers, cela suffit pour faire une grosse différence…

      Merci pour le partage !
      Amitiés.
      Bonne soirée.

      • Jean-Louis dit :

        Coucou Marie,

        J’aurais dû écrire « …faute de formation adaptée incluse au cursus d’enseignement. »

        Pourquoi cette formation n’existe pas ? A mon avis, pour les (mauvaises) raisons que tu développes juste après ta question…

        Par contre, il y a environ 30 ans, nous avions – déjà ? – un médecin de formation allopathe, et naturothérapeute, qui nous soignait en nous apprenant à nous alimenter, et oui !

        Je viens de vérifier, une telle formation existe toujours, souvent dispensée par des organismes privés, et aussi en fac à Paris 13 Nord (http://bit.ly/K3UXKH).

        Mais compte tenu de la durée de la formation, et sûrement des coûts dans le privé, il ne faut pas s’étonner que peu de médecins s’impliquent, alors qu’il est si simple de gagner sa vie en prescrivant des médocs…

        A la décharge de ces toubibs, y a-t-il une patientèle suffisante (un retour sur investissement) qui justifierait d’acquérir ces connaissances et compétence ? J’ai bien peur que non.

        Bon, bin, comme nous avons très peu de chances de nous voir confiée la réforme du cursus d’enseignement médical, je termine en te souhaitant une excellente journée.

        Bien à toi,

        Jean-Louis

        PS : en Thaïlande comme en France, je ne mange plus du tout, ni produits laitiers, ni pain, sauf sans gluten ;-)
        Jean-Louis Articles récents…Hormones, alimentation et cohérence cardiaqueMy Profile

      • Marie Kelenn dit :

        Bonjour Jean-Louis,

        Oui, je sais bien que cela existe.
        Depuis la fin du XIXe siècle des médecins prônent la médecine naturelle et l’hygiénisme.
        Des livres fondamentaux ont été écrits.
        Qui le sait parmi les malades ? Pourquoi ?

        Gagner sa vie, non bien au-delà ! Sur le dos de gens non guéris, et de toute la société qui paie au travers de la Sécu…
        Sais-tu quel critère décide du remplacement des appareils les plus coûteux dans les hôpitaux ?
        Il vaut mieux ne pas le savoir !

        Par contre de très nombreux médecins sont persécutés, réellement, quand ils donnent d’autres conseils.
        La justice fait fermer des laboratoires qui fabriquent des produits sains et efficaces, dans des maladies difficiles qui se répandent pourtant très vite à notre époque.
        Non la volonté n’y est pas !

        Continue bien d’éviter gluten et produits laitiers. Je sais que ce n’est pas facile.
        Mais le pain sans gluten, très problématique aussi. Produit avant tout commercial, pas sans danger.
        Comme tous les produits sans gluten. Gare au diabète.

        Amicalement.
        Marie.
        Parce que la volonté n’est pas de rendre le malade autonome. Ce qui est le sujet de mon article.
        Et il est très grave et significatif que cette formation soit dispensée par un organisme privé, donc accessible à très peu de gens.

  • Ping : Notre ADN a moins de pouvoir sur notre sant&eac...

  • Daniel dit :

    Marie Kelenn@ Il existe sur Facebook plusieurs groupes de frugivores, dont certains ont une chaîne You Tube. Je te recommande particulièrement celle de Thierry Casasnovas dont les connaissances sur la physiologie du corps humain sont immenses, et qui a échappé de peu à la mort en adoptant ces nouvelles habitudes alimentaires http://www.youtube.com/user/thierry66pasteque et celle de Pauline ? http://www.youtube.com/user/doucefrugalite qui décrit plein de choses de son parcours, et notamment en détail de qu’elle mange sur une journée. Sur Facebook, il y a le groupe https://www.facebook.com/groups/VivonsCru/?fref=ts qui répondra à beaucoup de questions.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir ?

      Je connais bien le sujet, ne vous inquiétez pas !

      Je ne parle jamais en l’air et si je préfère être modérée face à ce mode d’alimentation c’est pour des motifs que je n’invente évidemment pas.
      J’en connais bien les vertus que j’ai vérifiées moi-même.
      D’ailleurs j’ai écrit que sa valeur thérapeutique était indéniable.
      Je consomme des jus de légumes tous les jours depuis très longtemps et je possède le même extracteur de jus que celui vendu sur le site de Thierry Casasnovas !
      Mais cela ne constitue en rien la preuve que vivre exclusivement ainsi le reste de sa vie, en mangeant cru seulement, soit pertinent.

      Je lis surtout parfaitement l’anglais et j’ai accès aux discussions américaines sur le sujet.
      Elles sont, actuellement, loin de valider le crudivorisme absolu.

      En tous cas ce serait plus agréable de préciser votre propos de manière franche, plutôt que de livrer des sources seules, sans même vous expliquer.
      Je connais le site de Thierry Casasnovas, très riche et particulièrement intelligent.
      D’ailleurs si vous lisez mes articles vous verrez que je défends les mêmes idées sur l’explication des maladies, car nous avons vraisemblablement les mêmes sources, études et livres !
      Pour moi aussi la nourriture adaptée aux humains est constituée de fruits et de légumes.
      Mais je sais aussi que le cru intégral pose d’autres problèmes.

      Toutes les opinions existent et toutes les sources pour essayer de les justifier aussi, cela ne présente pas un caractère de preuve.
      Je pourrais parler de la médecine traditionnelle chinoise, les sources sont multiples également et parfaitement documentées depuis des siècles.
      La vision de l’énergie y est sensiblement différente.

      Bonne soirée.
      Marie.

  • Léna Santé dit :

    Je suis assez stupéfaite par cet article, dans le bon sens du terme. Par expérience, on peut tous s’apercevoir que selon ce que nous mangeons, notre forme, notre santé fluctuent. Je n’imaginais pas cependant que notre alimentation pouvait également influer sur des maladies « graves », genre diabète. Article intéressant qui donne matière à réfléchir.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Léna,

      Bien sûr, c’est en mangeant que l’on fait fonctionner la machine, bien ou mal.
      Toutes les maladies y trouvent l’essentiel de leurs causes.
      Aucune maladie n’est le fruit du hasard.
      Donc si on agit sur la cause, on agit sur les effets, la maladie…
      Merci pour votre commentaire et à une autre fois.

      Marie.

  • Ping : N'acceptez pas de vieillir prématurémentNourriture-Santé

  • Ping : Vous pouvez éviter la maladie d'AlzheimerNourriture-Santé

  • Ping : Limiter le vieillissement de la peauNourriture-Santé

  • Pierre Hance dit :

    Marie,

    Je te remercie de m’avoir guidé vers cette page de ton site, dont je n’avais jamais pris connaissance.

    Existe t il quelque part sur ton site une table des matières où je pourras retrouver la piste des articles que j’ai raté ?

    Je pense acheter le livre auquel tu fais référence ! afin d’illustrer le concept auprès de personnes fermées à la nouveauté… et continuant de penser selon un schéma établi !

    Depuis que je suis ton site, je ne suis pas tombé malade un seul jour, pas même un rhume ! … oui l’alimentation doit y être pour quelque chose !

    @+

    Pierre

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Pierre,

      Un article que tu n’avais pas lu !
      Un des plus importants en plus.

      Vas en bas du site et clique sur « Plan du site », la mine est là.
      Tous les articles s’y trouvent répertoriés.

      L’alimentation gouverne même le mental, donc son pouvoir est vraiment immense.
      Tant mieux si tu vas bien.

      Bonne lecture de la liste.
      Marie.

  • Pierre Hance dit :

    Bonsoir Marie,

    Oui, j’étais passé à coté, mais je vais réviser sérieusement ! merci de ton attention !
    @+

    Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Nettoyez votre foie en douceur avant les excès des fêtes






 Recevez chaque nouvel article dans votre boîte mails

ainsi que la formation  :

« Détoxication du foie »

réservée aux abonnés

Commentaires récents