Vous pouvez éviter la maladie d’Alzheimer

Mon article vous plaît ? Merci de le partager !

Et même améliorer la situation de vos proches qui en sont éventuellement

atteints.

Les médias nous conditionnent à croire que les problèmes de perte de mémoire

et de dégradation de notre cerveau sont inévitables avec l’âge.

Quelque chose qui peut nous arriver à tous, sans que notre hygiène de vie ait

rien à y voir.

 

Cela est absolument faux.

Nos cerveaux ont au contraire le pouvoir de créer de  nouvelles cellules

et ce à tout âge, en dépit des vieilles croyances.

 

L’alimentation joue en ce domaine un rôle crucial, à la fois comme cause et

comme solution, puisqu‘une alimentation inadaptée constitue le

déclencheur de stress le plus puissant dans le corps.

Ce n’est pas moi qui le dis mais des neurologues !

 

Vous prendre en charge à ce niveau-là ne vous coûtera rien mais vous rapportera

beaucoup !

 

éviter la maladie d'Alzheimer

 

Il y a recherche et recherche

Il y a celle qui a comme objectif aujourd’hui, journée mondiale de lutte contre

la maladie d’Alzheimer, de récolter des fonds, si possible un million et demi

d’euros en France.

Ces fonds seront utilisés pour la mise au point de traitements, notamment d’un

vaccin.

 

Cette recherche ne vous parle pas de prévention. Ne s’intéresse pas à la manière

d’éviter la maladie d’Alzheimer.

Son seul message est de vous terrifier en ne vous laissant aucun espoir :

Aucun traitement efficace n’existe aujourd’hui, l’origine de la maladie demeurant

inconnue, aucune prévention n’est possible. Tout est dit.

 

Perdre « la tête », et par la même occasion sa personnalité et sa dignité, est en

effet terrifiant. Et alors ? On continue de se lamenter en attendant d’être frappé ?

Car les chiffres sont là pour effrayer :

Presque 900 000 personnes atteintes à ce jour en France, 350 000 de plus depuis

l’an 2000. De plus en plus souvent la maladie touche les moins de 60 ans.

 

Heureusement il y a la recherche préventive qui, elle, veut nous apprendre à

éviter la maladie d’Alzheimer et qui propose des solutions faciles à mettre en

oeuvre pour changer notre hygiène de vie.

Parce que la fatalité cela n’existe pas, c’est seulement bien pratique pour se

déresponsabiliser…

 

Les découvertes du neurologue David Perlmutter

Il y a une semaine exactement j’ai suivi une conférence d’une heure donnée par

ce neurologue américain, le Docteur David Perlmutter, considéré par ses pairs

comme le plus en pointe dans la recherche sur les causes des maladies

dégénératives du cerveau, dont bien sûr la maladie d’Alzheimer.

 

Il intervenait dans le cadre d’un sommet international, auquel participaient plus de

30 médecins chercheurs. Qui tous agissent pour que la médecine se penche enfin

sur les causes des maladies, et ne se préoccupe plus seulement des symptômes…

Le vrai espoir, il se trouve là.

 

Les conseils et explications que je vous livre dans cet article sont un condensé

rapide de ce qu’il a fortement affirmé ce jour-là, après plus de 20 ans de

recherche clinique.

Ce qui a conforté ce que j’avais déjà lu et entendu de la part de spécialistes

notamment des problèmes d’inflammation.

 

Comment vous fabriquez chaque jour en vous la maladie d’Alzheimer

La cause fondamentale de toutes les maladies neurologiques est en fait

l’inflammation. La maladie d’Alzheimer est une maladie inflammatoire.

La même inflammation qui se produit lorsque vous vous faîtes piquer par un

moustique, se produit dans votre cerveau.

 

Et la cause déclenchante première et essentielle de cette inflammation est

l’alimentation, pas un moustique !

Plus votre taux de sucre sanguin est élevé plus cette inflammation

augmente.

Ce taux de sucre dans le sang est évidemment le reflet de ce que vous mangez.

 

Si vous tenez à votre cerveau, vous voyez ce qui vous reste à faire.

Ce que je répète depuis longtemps limitez absolument les sucres ajoutés,

et l’excès d’hydrates de carbone sous forme de céréales par exemple.

Vérifiez le nombre de fois où vous consommez et en quelle quantité des céréales

et du sucre ajouté sur une journée…

 

La solution pour éviter l’aggravation des dégâts est là, diminuez votre

consommation d’hydrates de carbone et de sucre.

Seul le sucre des fruits en quantité raisonnable ne pose pas ce problème.

Surtout, j’aurai l’occasion d’en parler spécifiquement, laissez de côté le sirop

d’agave tout à fait préjudiciable !

 

Il a été démontré que le centre de la mémoire dans notre cerveau,

l’hippocampe, perd ses facultés en proportion directe de l’augmentation

du taux de sucre dans le sang.

 

Autres actions possibles

D’autres modifications de votre hygiène de vie sont nécessaires pour éviter la

maladie d’Alzheimer.

Chaque jour faîtes de l’exercice, le plus énergiquement possible.

Prenez le soleil toute l’année. La lumière qui atteint vos yeux est très importante

pour maintenir votre cerveau en bonne santé. Ce sont les yeux qui la captent

le mieux. Sans exposition de face bien sûr !

Tenez-vous éloigné des pollutions par les métaux lourds et autres produits

chimiques contenus dans des produits de consommation courante.

Voyez cet article qui peut vous aider, ainsi que celui-ci.

 

Le problème le plus important demeure celui des dégâts installés déjà dans votre

cerveau. Sous forme d’une inflammation qui ne peut disparaître d’elle-même.

J’aborderai cette question de la lutte contre l’inflammation très bientôt.

 

La prochaine fois je donnerai des pistes alimentaires et de compléments qui

peuvent aider à soutenir la mémoire et le fonctionnement du cerveau.

Mais commencez par appliquer les conseils d’aujourd’hui.

Inutile de vous gaver d’omégas 3 si vous avalez du sucre en quantité !

 

A vous de jouer !

 

Be Sociable, Share!

48 réponses à Vous pouvez éviter la maladie d’Alzheimer

  • Yvette dit :

    Bonjour Marie,

    Je lisais justement ce matin un article sur le sujet sur Nutrition.fr, je t’en livre une petite partie.

    « L’Académie nationale de pharmacie vient de mettre en garde contre les aliments cuits à haute température. En cause, la glycation des protéines à l’origine de substances néoformées appelées produits de glycation avancée (AGE).Parmi ces AGE figure l’acrylamide, découverte en 2002 par des chercheurs suédois, est potentiellement cancérigène et neurotoxique. En janvier dernier, une étude américaine conduite par Helen Vlassara établissait un lien entre AGE, syndrome métabolique et maladie d’Alzheimer. Les AGE pourraient favoriser aussi les maladies cardiovasculaires, le diabète et les troubles cognitifs.L’Organisation mondiale de la santé a listé huit aliments (frites, frites au four, croustilles de pomme de terre, céréales, pain grillé, biscuits, pain blanc et café) à l’origine de 80 % des apports en acrylamide. »

    Ce qui veut dire que l’info circule quand même largement, non?
    Les produits cités sont consommés au quotidien par la plupart des gens.
    Alors à chacun de nous de nous responsabiliser et de changer nos pratiques quotidiennes.

    Merci à toi pour le partage de tes recherches.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Yvette,

      Les cellules glyquées, autrefois appelées molécules de Maillard, avant qu’on en dépossède son découvreur, sont connues donc depuis très longtemps.
      Elles ne sont pas toutes en fait des acrylamides. Pas grave !

      En effet elles sont impliquées dans la maladie d’Alzheimer, mais ne constituent qu’une part du problème.
      Je parle dans mon article de TOUS les sucres non issus des fruits.
      Donc, non, je ne pense pas que l’information réelle circule.
      Sinon comment expliquer que sur ce même site, on vende des recettes qui sont presque toutes génératrices de molécules glyquées ?
      Comme tous les blogs dits de santé d’ailleurs…
      L’Académie de pharmacie ne dit pas la vérité : toute cuisson au four est cancérigène pour la plupart des aliments concernés. (protéines et sucre liés).
      L’information décidément n’est pas la connaissance.

      Bonne semaine.
      Marie.

  • Ping : Alzheimer : Prévention - Végétarisme et santé

  • Jean-Louis dit :

    Bonsoir Marie,

    Bel article « militant », espérons que beaucoup de gens le liront – je vais le faire connaitre – et en appliqueront le principe n° 1, concernant le sucre.

    Bien à toi,

    Jean-Louis
    Jean-Louis Articles récents…Alzheimer : PréventionMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Jean-Louis,

      Il faut bien que la vérité soit dite, face aux croyances créées par les médias et acceptées comme la seule option.
      Mais la prévention est plus ardue que la prise de médicaments.

      A bientôt.
      Marie.

  • Ping : Vous pouvez éviter la maladie d'Alzheime...

  • Elisabeth dit :

    Bonjour Marie

    Merci pour ce très intéressant article. Je connais bien cette maladie d’Alzheimer puisque ma mère en a été atteinte. Les premiers signes (oubli de son sac dans un caddie par exemple) sont apparus quand elle avait 73 ans.

    Elle est partie l’an dernier à un peu plus de 92 ans. Mais elle est restée pendant plus de 12 ans, entièrement grabataire ; suite à de petits AVC, elle ne pouvait plus parler et depuis tout ce temps aussi, elle ne reconnaissait plus personne.

    Sa “longévité” a été assez remarquable ; je la mets sur le compte du fait qu’elle faisait beaucoup de marche sous forme de randonnées.

    Et que son coeur était solide !

    Mais elle avait des problèmes circulatoires, ce qui explique sans doute les AVC.

    Et elle était très gourmande (pâtisseries, fromages entre autres).

    Et je viens justement de lire ceci dans le livre de Roger Castell sur la “bioélectronique Vincent” :

    “En particulier, le sucre augmente l’encrassement des artères et des capillaires des organes vitaux (cerveau, rétine, reins). Il accélère le vieillissement en favorisant le phénomène de glycation, au cours duquel sucres et protéines forment un composé responsable d’altérations organiques : rides, insuffisance rénale, maladie d’Alzheimer.”, ce qui rejoint donc tout à fait ce que tu dis dans ton article.

    Il me reste juste encore à voir à quoi correspond ce phénomène de glycation.

    Mais sans doute le sais-tu ?

    Pour anecdote, mes trois grands enfants sont convaincus que je finirai avec Alzheimer !
    Cela me fait sourire mais ce qui me fait moins sourire, c’est qu’ils se préoccupent déjà
    de savoir comment ils vont gérer la situation !!!!!

    Amicalement

    Elisabeth
    Elisabeth Articles récents…Youpi, je fais du trampoline !My Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Elisabeth,

      Merci pour ce témoignage qui prouve tristement la relation sucre-maladie d’Alzheimer.
      Il y a nécessairement une explication, aussi dérangeante soit-elle.
      Car comme dit Jean-Louis, il va falloir restreindre réellement les aliments sucrés !

      Tes enfants illustrent bien ce que je disais : la pub entérine le fait que la maladie est inévitable.
      Tu vas un peu les informer, non ?!! Et le trampoline justement permet de générer de nouvelles cellules. Je ne plaisante pas !

      Oui le sucre est très acidifiant, donc les tissus se couvrent de mucus pour se défendre.

      La glycation, c’est le processus qui fait que des molécules de protéines s’associent à des molécules de sucre sous l’effet de la chaleur, même pas très forte. J’en ai parlé un peu dans un article, je ne sais plus lequel.
      Et un article attend depuis le printemps, qui traite directement du sujet.
      Je n’ai pas encore osé le publier, car la vérité est dure à accepter : presque toutes les recettes, même les plus ordinaires, deviennent impossibles.
      Si la connaissance circulait, comme le croit Yvette, alors la majorité des recettes de cuisine publiées sur des sites dits de santé serait vues comme ce qu’elles sont, des recettes cancérigènes.
      Même les personnes elles-mêmes concernées par la maladie les défendent. Tu sais la fameuse gourmandise…
      Ensuite on peut se lamenter devant la fatalité.
      La route est longue pour responsabiliser les gens.

      Continue bien à rebondir surtout !
      Amitiés.
      Marie.

      • Elisabeth dit :

        Merci pour ta réponse, Marie.

        J’ai oublié de préciser que ma mère faisait évidemment beaucoup de cuisine cuite et réchauffée sans pour autant délaisser les crudités qui existaient, me semble-t-il , fréquemment en début de repas. Cela date ! Mais surtout, elle a utilisé presque toute sa vie, des casseroles en aluminium remplacées très tardivement par des casseroles en inox 10/18 qui normalement sont moins nocives. Car il me semble que l’excès d’aluminium existe pour les malades d’Alzheimer.

        Quant à moi, j’essaie de mettre le maximum d’atouts de mon côté et le trampoline y participe !

        Elisabeth
        Elisabeth Articles récents…Youpi, je fais du trampoline !My Profile

      • Marie Kelenn dit :

        Bonsoir Elisabeth,

        Ta maman n’avait pas mis toutes les chances de son côté malheureusement.
        L’aluminium, tu as raison, fait partie des grands responsables, voilà pourquoi j’ai parlé des métaux lourds.

        Tes enfants risquent de ne pas avoir besoin de leur stratégie !
        Ton alimentation à base de vert et de cru redresse particulièrement la situation, je pense.
        Tiens bon ne serait-ce que pour les faire mentir !

        Bonne soirée.
        Marie.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Hélène,

      Oui, qui ne connaît le Professeur Joyeux !
      Il a raison de reprendre ces principes de base, toujours bons à être entendus.

      Il faut surtout retenir de mon article le lien de la maladie d’Alzheimer avec l’inflammation.
      Et qu’entend-on par alimentation saine ? Tout ce qui est du sucre ajouté ou non issu des fruits, est inflammatoire.
      Peu de recettes à la mode résistent à ce principe malheureusement.

      Par contre l’activité mentale ou intellectuelle, l’agitation du cerveau est…hautement inflammatoire justement !
      Gare à la surchauffe.
      Voilà pourquoi la mode redécouvre que la méditation, la vraie, est « bonne à la santé ».
      Eh oui, elle permet au contraire le calme mental, le silence intérieur, très anti-inflammatoire.
      Un des esprits les plus actifs et passionnés, un de nos plus brillants philosophes est mort de la maladie d’Alzheimer.
      Il ne manquait pas d’activité ni mentale ni intellectuelle.
      La solution n’est pas là du tout.

      Surveille plutôt ton four…!
      Amicalement.
      Marie.

      • Bonsoir Marie,

        Oui tu a raison, je surveille mon four…

        De façon instinctive, mon cerveau se met au repos des choses dites inutiles lorsque j’en ai l’occasion.
        Aujourd’hui, journée passée sans musique (moi qui en suis accro) et sans télé (pas difficile au vu des programmes).
        Réflexion que je me suis faite : j’écoute ma propre musique intérieure et ça me suffit. Étant dans une phase de création, le silence s’invite à moi comme une nourriture aussi indispensable que l’air que je respire.

        C’est une forme de méditation, je pense ? Méditation indispensable pour garder en santé son cerveau.
        Facile à pratiquer quand je suis en weekend malgré la pression que je me mets.
        Mais pas facile à appliquer du lundi au vendredi quand je suis confrontée aux multiples situations compliquées à résoudre.
        Garder le calme mental est toute une pratique chère Marie !
        Helene@Objectif-Reussite Articles récents…Equinoxe d’automne : équilibre entre maturité et sagesseMy Profile

      • Marie Kelenn dit :

        Bonsoir Hélène,

        Eh oui, quand les conditions sont favorables, que le monde extérieur ne pèse pas trop, alors il est « facile » de se recentrer, de retrouver notre boussole intérieure. D’essayer de faire taire notre éternel bavardage mental.
        Mais la vie sociale, professionnelle est un vrai défi pour qui ne veut pas perdre cette boussole.
        Quand on s’est exercé dans des conditions faciles, la pratique est ensuite plus simple dans des conditions difficiles.

        Bon prochain week-end alors !
        Marie.

  • Nadia dit :

    Bonjour Marie,
    la maladie d’Alzheimer est un des gros fléaux de notre société avec le diabète, les maladies cardiovasculaires, les cancers et autres.
    Plus je m’informe sur le sujet et plus je me rends compte que dans la plupart des cas la cause principale est un problème d’inflammation. Cela est dû bien sûr à notre alimentation trop acidifiante.
    Il est important de faire passer le message comme tu le fais si bien.

    A bientôt
    Nadia
    Nadia Articles récents…Se sentir bien dans l’instant présentMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Nadia,

      Oui, ces maladies sont liées dans leurs causes, comme l’obésité d’ailleurs.
      Merci d’avoir mis le doigt sur ce qui importe en fait, l’inflammation, grande ennemie.
      Et sur son lien avec l’acidité, puisque l’une entraîne l’autre automatiquement.
      Je vais développer la question dans d’autres articles, car elle peut aider tous ceux qui souffrent d’une maladie un peu sérieuse.

      Merci Nadia et bonne semaine à toi.
      Amitiés.
      Marie.

  • Yvette dit :

    Bonsoir Marie,

    Et pan sur le bec!

    L’information, la surinformation, la désinformation surabondent. Et tu as tout à fait raison, l’information n’est pas la connaissance.
    Mais comment trouver si l’on ne cherche pas?

    Pour le sucre, le message est limpide. Seulement celui des fruits, aucun sucre ajouté ,céréales et légumineuses triées sur le volet et avec parcimonie.
    Quant au gluten, même si on n’est ni allergique, ni intolérant, il est à éloigner de nos assiettes.
    Qu’en est il des modes de cuisson?
    Le four semble aussi dangereux que la bouche de l’Etna. Mode de cuisson à bannir donc.
    Faire revenir dans une casserole fond téfal, déconseillé à cause du fluor.
    Le micro-ondes, j’ai pas confiance.
    Reste la vapeur douce et la cuisson à l’étouffé dans une cocotte en fonte à feu très doux (mais on ne maîtrise pas la température) . Le wok, la cuisson est rapide mais la température est très élevée.

    Bien sûr, le mieux est de manger cru. Là, on ne risque pas de se retrouver avec des molécules de Maillard. Mais on ne peut pas tout manger cru.
    Le livre du Dr Seignalet « l’alimentation ou la 3ème médecine » mettait bien en garde contre ces poisons là.

    Le chemin de la santé n’est pas un boulevard.

    Merci pour ton travail.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Yvette,

      Excellente conclusion !!
      Non, la santé n’est pas une recherche facile, car les fameuses informations lues partout sont pratiquement toujours des reprises faites sur d’autres articles, et ainsi de suite. Personnellement j’ai horreur de ça.
      J’ai par nature et par formation professionnelle le goût de la source, la vraie.

      Le site que tu citais, que je ne lis plus depuis des lustres, tu imagines pourquoi, a repris en fait un texte québécois : on y parle de croustilles de pommes de terre ! Pas très connues en France les croustilles en question.
      Et la plupart des sites québécois traduisent des articles américains en les modifiant un peu (pour faire honnête).

      Je n’ai vraiment aucun plaisir à faire ça, je lis des livres, des vrais, ce qui étonne même certains collègues…
      « Tu n’as pas lu tous ces livres ?! »
      Encore une fois question de niveau personnel de formation, que j’oserais appeler intellectuelle.
      Pardon pour le gros mot, sur les blogs c’est mal vu !
      Se targuer d’une formation quelconque en santé ne garantit en rien ni la qualité ni la quantité de connaissances.
      Je l’ai vérifié moi-même, après avoir fait confiance à tant de professionnels en tous genres qui m’ont fait faire de belles erreurs aux conséquences sérieuses.
      Tu as raison, il faut chercher et vérifier si cela fonctionne pour soi.

      Le commentaire que tu viens de laisser est un article à lui tout seul !
      Tu as parfaitement résumé les lignes à suivre pour tous.
      Bravo pour la lucidité sur le gluten, les naturopathes très en vue, ne le savent pas…
      Je vais bientôt dire ce que j’en pense, études récentes à l’appui, naturellement.
      Car des erreurs graves sont répandues jusqu’à la télévision et la radio, par des naturopathes qui fonctionnent avec des connaissances dépassées totalement.

      Pour le four la formule est très rigolote !
      Je te renvoie aux commentaires de cet article sur la cuisson :

      http://www.nourriture-sante.com/chauffer-lhuile-dolives/

      Une flopée de commentaires passionnants a suivi.
      Vas les lire, certaines lectrices et lecteurs ont bien réfléchi au sujet.

      Le wok est idéal en fait, saisir rapidement, pour obtenir du cru décrudi.
      Non, l’idéal n’est pas (!!) de manger tout cru. Pas du tout.
      Du cru tous les jours, oui, par contre, en début de repas au moins.

      Vas lire mon article sur le micro-ondes, tu seras édifiée…

      http://www.nourriture-sante.com/le-meilleur-conseil-anti-cancer/

      Cuisson à l’étouffée, le « moins pire » !

      De toute manière il s’agit surtout de trouver ce qui nous convient à chacun selon notre état de santé, qui varie en plus.
      Dans le cadre des aliments faits pour les humains.
      Je suis en train de mettre au point un système pour que chacun puisse trouver ce dont il a réellement besoin, et sans test quelconque.

      Merci pour ce commentaire très utile à tous.
      Bonne journée ensoleillée.
      Amicalement.

      Marie.

  • Fantine dit :

    Bonjour Marie,
    N’as-tu pas remarqué que de plus en plus de jeunes parents affublent leur petitou, dans la poussette, d’une paire de lunette de soleil ? C’est effarant ! Ils pensent bien faire les pauvres et ils ne se doutent pas qu’ils privent leur enfant de la lumière du soleil, ayant une influence sur la vitamine D, entre autre, responsable de nombreuses transformations lors de la digestion.
    Au grand regret de mon mari, je ne fais plus tous les « bons petits plats » que je faisais avant, j’essaie de le convaincre d’arrêter de s’acheter des viennoiseries et autres cochonneries. iI est convaincu en fait, du bien fondé de mes arguments, mais n’a pas le courage de stopper net. Pour ma part, je suis certaine que je n’aurai ni cancer, ni aucune maladie dégénérative, vu l’hygiène de vie que j’ai depuis quelques temps. En revanche, pour mes parents, c’est plus difficile, ils me disent qu’à l’âge qu’ils ont, ils ne veulent pas faire de « sacrifices » alimentaires, qu’il est trop tard pour eux et qu’ils veulent encore s’octroyer ce genre de plaisir. Ma fille va être maman dans quelques mois, je l’ai dernièrement équipée d’un extracteur à jus et le week end dernier, elle a reçu son vitaliseur (cuisson vapeur douce). J’espère qu’elle saura bien nourrir son enfant, car les bonnes habitudes, lorsqu’elles sont prises tout de suite, ne sont pas du tout une contrainte et ne demande pas de force de caractère et de volonté pour perdurer dans le temps.
    Marie, pourrais-tu faire un article sur la nourriture la meilleure pour les bébés ? Bien sûr, il y a d’abord le lait maternel, mais certains prétendent que l’intestin des bébés n’est pas pourvu, avant plus d’un an, en enzymes pour digérer les fruits et légumes crus et qu’il faut les nourrir de cuit. Tu en penses quoi ?
    Merci.
    Amicalement,
    Fantine

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Fantine,

      Le soleil est devenu l’ennemi numéro un. C’est grave puisqu’il transmet l’énergie de vie.
      J’ai vu ces pauvres petits en effet.
      Par contre on va leur demander si pour le goûter ils préfèrent un choco ou un croissant. De qualité ordinaire en plus.
      Oui, ce sont des cochonneries, comme tu dis, toutes ces pâtisseries sorties du four et cuites avec des acides gras devenus trans.
      Pour tes parents, je comprends bien la situation évidemment.
      Il y a une logique.
      Mais il faut bien les convaincre que nos cellules évoluent chaque jour, comme je l’ai dit au début de l’article.
      Quel que soit l’âge, on peut fabriquer de nouvelles cellules cérébrales ou autres.
      Chaque amélioration a une efficacité, un effet, c’est certain.
      On peut trouver un équilibre, avec encore du « mauvais » associé à du « très bon ».
      Ajouter plutôt que vouloir à tout prix brutalement supprimer trop.
      Du vert en plus, du cru en plus, du jus en plus.

      Mais on dirait que ton mari veut absolument que tu t’occupes de lui dans quelques années…
      Tu es en trop bonne forme, il compte sur toi !

      Pour l’alimentation bébé, je te promets de faire les recherches sérieuses pour te répondre.
      Même si le sujet est plus délicat que pour les adultes.
      Mais déjà, tu peux dire à ta fille que la santé du bébé dépend surtout de celle de la maman.
      Par le biais de sa flore intestinale. A elle de manger le plus sainement possible.
      Insiste autant que tu peux, c’est essentiel.
      Elle va transmettre sa flore au bébé, donc son état de santé.
      La santé du bébé en dépend pour toute sa vie. Je parle en connaissance de cause.
      En souhaitant qu’elle ne subisse pas de césarienne. C’est très important.

      Le bébé arrive quand ? Dis-le moi, je me tiendrai prête.
      Je vais aborder ces questions dans les semaines à venir pour les adultes, ces anciens bébés.
      J’ai lu en effet ce que tu dis à propos des enzymes etc.
      Je t’en reparlerai assurément.

      Merci pour ce commentaire très intéressant.
      A bientôt, j’attends la réponse pour la naissance.

      Amicalement.
      Marie.

      • Fantine dit :

        Merci Marie pour ta réponse.
        Le bébé est attendu pour mi mai, cela te laisse encore du temps pour peaufiner tes recherches :-) Ma fille est très scrupuleuse et fait bien attention à tout, tant elle souhaite concevoir un bébé en bonne santé. J’espère bien qu’il naîtra par voie naturelle, pour construire son biotope.
        Je crois que c’est le professeur Gernez qui préconisait de souffler un peu de poudre de perlimpinpin sur le berceau du bébé. :-) Non, en fait, il s’agit juste d’un peu de poussière d’aspirateur et d’une pincée de pollens, afin que le bébé, puisse immédiatement fabriquer ses anticorps et n’avoir jamais d’allergie. Cela dit, avec une bonne flore intestinale, une bonne alimentation, il n’y a aucune raison de développer des allergies.
        Pour mes parents, à part charger mon fils de leur faire profiter de son extracteur à jus, je ne peux pas grand chose, mais comme tu le dis, ça peut faire toute la différence.
        Mon mari est un homme de projets : il remet toujours au lendemain ses bonnes résolutions ! Néanmoins, c’est comme pour mes parents, il boit son jus (mais que de fruits), il mange les crudités que je prépare et s’achète sa viennoiserie, en se maudissant de l’avoir fait, mais seulement après en avoir avalé la dernière bouchée. Il se réfugie derrière le fait qu’il a réussit à arrêter de fumer il y a 10 ans, et qu’il ne faut pas trop lui demander. Je n’ai pas encore dit mon dernier mot. ;-)
        Bien à toi.
        Fantine

      • Marie Kelenn dit :

        Bonsoir Fantine,

        Donc j’ai le temps pour le bébé, et d’ici là j’aurai pu expliquer en quoi la flore intestinale est la base de notre santé.
        L’humour te permet de supporter ton mari procrastinateur !
        Il n’est pas le seul, surtout dans ce domaine.
        C’est un peu dommage, c’est vrai. Dis-lui que les fameuses molécules qui découlent de la glycation, qu’il avale avec son croissant, résistent plus dans le corps que les pesticides. Quand on les a c’est pour la vie…
        En un mot, fais-lui peur !

        Bonne soirée.
        Marie.

  • sashah dit :

    Merci Marie pour cet article très intéressant.. Suppression du sirop d’agave, je n’y aurais pas pensé mais cela semble logique !! :-) merci à toi et, douce nuit à tous

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Sashah,

      Merci pour ce petit commentaire sympathique !
      Oui, le sirop d’agave est de toute façon une bien mauvaise option pour sucrer, malgré la pub dont il fait l’objet.

      A bientôt.
      Marie.

  • Yvette dit :

    Bonsoir Marie,

    Je continue à explorer ton blog et j’y trouve des pépites mais j’ai aussi tant de questions.
    Je ne vais pas te les asséner toutes ici, je risquerais des poursuites pour harcèlement…

    Mais quand même, les plus urgentes :

    Il ne faut pas garder les restes pour le lendemain, c’est compris (j’ai vidé mon frigo des deux trois, non pas « restes » mais « petits coups d’avance » comme disait ma belle-mère, qui s’y trouvaient!). Et puis même d’un point de vue « spirituel », c’est pas plus mal de ne préparer que la quantité nécessaire à l’instant présent. Faire confiance à la vie pour le repas d’après.
    Mais alors, quel usage peut-on faire du congélateur. En retire-t-on des nourritures vivantes ou raides mortes ?
    Je cultive mon jardin et les légumes d’été finissent en ratatouilles congelées pour l’hiver…par exemple. Alors, dois-je abandonner cette pratique ou bien la congélation préserve-t-elle les aliments.

    Et les conserves « maison », comme la sauce tomate ou la soupe au pistou. Une mauvaise habitude dont il faut se défaire?

    Je comprend qu’il ne suffit pas d’avoir les bons produits si leur transformation les rend inadéquats.

    Bon je m’arrête là Marie, et c’est déjà beaucoup si tu peux me répondre là-dessus.

    Merci d’avance et bonne soirée.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Yvette,

      Harcèlement ? Non !!
      Mais question problématique, c’est certain.

      La congélation me préoccupe depuis longtemps.
      Je suis arrivée à en penser ce que je t’écris là, mais ce n’est que le fruit de mes réflexions et connaissances.

      Les avis sont très partagés, selon que l’on considère seulement la valeur nutritive sur le papier ou la valeur en énergie vitale réelle, celle qui nous maintient en vie. Les vibrations de l’aliment, comme les vibrations de l’énergie solaire par exemple.
      Il est évident que ta feuille de basilic décongelée n’est plus « vivante ».
      Il suffit de la regarder.
      Ce qui ne veut pas dire qu’elle en devient mauvaise à la santé.
      Elle a peut-être encore, et c’est montré par des analyses, des nutriments, vitamines etc.
      Mais ce n’est plus que de la matière sans énergie vitale.
      On s’en nourrit peu bien sûr, mais cela n’a rien de dangereux comme manger de la nourriture industrielle transformée, de la nourriture modifiée moléculairement par le four à micro-ondes, ou les restes de la veille.

      Et puis la vie fait qu’on a parfois bien besoin de ces aliments congelés, surtout comme les tiens venant de ton jardin ensoleillé.
      Tu n’avales certainement rien de « mauvais », juste des aliments en partie dévitalisés.
      Et il y a toujours les fibres très utiles et de qualité.
      On ne peut pas imaginer la perfection de toute manière, juste éviter le vraiment nuisible.
      Et tes légumes congelés ne sont en rien nuisibles.

      Par contre les conserves, même maison, sont plus « raides mortes » comme tu dis !!!
      Le froid ne modifie pas les molécules, la forte chaleur si.
      Cela pose des problèmes car notre corps ne reconnaît pas ces nouvelles molécules.
      Cela dépend donc de la manière dont tu les fais.
      Mais c’est un peu le cas pour beaucoup de plats cuits.

      Je pense que tout est surtout affaire d’équilibre, de modération.
      Ta soupe au pistou, si bonne…, ne va pas te créer trop d’ennuis si tu manges principalement des aliments frais le reste du temps.

      Profite bien de ton basilic, j’en raffole et il ne pousse pas bien chez moi.

      Amicalement.
      Marie.

  • Yvette dit :

    Bonjour Marie,

    Le problème de la congélation c’est que c’est d’abord cuisiné puis ensuite congelé. La double peine en quelque sorte!
    Bon, si ce n’est pas l’alimentation quotidienne de base et que tous les autres produits consommés sont vivants, leur utilisation reste quand même acceptable. Avec tact et mesure.

    Alors, puisque je suis dans la remise en question des vieilles habitudes
    quasi quotidiennes, il y a l’utilisation de :

    levure de bière en paillettes + germe de blé
    tamari
    soba cha (quoique là, je pense déjà avoir la réponse, le soba cha étant une infusion de sarrasin grillé…, les aliments grillés, toastés, etc…sont à supprimer, non?).

    Pour la cuisson, j »ai commandé un vitaliseur de MK pour cuire à la vapeur douce.
    Ceci dit, une ratatouille à la vapeur douce…?!
    Si quelqu’un à une idée de comment cuisiner quelque chose qui ressemble à une ratatouille sans faire revenir les légumes à l’huile d’olive…Je suis preneur!
    Je ferai un essai : cuire à la vapeur douce tous les légumes en les gardant un peu croquant, puis les passer rapidement au wok avec un peu de graisse de coco, et ajouter à la fin hors du feu , l’huile d’olive, de l’ail et beaucoup de basilic…Peut-être… Je te dirai ce que ça a donné.
    Bon, comme on disait en 1968, « l’imagination au pouvoir ». Changer ma façon de me nourrir me rajeunit, au sens propre comme au sens figuré. Il y a une forme de jubilation. Et le mot n’est pas trop fort.

    Mille fois merci pour le partage de tes recherches et la confiance que m’inspire ton travail.

    Le citron dans le bol d’eau chaude le matin et pas de petit-déjeuner. l’expérience est tellement concluante. Ca me donne vraiment une autre attitude face à la nourriture pour toute la journée. Pas de fringales. Pas besoin de choses sucrées. Une vraie envie de choses saines au repas. Un régal de crudités…régal des yeux et des papilles et de l’idée qu’en plus on se fait du bien.

    Je te souhaite une bien belle soirée.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Yvette,

      C’est moi qui te remercie pour cette confiance que tu m’accordes !

      Faire revenir des aliments dans de la matière grasse est une vieille habitude à perdre, c’est certain, même si le résultat est délicieux…!
      Une éternité que je ne le fais plus et je n’y pense jamais.

      Le tamari est terriblement salé, à ce titre il ne peut être considéré comme un aliment bon pour nous.
      Au goût je reconnais qu’avec des céréales, par exemple, c’est un régal bien sûr.

      J’ai cessé la consommation de levure de bière il y a…20 ans. 50 fois plus de purines que la viande !
      Le germe de blé contient du gluten.
      Le sarrasin grillé en effet, tu as raison. Parce qu’il contient des protéines et des sucres.
      Mais du thé grillé, comme le thé japonais, ne pose pas le même problème à mon avis, du moins presque pas.

      Ton témoignage est réjouissant, si seulement ceux qui te liront essayaient d’en faire autant.
      Je sais absolument que supprimer le petit-déjeûner est une grande aide à la santé.
      D’ailleurs même dans des publications très conventionnelles, on arrive à l’écrire !

      Je suis ravie que tu aies ainsi transformé ta relation à la nourriture, avec l’aide du jus de citron chaud également.
      C’est l’objectif le plus important, ensuite le reste suit.

      A bientôt.
      Marie.

  • Ping : Soutenir naturellement le cerveau et la mémoire - Nourriture-SantéNourriture-Santé

  • wenck dit :

    Bonsoir Marie,

    David Servan Schreiber disait que le sucre rafine est du TNT pour le pancréas , qu’il ne fallait en aucun cas séparer le fructose et le glucose
    En ce qui concerne la maladie d’Alzeimer j’irais jusqu’à suspecter les vaccins car ils sont fortement neurotoxique, ainsi que les amalgames dentaires et pas seulement ceux qui contiennent du mercure . Je pense également aux dents devitalisees qui peuvent être responsable d’infections focale, je me suis laisser dire qu’il existait une clinique en Suisse réputée pour son grand nombre de guérison de cancer, il était dit que la première opération faites à leurs patients était d’extraire toutes les dents devitalisees et amalgamees afin que l’organisme puisse réellement commencer son chemin vers la guérison .
    Bonne soirée
    Amicalement
    Nicole

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Nicole,

      Même non raffiné le sucre pur est du poison pour les cellules.

      Les métaux lourds comme je le disais sont en effet des éléments qui pour certains expliquent en partie la maladie D’Alzheimer et d’autres maladies.
      Mais les éliminer du corps relève pratiquement de l’impossible.
      Extraire amalgames et dents dévitalisées exigent des connaissances très pointues de la part des thérapeutes, rarement possédées.
      Ce qui rend l’opération très dangereuse.
      La plupart du temps, sauf maladie qui met la vie de la personne en danger direct, il est conseillé de vivre avec.
      Et surtout d’éviter d’aggraver la quantité de métaux lourds dans nos corps.

      Merci.
      Amitiés.
      Marie.

  • Yvette dit :

    Bonsoir Marie,

    Pas beaucoup de temps en ce moment pour bloguer, mais les nouvelles habitudes s’installent doucement.

    Juste une réflexion qui m’est venue ces temps dernier par rapport aux produits congelés et leur « vitalité » à la sortie du congélateur…les embryons congelés ne donnent-ils pas la vie eux aussi…? Bof, cela me laisse songeuse…je me méfie de mes raccourcis.

    Quant au vitaliseur de MK pour la cuisson à la vapeur douce, qu’est-ce que c’est pratique, et rapide. Saveurs garanties, cuisine gourmande. Mais là aussi, je m’interroge. MK dit que les toxines et autres cochonneries contenues dans les aliments sont précipitées par la vapeur dans l’eau de cuisson qu’il ne faut surtout pas consommer. Mais pourquoi seulement les toxines subiraient ce sort et pas les vitamines ou les minéraux…?

    A bientôt de te lire Marie, avec le plus grand plaisir.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Yvette,

      Alors, c’est d’autant plus agréable de ta part de laisser ce commentaire !

      Je me suis également posé cette question au sujet de la congélation.
      A mon avis, il y a congélation et congélation.
      Les méthodes ne doivent pas être les mêmes, sinon les mammouths congelés retrouvés se seraient remis à gambader joyeusement !

      Je ne possède pas le vitaliseur de Marion Kaplan, je connais sa qualité mais pas en détails son principe de fonctionnement.
      Fantine, qui vient souvent ici, était très satisfaite du sien.
      Ta question à propos des vitamines est parfaitement logique, je ne savais pas que MK disait cela.
      Je n’ai pas plus de réponse que toi…
      Si quelqu’un a une idée, il est le bienvenu pour nous éclairer.
      Merci Yvette et peut-être pourras-tu revenir vite !

      Bien cordialement.
      Marie.

  • Élisabeth dit :

    Bonsoir Marie. Vous déconseillez le four. J’ai regardé un autre de vos article, auquel vous renvoyez, mais n’ai pas trouvé la réponse à « pourquoi? » . Et le four à basse température est-il problématique lui aussi ? Je fais par exemple cuire du poisson à 60 et de la viande à 90. Quid ?
    Merci bcq pour vos conseils passés et à venir.
    Bonne semaine.
    Élisabeth.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Elisabeth,

      La cuisson au four modifie la structure des molécules de toute façon à cause des fortes températures.
      Mais, pire encore, les protéines et les hydrates de carbone s’associent et créent les fameuses molécules de Maillard, fortement cancérigènes.
      Ce que l’on appelle la glycation.
      Les molécules glyquées sont aussi dangereuses que les pesticides…

      Il serait certainement préférable de cuire sans le four vos protéines.
      Il me semble vous avoir déjà répondu à ce sujet d’ailleurs.

      Cordialement.
      Marie.

  • Élisabeth dit :

    Bonjour Marie.
    Second commentaire.
    Vous dites que le sucre des fruits est sans problème. Mais j’ai lu ds le livre d’Horowitz sur la maladie de Lyme que le fructose et le lactose possèdent environ 10 fois la capacité de glycation du glucose. Glycation dont vous évoquez les effets délétères et inflammatoires, auquel sont doit le diabète et des complications nerveuses, rénales, oculaires, la coronopathie, l’arteriopathie des membres inférieurs, et … les maladies neuros de type Alzheimer…
    V. pages 311 et 312 du livre susvisé.
    Bien à vous.
    Élisabeth

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Elisabeth,

      Si vous suivez le Docteur Horowitz alors ne consommez pas de fruits !
      Pourquoi me demander mon avis ?
      Le Dr Horowitz est favorable à la nourriture dite « paléo ».
      Comme beaucoup de médecins. Ce n’est pas mon cas.
      Cela peut se défendre ou au contraire être tout à fait attaquable.
      A vous d’en juger.

      Tous les fruits et légumes contiennent du sucre, donc sont susceptibles de provoquer la glycation sous l’effet de la grande chaleur.
      D’ailleurs vous parlez de glycation, alors que dans le commentaire précédent vous ne saviez pas ce que c’était.(cuisson au four)

      Les fruits sont un sujet hautement sensible en nutrition.
      Il y a deux camps, les complètement pour et les presque totalement contre.
      Le Dr Horowitz se situe dans ce dernier camp.

      Vous choisissez celui qui convient à votre corps, c’est toujours le mieux.
      Cordialement.
      Marie.

  • Ping : nettoyage du foie en douceurNourriture-Santé

  • Ping : Comment profiter des bienfaits du curcumaNourriture-Santé

  • Jocelyne dit :

    Bonjour Marie,

    Concernant cette maladie terrible, dont a souffert ma grand-mère, 2 de ses filles, et 1 de ses fils, autrement dit mes tantes et oncle, il faut penser aussi à l’huile de coco, dont vous parlez à si juste titre.

    Voici un lien, en anglais (désolée pour ceux qui ne comprennent pas). Il montre comment un médecin a donné de l’huile de coco à son mari atteint, et qui depuis à fait de très nets progrès.

    https://www.youtube.com/watch?v=DVD7ZuCe3vY

    Merci encore pour tous vos précieux renseignements.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Jocelyne,

      Je suis bien heureuse que vous veniez parler ici de la valeur de la graisse de coco pour le traitement des troubles du cerveau, notamment de cette maladie.
      Je l’ai fait à plusieurs reprises sur mon blog et sur un autre blog. En citant le cas de Mary Newport justement.

      J’ai été très mal reçue par un monsieur qui m’accusait d’avancer sans preuves des idées dangereuses.
      Car il est bien connu que les graisses saturées sont toutes responsables des pires maladies cardiaques…
      J’ai fourni les sources en anglais, qui commencent à être nombreuses et anciennes maintenant (20 ans).
      Mais rien n’y a fait, j’avais tort !

      Il est drôle que ce même monsieur vive en vendant un régime alimentaire qui n’a pas protégé son propre coeur : quadruple pontage !
      Cela rejoint le problème dont vous parliez ailleurs : on n’évolue pas vite en France.
      Merci encore.

      Bonne soirée.
      Marie.

  • Jocelyne dit :

    Encore moi….

    Ce médecin, Docteur Newport n’hésite pas à appeler cette maladie  » le diabète de type 3, le diabète du cerveau « , tiens tiens le sucre encore……

    On peut voir que ce monsieur s’est nettement amélioré par le test de l’horloge qui lui était impossible de dessiner au début.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Jocelyne,

      Oui, Mary Newport.
      Mais je ne sais pas si ce n’est pas plutôt le Docteur Perlmutter qui a utilisé ce mot en premier.
      En tous cas l’idée est maintenant admise au sein de la médecine fonctionnelle aux USA.

      Mais je peux vous dire qu’ici certains de nos scientifiques et médecins se moquent de cette idée avec beaucoup de mépris !
      Pourtant de très nombreuses études sont venues corroborer depuis ce témoignage.

      A une autre fois.
      Marie.
      Mais encore faut-il vouloir ouvrir ses oeillères.

  • Roselyne dit :

    Bonjour,

    En lisant les commentaires j’ai vu que vous n’étiez pas favorable au régime paléo, or je trouve ce type d’alimentation très cohérent et je le pratique depuis 1 an. (même si pour moi c’est un paléo très nettement moins carnivore !)
    Mes fringales de sucre se sont fortement atténuées et j’ai plus de vitalité.
    Pourrais-je connaître ce qui vous gêne dans le paléo ?

    Merci, bonne journée

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Roselyne,

      Le régime paléo est plus qu’à la mode depuis une dizaine d’années aux USA.
      Il a eu le temps d’être adapté à toutes les sauces.
      Il faut donc savoir de quel régime paléo on parle.

      La version d’origine est très carnivore justement, donc pas du tout souhaitable sur le long terme.
      Si vous avez diminué la quantité de viande c’est différent.

      D’autre part l’idée centrale est de réduire à presque rien la quantité de sucre.
      Or là aussi, si sur le court terme cela peut rendre des services, sur le long terme il a été vérifié un effet réel sur la thyroïde.
      Et je répète là des constatations de cliniciens.
      Il vaut donc mieux vous méfier.

      De toute manière il s’agit d’un « régime », qui n’est donc pas personnalisé.
      Qui ne peut convenir à tous.
      Car nous avons une flore intestinale unique.
      Et c’est en fonction d’elle que nous devons nous nourrir, pas de règles générales.

      Tout le monde ne supporte pas la viande en telle quantité.
      Et personne sur le long terme.
      Certaines personnes qui le pratiquent pour maigrir ne maigrissent pas en fait.
      Par exemple.

      Voilà, j’espère vous avoir éclairée.
      Marie.

  • Roselyne dit :

    Merci Marie pour votre réponse !

    En fait je chemine vers un mieux-être… et je chemine lentement, je cherche.
    Le paléo m’a fait prendre conscience de plein de choses et je continue à apprendre.

    Oui il faut personnaliser son alimentation et je vais écouter ce que mon ventre me dit.

    Merci pour tout.

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Roselyne,

      Je ne sais quelle version vous pratiquez, à partir de quel livre.
      Mais en tous cas elle n’a pas changé votre flore intestinale, vu le problème que vous avez au niveau du ventre.
      Il dit tout justement votre ventre !
      Mais cela ne me surprend pas, le régime paléo manque de ce qui peut réellement influer sur la dysbiose.
      Bonne soirée.
      Marie.

  • Ping : Aide Mémoire | Titre du site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Nettoyez votre foie en douceur avant les excès des fêtes






 Recevez chaque nouvel article dans votre boîte mails

ainsi que la formation  :

« Détoxication du foie »

réservée aux abonnés

Commentaires récents