Recette de tartare d’algues

Mon article vous plaît ? Merci de le partager !

La mer ne nous offre pas que des fruits, mais des légumes aussi.

Et ces légumes de mer, les algues, sont infiniment plus nutritifs que les

légumes terrestres.

Pour vous encourager à en profiter, je vous propose une recette de

tartare d’algues avec ses variantes, auxquelles s’ajouteront les vôtres

j’espère en commentaires !

 

recettes de tartare d'algues

 

 Vous avez besoin de quoi pour la recette de base ?

  •    environ le tiers (en volume) d’algues.

Le mélange classique de paillettes convient parfaitement.

  •    de l’huile d’olive en quantité suffisante pour obtenir la consistance

du mélange que vous voyez sur la photo.

A vous de juger, mais évitez de « noyer » la préparation !

  •    des cornichons
  •    des câpres ( 10 % du total en volume, c’est bien. Mais n’abusez pas car

ils contiennent des sulfites)

  •    des oignons blancs
  •    des échalotes
  •    un peu d‘ail

 

Comment vous y prendre ?

  •    vous placez vos algues dans un bol et vous couvrez d’un peu d’eau.

L’objectif c’est de les hydrater, seulement, sans introduire d’eau liquide dans la

préparation finale. Au goût cela ne présenterait aucun intérêt.

Les algues deviendront molles et malléables, sans plus.

Assurez-vous que les paillettes soient assez petites au départ.

Cela dépend des producteurs.

Sinon, coupez-les un peu.

Les passer au mixer ou au blender n’est pas simple !

  •    en parallèle vous mélangez les autres ingrédients solides, déjà

un peu coupés pour les cornichons et les échalotes, et vous les passez, eux,

au mixer. Pas trop longtemps pour éviter la purée…

  •    ajoutez les algues au mélange mixé.
  •    et finalement l’huile d’olive au mélange final.

 

Autres mélanges possibles :

Pour varier les saveurs, vous pouvez jouer sur

  •    les proportions, selon vos goûts, tout en maintenant la quantité d’algues.

Il s’agit tout de même d’une recette de tartare d’algues !

Pour le reste faîtes des essais, vous serez surpris de toutes les saveurs diverses

possibles.

  •    sur les algues elles-mêmes : essayez avec une seule algue par exemple.

L’algue que je préfère est la dulse, il m’arrive de n’utiliser qu’elle, et le résultat

est particulièrement fin et goûteux.

Pensez aussi aux haricots de mer qui sont très agréables en plus des paillettes.

Les paillettes contiennent la nori, la dulse et la laitue de mer.

Tentez le wakamé ou d’autres algues.

  •    sur l’ajout d’autres ingrédients intéressants, comme les tomates séchées,

le jus de citron (pas trop), la ciboulette, d’autres herbes, les pignons de pin,

de petits morceaux de noix, d’olives etc.

Vous pouvez essayer le gingembre, en ayant la main légère.

Pas tout cela en même temps, cherchez ce qui vous plaît le mieux !

 

Et maintenant vous présentez ce tartare comment ?

Là aussi il y a des tas de possibilités :

  •    tout bêtement avec une salade verte ou de crudités
  •    en apéritif, sur une tranche de tomate ou une moitié de tomate cerise.

Ou sur une tranche de concombre.

  •    autre idée surprenante d’apéritif, le tartare déposé au centre

d’un demi-avocat.

  •    en trempette comme le font les Québécois : vous trempez dans votre tartare

des carottes, du céleri ou d’autres légumes coupés en petits bouts longs et fins.

  •    avec des crêpes de sarrasin, tartare ajouté au dernier moment car il

serait dommage de le cuire. Mais cette association n’est pas idéale, cru et cuit

en même temps ne favorisant pas une digestion parfaite.

 

Conseils :

Certains ingrédients apparaissent parfois dans les recettes de tartare d’algues,

et ce n’est pas toujours une bonne idée :

  •    pas d’autres huiles que celle d’olive, notamment pas de noix !

Elles s’oxydent toutes rapidement.

  •    pas de sauce de soja, produit non fermenté dans les règles, sauf exception
  •    sel et poivre ne sont pas très en harmonie avec l’ensemble
  •    le vinaigre non plus.

Autre remarque, l’huile d’olive s’oxyde moins vite que d’autres, cependant il

est préférable de ne pas garder le mélange plus de deux ou trois jours.

Et au frais bien sûr.

 

Vous devriez vraiment manger des algues si :

  •    votre glande thyroïde est paresseuse
  •    vous êtes à la recherche de la meilleure source de minéraux, pour leur

quantité, leur diversité et surtout leur assimilation

  •    vous voulez augmenter votre consommation de magnésium pour lutter

contre des tendances dépressives : les algues en sont la meilleure source

alimentaire.

Vos besoins journaliers sont assurés avec 5 grammes d’algues sèches

  •    vous cherchez à réguler votre transit un peu ralenti
  •    vous connaissez l’importance de maintenir un milieu alcalin dans votre corps,

c’est-à-dire non acide. Pour lutter contre l’acidose les algues sont en effet idéales.

  •    vous limitez votre consommation de produits animaux, justement pour éviter

l’acidose des tissus. Vous avez bien raison.

Mais vous craignez de manquer de protéines. Vous avez bien tort !

Et les algues sont là avec leurs acides aminés essentiels en totalité.

La spiruline en contient 70 %, la nori (des sushis) en contient elle 50 %.

  •    vous avez besoin d’éliminer quelques toxines après les écarts de l’été,

comptez sur les algues pour « faire le ménage ».

  •    vous connaissez le rôle essentiel de la chlorophylle pour votre santé : aucun

aliment n’en contient autant.

  •    vous cherchiez un complément alimentaire pour affronter la rentrée :

ne cherchez plus ! (sauf si vous avez absolument envie de perdre de l’argent !)

Les algues vous redonneront la vitalité nécessaire et vous aideront contre la fatigue.

  •    votre peau a souffert tout comme vos cheveux à cause du soleil et du sel

de l’eau de mer : fortifiez-les en mangeant des algues.

 

N’oubliez pas qu’il y a des tas d’autres idées pour introduire des algues 

dans vos menus.

Et votre propre recette de tartare d’algues est la bienvenue !

 

Voici une autre manière de préparer ce tartare, proposée par Capucine,

une lectrice très amatrice de ces curieux et précieux légumes.

Sa version vous donne des proportions précises qui vous aideront.

Et des idées d’accompagnement aussi.

 

Je varie les condiments et je dose « à peu près » les proportions.

Les ingrédients :

  •    3 ou 4 bonnes cuillerées à soupe d’algues en paillettes
  •    des feuilles de nori réduites en tout petits morceaux (c’est long !)
  •    2 cuillerées à soupe d’huile d’olive
  •    2 ou 3 câpres
  •    1 ou 2 petits cornichons
  •    1/2 oignon ou 1/2 échalote émincé(e)
  •    une petite gousse d’ail pressée (hâchée)
  •    un filet de citron

Des herbes séchées : romarin, thym, origan, basilic, persil, aneth…

Préparation :

J’humidifie d’un peu d’eau les algues la veille ou une bonne heure avant le mixage.

Tous les ingrédients sont mis dans un bol mélangeur.

Ce n’est pas facile, la préparation colle aux parois.

Il faut arrêter et tout bien ramener au fond du bol avec une cuiller.

C’est tout.

 

A chacun d’accompagner ce tartare avec un poisson, des fruits de mer,

avec du riz.

C’est ce que je préfère car cela me rappelle le beurre d’escargot que faisait

ma grand-mère, sans l’inconvénient du beurre !

 

Be Sociable, Share!

20 réponses à Recette de tartare d’algues

  • Jocelyne dit :

    Bonsoir Marie,

    Cette recette tombe à pic ! Je vais faire ce tartare pour manger plus d’algues. J’avais achetée une préparation du commerce, je l’avais trouvée bien trop salée.

    Mais là, ça va le faire, j’ai trouvé un pot d’algues en paillettes qui contient 4 algues : nori, laitue de mer, wakamé, dulse.

    Hum, je m’en régale à l’avance, sur une tomate ou un avocat c’est super, mais aussi en trempette avec des bâtonnets de carottes.

    J’ai essayé les haricots de mer, j’aime bien, c’est rigolo, on croirait des lasagnes aux épinards qui ont le goût des haricots verts et sentent la mer.

    Merci.

    Jocelyne

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Jocelyne,

      Oui, à pic, le hasard fait bien les choses, non ?!
      Fais tes essais et reviens nous dire ce que tu as obtenu.

      Le goût de lasagnes, tu as de l’imagination ou des envies gourmandes…
      Parce que j’aime beaucoup les haricots de mer, mais ils ne me font pas penser à des lasagnes, moi !
      Dommage.

      A bientôt.
      Marie.

  • Nadia dit :

    Bonsoir Marie,

    j’ai commencé à manger des algues quand j’avais essayé la macrobiotique mais je n’y tenais pas trop. Depuis j’ai recommencé avec le mélange des pêcheurs dans les salades vertes mais j’en mets assez peu. Pourtant j’en connais les bienfaits et je compte bien m’y mettre. J’ai déjà vu des recettes de tartare d’algues mais je vais tenter la tienne en réduisant les câpres qui ne sont pas non plus dans mes goûts habituels.

    Bonne semaine.
    Nadia
    Nadia Articles récents…Ralentir pour être en bonne santéMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Nadia,

      Il faut t’y mettre, tu as vu tous les bienfaits !
      Et en plus avec de petites quantités.
      J’espère que tu te lanceras dans le tartare sauce du midi.
      Les câpres n’ont rien d’obligatoire, comme aucun ingrédient sauf les algues !

      Bonne journée.
      Marie.

  • Jocelyne dit :

    Bonjour Marie,

    C’est visuellement qu’ils me font penser aux lasagnes. ;)

  • sylviane dit :

    J’avoue là Marie que je ne vais pas suivre même si j’ai une confiance illimitée en toi et tes recettes, manger des algues non, ça ne me dit rien du tout désolée mais je te crois sur paroles que c’est bon
    sylviane Articles récents…Revoir les bons plans des chemins de l’intuitionMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Sylviane,

      Tu n’as jamais goûté les algues, c’est dommage.
      Peut-être que tu découvrirais, comme d’autres suspicieux, un vrai plaisir.
      Quelques petites paillettes, ce n’est pas grand chose !

      A bientôt.
      Marie.

  • Capucine dit :

    Merci Marie pour toutes ces explications sur le tartare d’algue et ses multiples bienfaits.
    Cela m’amuse de constater que nous avons à peu près la même recette. Je varie les herbes, je mets du thym, romarin… J’en ai acheté un jour un petit bocal en magasin bio…. J’ai pensé que ce serait si simple de le faire soi-même. Je ne m’en lasse pas, tant c’est savoureux; je crains même de trop en manger!
    Amitiés
    Capucine

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Capucine,

      Je suis bien heureuse de te lire !

      D’abord parce que je trouve que peu de gens s’intéressent comme tu le dis aux bienfaits des algues et de ce tartare.
      Ils préfèrent acheter des compléments alimentaires…

      Et heureuse car c’est bien toi, n’est-ce pas, qui m’avait laissé un jour en commentaire ta recette de tartare ?
      J’avais décidé de la publier dans mon article, mais je ne suis jamais parvenue à retrouver où tu l’avais laissée !
      Et j’attendais donc que tu te manifestes !!

      Du thym, du romarin, je n’ai jamais essayé, bonne idée en tous cas.
      Et le faire soi-même quand on aime vraiment, c’est moins coûteux que de l’acheter !
      C’est comme cela que j’en suis venue à le préparer à la maison.
      J’en mange moi aussi des quantités !

      J’aimerais bien que tu m’envoies par mail (mariekelenn arobase gmail.com) ta recette et je l’intégrerai à mon article.
      Enfin si tu le veux bien.
      Je tiendrai ainsi ma promesse.

      Merci encore pour ta présence.
      Bonne soirée.
      Marie.

  • Pierre dit :

    Bonjour Marie,

    Je consomme tous les matins deux pastilles de spiruline qui me permet d’éviter l’aspirine et conduit à un sang plus fluide.

    Si je consomme du poisson, plus tard dans la journnée, j’en consomme également deux , mais pas plus !

    Bien que ma consommation de viande soit faible ( inférieure à 500 gr /semaine ) je ne suis pas carencé en fer.

    Et pour le plaisir, j’ajoute à mes salades la salade du pêcheur comme on ajoute un assaisonnement.

    Pour les paghettis de mer, j’en tiens en permanence un bocal, réhydraté dans du vinaigre de cidre ou du vinaigre de thé et c’est délicieux tel quel je ne les cuis pas je préfère garder le coté croquant.

    Mais je n’ai pas de saison, j’en consomme toute l’année.

    J’essayerai un jour de fermenter le kombu avec le chou blanc.

    amitiés

    Pierre

    Ps : au sujet du poivron, il se lacto fermente aussi ce qui devrait en rendre la digestion plus facile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Pierre,

      Non, ne pas manger de viande ne carence pas en fer !!
      Puisque de toute façon faire cuire la viande rend les minéraux inassimilables…
      Raison pour laquelle je conseillais le poisson cru, en carpaccio.

      http://www.nourriture-sante.com/carpaccio-de-saumon-marinade/

      Il est vrai que cuire les spaghettis de mer (ou haricots de mer) les rend un peu mous.
      Et avec ce bain de vinaigre ils doivent être très bons.

      Oui, la lacto-fermentation prédigère les légumes, mais le problème avec le poivron, ou les aubergines, tomates et pommes de terre d’ailleurs, c’est lié à une affaire de bactéries contenues ou non dans l’intestin grêle, pour pouvoir les digérer.

      A une autre fois.
      Marie.

  • Cécile dit :

    Bonjour Marie,

    J’ai testé ta recette ce week-end en y rajoutant du persil plat…limitant les crudités en ce moment (tomates ), nous l’avons testé sur des carottes râpé…un régal!!
    Merci pour tous tes bons conseils encore une fois

    belle semaine
    cécile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Cécile,
      Merci pour cette excellente idée, je n’y avais jamais pensé.
      Je vais faire ça dès que possible.
      Peut-être une manière de faire aimer les carottes râpées en même temps que les algues !
      A bientôt.
      Marie.

  • Catherine dit :

    merci pour la recette, je l’ai faite et partagée au travail, ce fut un succès

  • Sam dit :

    Bonjour Marie
    Qu en est il de la spiruline qui est aussi une algue de mer très rche? Et sous quelle forme la consommer? Je souhaite profiter dr ses bienfaits et fortifier mes loulous. J en ai parlé à mon médecin ce matin qui me dit qu il n y a aucune contre indication avec mon hypothyroidie. Et aucune pour les enfants.
    Merci pour tes conseils
    J ai reçu ton livre de recettes et j en cuisine des ce soir.
    Sam

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Sam,

      Elle ne peut être dangereuse en cas d’hypothyroïdie puisqu’elle apporte de l’iode, comme toute algue.
      Mais avant de vouloir se fortifier il faut améliorer l’alimentation et l’hygiène de vie.
      Si on mange encore des aliments industriels, ou du sucre ou des produits laitiers ou du gluten etc. il est bien inutile d’acheter des compléments alimentaires quels qu’ils soient.
      La spiruline ne peut rien contre les conséquences des erreurs alimentaires.
      C’est de l’argent perdu en fait.
      Elle ne dispense pas des changements obligatoires.

      Les enfants s’ils mangent correctement n’ont aucun besoin de stimulants.

      Merci de ton achat.
      J’espère que tu trouveras ton bonheur et celui des petits !

      Bonne soirée.
      Marie.

  • Sam dit :

    Bonsoir Marie,
    J ai déjà changé bcp de choses depuis une petite annee (point de mon hypothyroidie maladie auto immune et d une probable fybromalgie ) , et ce n est pas encore parfait : zéro laitages, zéro gluten, rarement de la viande et du poisson. Là où je coince encore un peu ce sont les sucres (barres céréales, chocolat. …). J ai pas encore récupéré cent pour cent de ma forme, mais bcp d amélioration. (Meilleur sommeil, meilleure digestion, meilleure memoire). Il est vrai que l on est amenée à se demander ce qu il reste à manger, d autant plus que je vais aussi devoir abandonné les oléagineux pour leur peau. Mais comment savoir et au bout de combien de temps que l on a bien assaini son Corps et/ou ses intestins? Comment savoir si les super aliments vont être bénéfiques et que l on a bien fait d investir.? Au bout de combien de temps d eviction du gluten et des laitages, peut on considerer qu on s est assainit de ces matieres nefastes? Est ce qu un ecart volontaire ou involontaire nuit à zéro nos efforts de detoxification. ? Mes enfants sont comme la plupart des enfants : ils mangent à la cantine (on n est pas sûrs de la valeur nutritive des menus), et à la maison difficile de leur faire manger toujours des légumes. Dans ce flou, je pensais à la spiruline pour être sûre qu ils n aient pas de carences.
    Merci Marie pour tes éclaircissements et ton soutien .
    Sam

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Sam,

      Ce que tu as déjà fait est très bien, malheureusement il a fallu des ennuis graves de santé pour le faire.
      Qui s’expliquent de toute façon.
      C’est le problème de la plupart des gens qui se croient en bonne santé parce qu’ils ne ressentent pas de troubles encore.
      Ou parce qu’ils ne font aucun lien entre leurs ennuis et l’alimentation.
      Convaincus que cela n’a aucun rapport, jusqu’au jour où ils souffrent tellement qu’ils réfléchissent.

      Quoi manger encore ?
      Mais de vrais aliments, il y en a des tas, mais pas dans les supermarchés peut-être.

      Il ne s’agit pas de détoxification, ce mot tellement à la mode dans le commerce.
      Les matières néfastes dont tu parles ne sont pas que néfastes en elles-mêmes, elles modifient le fonctionnement du corps.
      C’est bien plus difficile que de les supprimer seulement.

      Il s’agit de réparer les dégâts créés par des aliments qui ne sont pas faits pour nous, ou pas pour certaines personnes pour des raisons spécifiques et à un moment donné.
      Si maintenant tu ne supportes pas tel aliment cela ne veut pas dire que plus tard, après avoir réparé les dégâts, tu ne le supporteras pas à nouveau.

      Pour que ce que nous mangeons soit utile, aliments, compléments alimentaires ou super-aliments, il faut une muqueuse en bon état pour que ce soit assimilé.
      Sauf si ces produits ou aliments sont eux-mêmes réparateurs.
      Et ils sont rares.
      Sinon il y a carences, mais pas parce que l’on n’avale pas assez de nutriments, mais parce qu’on ne les assimile pas assez.
      Complètement différent.
      Je me suis longtemps ruinée en toutes sortes de produits qui ne faisaient rien ou presque rien.
      Jusqu’au jour où j’ai entrepris mes propres recherches.
      Et j’ai pu guérir les dégâts, installés depuis la naissance chez moi.
      Et les troubles de toutes sortes ont disparu.

      Les symptômes de douleurs etc diminuent quand on commence à réparer les dégâts.
      On le sait plus ou moins vite selon le niveau des dégâts justement.
      Mais il ne faut pas des années, heureusement !

      En attendant continue de faire le mieux possible, pour toi ou tes enfants.
      Tu en sais déjà beaucoup !

      A bientôt.
      Marie.

      Sois patiente, je vais répondre en janvier à toutes ces questions, après les repas gastronomiques de fin d’année qui ne permettraient pas d’engager maintenant de vrais changements.
      Il est possible de réparer les dégâts ou d’éviter qu’ils ne s’installent chez les enfants.
      Et il n’ y a rien de spécial à acheter, de coûteux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Nettoyez votre foie en douceur avant les excès des fêtes






 Recevez chaque nouvel article dans votre boîte mails

ainsi que la formation  :

« Détoxication du foie »

réservée aux abonnés

Commentaires récents