Tuer les candidas ou les décourager ?

Mon article vous plaît ? Merci de le partager !

 

Vouloir tuer les candidas est un réflexe logique quand on connaît les dangers

qu’ils représentent pour notre santé physique et mentale.

Et quand on sait qu’on en héberge tous bien trop, ou que même on souffre déjà

de candidose.

 

Pour s’attaquer à eux comme à d’autres mauvaises bactéries, mauvaises levures ou

champignons dangereux, il ne manque pas d’armes de toutes sortes.

Plus ou moins efficaces à long terme et plus ou moins sans effets secondaires.

 

Mais tuer les candidas n’est peut-être qu’une stratégie à court terme, qui

n’empêche pas les candidas de se reproduire et qui de toute façon ne s’attaque

pas à l’infection qu’ils ont semée en nous.

 

J’ai perdu une soeur à cause d’eux.

J’ai moi-même été condamnée par eux durant de longs mois.

Parce que mon sang était empoisonné par les toxines libérées par les candidas,

et qui avaient traversé la muqueuse intestinale.

 

J’en ai réchappé, mais avec des séquelles pour des années et des années.

Sur le plan de la flore et de la muqueuse elle-même, comme évidemment

au niveau de l’intoxication globale de mon corps.

 

Je suis bien placée pour savoir que les détox dont on nous parle, et qui sont

toutes connues depuis longtemps malgré les apparences, n’ont aucune efficacité

réelle,  profonde, sur les tissus. 

30 ans de pratiques en tous genres !

 

Jusqu’au jour où j’ai enfin compris que sortir la kalachnikov était tout sauf

la bonne solution.

Jusqu’au jour où j’ai su comment m’y prendre pour les éloigner sans effets

secondaires et de manière efficace, définitive. Sans perte de temps.

 

tuer les candidas

 

Tuer les candidas ne les décourage pas, bien au contraire !

 

tuer les candidas

 

Vous êtes déjà allé à la cueillette des champignons  ?

Si vous revenez dès le lendemain, que constatez-vous ?

L’endroit où vous aviez cueilli vos champignons est à nouveau colonisé par

de nouveaux champignons.

 

Pourquoi ?

Parce que c’est dans la nature même d’un champignon que de se faufiler

discrètement partout où il en a la possibilité.

Ils ont sauté sur l’occasion dès que vous avez eu le dos tourné !

Et parce que vous aviez laissé en partant le sol en l’état, donc dans les mêmes

conditions qui leur conviennent parfaitement pour se multiplier.

 

Les candidas se comportent exactement comme cette famille auxquelles ils

appartiennent…

De la mauvaise herbe, mais qui ne pousse pas sur un sol qui ne lui convient pas.

Du goudron par exemple.

A nous de les décourager avec un « sol » qui ne leur convient pas, qui soit bien

moins accueillant.

 

Loups et candidas même combat ?

Sur terre les systèmes écologiques sont, en l’absence d’intervention humaine,

naturellement régulés.

Les espèces animales, végétales et les milieux naturels vivent dans une coexistence

nécessaire à tous, dans des relations d’interdépendance.

Et cela pour maintenir un équilibre général qui nous profite aussi à nous

humains.

 

Si cet état n’existe plus vraiment (!), si certaines espèces, certains prédateurs

par exemple, prennent le dessus et sèment le désordre, c’est toujours parce que

à un niveau ou un autre les humains ont modifié maladroitement les conditions

naturelles, les relations naturelles, les milieux naturels.

 

tuer les canididas

 

Les pratiques écologiques intelligentes visent justement à redonner à chacun son

rôle pour cesser de déséquilibrer ces écosystèmes si vitaux pour les humains.

Tous ont besoin de tous, mais il faut maintenir des limites pour tous.

Un loup dans mon jardin, non ! Même s’il a un doux regard comme celui-ci.

 

Nous devrions appliquer ces principes écologiques à notre propre corps qui possède

lui aussi une écologie intérieure à préserver.

 

C’est notre écosystème intérieur qu’il faut rééquilibrer, plutôt que

de vouloir seulement tuer les candidas

Parce qu’il existe en nous les mêmes enjeux, les mêmes relations d’interdépendance

entre espèces animales, « végétales » et milieu naturel !

C’est-à-dire entre les micro-organismes qui vivent dans notre tube digestif et ce

tube digestif avec ses muqueuses, dont spécialement la muqueuse intestinale.

 

Je dis ses muqueuses parce que la relation commence dans la bouche, nid douillet

pour des milliards de créatures de toutes sortes, « diaboliques » ou « angéliques »

comme le suggère l’illustration.

 

tuer les candidas

 

Créatures qui raffolent par exemple, pour certaines, du mercure qui se libère dans

notre bouche. Devinez lesquelles…

Vous avez vu comme il y en a une qui jubile et l’autre que ça ne fait pas rire du

tout !

 

La relation déséquilibrée entre ces micro-organismes et notre tube digestif se

reflète directement sur notre santé. C’est la clé de tout.

La présence excessive de candidas en est un exemple flagrant. Pas le seul.

 

Tout comme la qualité d’un sol a un impact direct sur les végétaux qui doivent se

nourrir grâce à lui. Tout le monde le sait.

 

Pourquoi les régimes anti-candidas ne fonctionnent pas sur le

long terme ?

  •    ils n’agissent que sur les symptômes en cherchant seulement à tuer

les candidas. Et encore ils agissent sur les symptômes connus.

La plupart des gens qui souffrent d’un excès de candidas ne savent pas que leurs

symptômes sont liés à ces candidas en excès.

Or il y en a bien plus que d’infections vaginales !

  •    ils ne modifient pas le milieu intestinal, digestif.

Ce milieu qui explique la multiplication des candidas et qui les perpétue.

  •    chercher à tuer les candidas n’empêche pas les autres de se

multiplier 24 heures sur 24 si le terrain (la muqueuse) est toujours accueillant

pour eux.

Et surtout cela ne les empêche  pas de libérer encore leurs terribles toxines

24 heures sur 24 également.

  •    ils veulent tuer les candidas, enfin ceux qui ne sont pas encore protégés par

leur biofilm.

Sorte de niche gluante, poisseuse, qu’ils se sont créée, et qui les rend inaccessibles

même aux plus puissants antibiotiques, de synthèse ou naturels d’ailleurs.

(résistance aux antibiotiques).

  •    ils proposent souvent de tuer les candidas mais avec quoi ? Souvent des

huiles essentielles.

Selon leur mode de fabrication, vous savez ce qu’il en est de leur toxicité.

Et de leur effet finalement inflammatoire sur la muqueuse intestinale.

  •    ils excluent toute forme de sucre, pas la même forme de sucre en fonction

des méthodes en question.

Ce qui a pour effet immédiat en général de diminuer les symptômes.

Youpi, on est content !

 

Sauf que dès que l’on réintroduit les aliments exclus, tous les symptômes

reviennent.

Dans certains cas, encore plus violents qu’avant même.

Logique, puisque l’on n’a agi que sur les symptômes. Pas sur les causes.

 

Vivre en supprimant en permanence, voire à vie, des sucres pourtant nécessaires,

est impossible et pas souhaitable du tout.

Se priver de sucre naturel de qualité,  strictement et longtemps, mène très vite à

des ennuis hormonaux, par exemple.

Parce que la production d’hormones exige entre autres ces sucres.

 

Et la preuve que la flore n’a pas été changée réellement, c’est que les gens

qui suivent ce type de régime souffrent de fringales, souvent en permanence.

 

La plupart des régimes anticandidas ne sont pas anti-

inflammatoires

C’est-à-dire qu’ils ne rééquilibrent pas suffisamment la flore.

Et ils ne peuvent pas réparer la muqueuse pour longtemps.

Il ne s’agit pas ici de citer des noms connus ou pas. Cela n’est pas intéressant.

Mais de comprendre que maintenir certains aliments ne lutte pas contre

l’inflammation de la muqueuse.

 

Donc ces régimes n’évitent pas le passage des candidas et autres mauvaises

bactéries à travers cette muqueuse.

Ce que j’appelle couper le robinet à toxines !

 

Parce que c’est ça l’enjeu le plus vital.

C’est ça qui met la vie en danger parfois, par empoisonnement du sang qui a reçu

trop de toxines libérées par ces candidas.

Une vraie détox s’attaque à ce problème.

 

Le paragraphe qui suit parle de ces erreurs qui en réalité nourrissent la mauvaise

flore, donc créent de l’inflammation au niveau de la muqueuse.

 

Comment pouvons-nous  rééquilibrer notre écosystème

intérieur ?

Cet écosystème intérieur a été totalement bouleversé, dérégulé souvent,

par notre hygiène de vie, en grande partie alimentaire.

 

Que pouvez-vous faire ?

 

tuer les candidas

 

  •  ce qui me semble essentiel et qui ne coûte rien c’est de supprimer

autant que possible les farines. Avec ou sans gluten, cela n’y change rien.

Elles sont toutes de la nourriture à candidas.

De plus méfiance extrême avec les farines sans gluten.

 

Toutes les farines colmatent la muqueuse.

Elles poissent, elles collent, les candidas adorent !

Voilà une cause importante d’inflammation intestinale.

 

  •    améliorer la digestion, car tout le processus digestif à venir dépend d’elle.

Mauvaise flore, ballonnements, brûlures, douleurs, irritation intestinale, muqueuse

trop poreuse etc. sont la signature d’une mauvaise digestion de départ.

 

Le programme ASI Anti Spirale Inflammatoire consacre une semaine de vidéos

à l’amélioration de la digestion.

Dont des méthodes anti-stress peu connues et très efficaces.

Le stress est souvent responsable dans l’affaire.

 

Vous avez aussi ici un premier article qui peut vous aider et un second.

 

  •    ne consommez ni kéfir ni kombucha !

Ils contiennent entre autres de mauvaises levures, dont parfois même des souches

de candidas, qui peuvent créer chez ceux qui ont une dysbiose, des ennuis

intestinaux, de sérieux problèmes de santé. Plus ou moins immédiats.

 

Dans un nouveau site encore en conception, vous pourrez lire les preuves de ce

que j’avance. Et des dégâts éventuellement générés.

Pitié, cessez de croire ce qui se dit partout à leur sujet !

De manière totalement superficielle et plus que risquée.

On ne plaisante pas avec le monde des levures sauvages.

 

  •    maintenir les bons sucres, qui ne nourrissent pas la mauvaise flore

(candidas) et dont le corps a besoin.

Des sucres, contenus dans certains aliments, qui en plus permettent à la muqueuse

de se nourrir, de se réparer grâce à une composition particulière.

Ils sont dans le programme ASI.

 

  •    manger ce qui permet à la muqueuse de se reconstruire.

Le programme ASI contient une recette végétale simple au grand pouvoir pour

nourrir les cellules de l’intestin, sans effets secondaires. Cela existe !

 

Bonus de cette recette : ce qu’elle contient est capable d’aller nettoyer 

les cellules de notre corps des fameuses toxines libérées par les candidas.

Ceux qui possèdent le programme ne le savaient peut-être pas d’ailleurs !

S’ils ne sont pas certains du nom de la recette, qu’ils me demandent de le

leur confirmer par mail.

 

Il me semble bien que j’aie oublié d’indiquer cet élément pourtant essentiel.

Car aucun complément alimentaire n’en est capable, ni aucun autre

type d’aliment.

(Je précise pour les esprits malveillants que des études scientifiques le prouvent,

évidemment !

Et que ces connaissances ne sont pas nouvelles, mais peu s’y intéressent.

Il n’ y aurait aucun intérêt commercial à le faire)

 

  •    pour finir, laissez de côté les aliments très alcalins et ne supprimez pas

nécessairement les aliments acidifiants.

La réalité est plus complexe que ça.

Que vous soyez végétarien ou pas ne change rien à la situation par ailleurs.

 

Les aliments alcalins nourrissent directement la mauvaise flore parfois, comme

les châtaignes ou les bananes très sucrées (sauf si elles sont vertes).

Ou comme certaines pommes de terre.

 

Ils créent ainsi de l’inflammation finalement et sont donc acidifiants !

Les aliments acidifiants eux sont parfois très utiles au corps, par contre.

 

Seule solution, les bonnes proportions qui autorisent à manger ce dont nous avons

réellement besoin, sans pour autant nourrir la mauvaise flore.

Ces proportions sont elles aussi fondées sur des études scientifiques

multiples, et cliniques. Dont l’efficacité est prouvée.

 

Vous comprenez maintenant pourquoi je n’ai pas présenté l’objectif du programme ASI

comme étant de tuer les candidas.

Même s‘il l’est naturellement puisqu’il a pour objectif d’être anti-inflammatoire

en rééquilibrant la flore.

Mais cela serait très insuffisant, si en parallèle il ne reconstruisait pas la

muqueuse grâce à des aliments spécifiques.

 

Finalement, ne s’obstiner qu’à tuer les candidas, c’est se condamner à être

en guerre perpétuelle.

C’est une drôle de vision de la santé, pas très harmonieuse ni naturelle.

 

 

Be Sociable, Share!

25 réponses à Tuer les candidas ou les décourager ?

  • Humblet dit :

    Merci très bel explication que pensez vous des légumes raccordements fait maison pour rétablir la flore intestinal à bientôt et bonne continuation

  • Cédric dit :

    Bonjour marie,
    merci pour ce nouvel article aux belles illustrations, et aux vérités peu rassurantes qu’il est nécessaire de rappeler!
    Vous travaillez sur un nouveau site qui complètera votre blog?
    Bonne journée,
    Cédric

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Cédric,

      Oui, les candidas font partie de cette mauvaise flore qui nous détruit si on ne s’en occupe pas.
      Et en silence, en se faufilant discrètement partout.
      Il est maintenant prouvé qu’ils sont tout aussi dangereux que les pires produits chimiques.

      Et les symptômes qui leur sont attribués (Infection de candidas) sont tous prouvés, reconnus.
      Vivre avec ces symptômes sans se demander quelle est leur cause ne va pas dans le sens d’une bonne santé pour l’avenir.
      La situation est plus que difficile à vivre quand les toxines des candidas ont envahi les tissus.
      On appelle ça des maladies et pas des droles !
      Réagir avant est la seule solution.

      Oui un nouveau site plus spécialisé va naître sous peu.
      Il bouge déjà beaucoup !

      Bonne journée.
      Marie.

  • frédérique dit :

    bonjour Marie,
    j’imagine que les légumes fermentés sont aussi à éviter dans le cas dé candidose ? je vous remercie pout ce travail,
    Frédérique

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Frédérique,
      Pour quelle raison ? Non.
      Mais il faut une méthode qui ne laisse pas passer de levures sauvages dans le bocal.
      Et puis il faut respecter certaines quantités.
      Gare aux vidéos youtube.
      Marie.

  • sandrine dit :

    Bonjour Marie, grâce à vous et à tous vos conseils ma fille, qui avait de gros problèmes d’apprentissages à l’école, a vu ses capacités augmenter depuis que l’on a ôté le gluten de son alimentation, la preuve est là !!

    Plus d’eczema sur sa peau, plus de douleurs digestives pendant les repas… donc oui je suis convaincue que le gluten est mauvais MAIS j’ai bien cru perdre mon sang froid quand un certain couple d’animateur à la télé à diffusé une émission en expliquant que la plus part du temps les symptômes étaient psychologiques et que pire, bannir le gluten, pouvait très vite se révéler dangereux et être à l’origine de diabète… deux personnes m’en ont parlé, les bras m’en sont tombés !!! Mais diable par quels mécanismes est ce qu’un truc comme ça serait possible ??? mon dieu, il y a encore beaucoup à faire, n’est ce pas ??

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Sandrine,

      Je suis très heureuse vraiment pour votre fille.
      Sa vie devient plus agréable, et la vôtre aussi !
      Il faut la féliciter, parce que c’est tout sauf simple d’y parvenir.

      Les anti-corps au gluten ont disparu si elle n’en a plus mangé pendant les derniers 23 jours. Parfait.
      Ce qui explique la disparition des symptômes.
      Mais n’oubliez pas que la « machine » à fabriquer ces anti-corps, la matrice en quelque sorte, est prête à déclencher à nouveau leur fabrication dès la moindre molécule de gluten.
      C’est à vie, comme pour tout le monde.

      Soutenez-la vraiment pour qu’elle ne reprenne jamais, ce serait très dommage pour elle.
      D’autant plus que les dégâts au niveau muqueuse, flore et inflammation ne peuvent pas disparaître très vite.
      Il faut consolider bien sûr.

      Je vois bien votre réaction !
      J’ai récemment lu sur internet deux articles révoltants réellement, de nutritionnistes et autres experts en je ne sais pas quoi. Peut-être la même source ?
      Là aussi ne pas manger de gluten est dangereux, entraîne des maladies…
      Vous avez raison d’être en colère et si vous pouvez parler de votre fille autour de vous, vous rendrez service à quelques esprits plus ouverts que la moyenne.

      Les études existent par milliers, accessibles à tout le monde, depuis dix ans au moins elles s’accumulent, qui prouvent le danger inflammatoire du gluten, son lien direct avec les maladies auto-immunes, dégénératives, neurologiques, intestinales bien sûr, etc.

      On est mauvais en langue étrangère en France, mais quand il s’agit de professionnels de la santé, ils pourraient au moins se faire traduire les études!

      J’ai acheté toutes les conférences, livres et autres travaux publiés par les plus grands chercheurs internationaux spécialistes du gluten.
      Les Dr Tom O’Bryan, Aristo Vojdani, Alessio Fasano (problable prix Nobel pour ses découvertes au sujet du gluten et de ses effets sur la muqueuse),
      Et tous ceux que je ne vais pas passer mon temps à lister ici.
      Sans oublier celui par qui tout a commencé, le Professeur Michael Marsh, anglais qui le premier a publié en 1992 une étude qui prouvait les effets du gluten dans l’intestin grêle.
      Je ne parle donc pas en l’air.

      Et pendant ce temps en France on nous influence pour en manger encore et encore.
      Epilepsie, autisme, Parkinson, Alzheimer etc. etc. sans parler des troubles intestinaux, articulaires, la fameuse fibromyalgie et j’en passe, tous ces troubles s’améliorent avec éviction du gluten et réparation de la muqueuse.
      Il suffit pour le savoir de découvrir les études cliniques et scientifiques.

      Aujourd’hui une lectrice, du genre plus arrogant que futé, s’est désinscrite de mon blog : travail pas sérieux.
      Une imbécile qui doit prodiguer de dangereux conseils à prix d’or !

      Donc l’amélioration des résultats scolaires de votre fille est complétement cohérente avec tout ce que j’ai lu et entendu de la part de grands savants.
      De médecins et naturopathes qui sont plongés eux dans la science la plus pointue.
      Et pour l’eczéma c’est connu depuis longtemps.
      Surtout, qu’elle continue et que toute la famille s’y mette.
      Ils vous remercieront quand ils seront adultes.
      Peu d’enfants auront cette chance !

      Il faut bien se faire plaisir me disait une autre dinde arrogante récemment.
      Après cancer du sein…
      Faut pas réfléchir surtout, on courrait le risque de faire du bien à sa santé !

      Merci Sandrine pour votre fille et bravo.

      Marie.

  • DJEMILA dit :

    Bonjour Marie merci de nous aider a a etre plus forts que les candidats et ne plus jamais etre envahis en depit d un regime draconien depuis plus de deux ans pas de gluten pas de laitage pas de de sucre pas de viande j en suis encore malade mais je ne me laisse pas faire je m informe et essaie de garder le dessus … j ai tt essaye je mange de l ail cru tous les jours depuis plus de vingt ans mais pas de cafe pas de laitage c frustrant de ne manger que du riz et des fruits ….Alors y a t il une issue ,? merci de m en affranchir car a Alger IL N YA PAS BEAUCOUP DE COMPLEMENTS ALIMENTAIRES POUR SE SUPPLEMENTER MERCI de votre aide Djemila

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour Djemila,

      Première chose, aucun besoin de compléments quels qu’ils soient pour changer le milieu intestinal.
      C’est-à-dire pour que la muqueuse soit moins accueillante aux candidas.
      Comme je le dis dans l’article.
      Il faut augmenter votre bonne flore ce qui réparera petit à petit la muqueuse et fera reculer candidas et inflammation.

      Je ne voudrais pas vous décourager, mais vos choix alimentaires ne vont peut-être pas dans le bon sens…!
      Il y a des tas d’autres alimets à manger qui permettent de changer la flore et réparer la muqueuse.
      Rien à voir avec un régime de famine.
      Mais le riz et la plupart des fruits (très sucrés) nourrissent les candidas !
      Il faut cesser ce régime qui ne vous aide pas.

      Avez-vous écouté ma conférence ?
      Si j’ai créé un programme c’est justement pour changer la flore, faire reculer les candidas et autres mauvaises bactéries.
      Et réparer un peu les dégâts.

      Bien sûr qu’il y a une issue, ce que j’explique dans l’article.
      Puisqu’une catégorie d’aliments que j’apprends à consommer dans le programme, sont capables de faire reculer les candidas.
      Et petit à petit d’éliminer les toxines qu’ils ont laissées dans les cellules.
      Ce qui est le pire dans l’affaire.

      Marie.

  • Laurence Delaunay dit :

    Bonjour
    Je suis nouvelle sur votre blog qui est très intéressant.
    Je veux juste apporter ma petite pierre perso ☺️
    Arrêt total de tous les sucres depuis début mars. Je « trainais »un psoriasis pénible et affreusement inesthétique, comme vous le supposez bien, depuis 20 ans.

    Avec cet arrêt, mon psoriasis a quasiment disparu!!! Encore quelques traces aux coudes, dans le dos et le cuir chevelu, sur les chevilles. Mais c’est flagrant. Il s’en va!!

    Alors les conneries que le gluten n’est pas nocif, ils peuvent aller se faire cuire un oeuf!!!
    Pour le plaisir, je m’autorise une tartine de pain bio une ou 2 fois par mois avec un bon fromage…je sais, ce n’est peut être pas bien mais c’est si bon….la seule chose que je regrette….pour le reste plus aucun sucre, donc aucune céréales, ca ne me manque pas du tout. Instinctivement j’en mangeais très peu avant….mais surement encore trop.

    Par contre, je regrette les légumineuses…que je ne peux plus consommer non plus, et qui,me donnent des crises de colites horribles…Est ce autre chose?

    • Marie Kelenn dit :

      Bonjour,

      Si je comprends bien vous n’avez pas de sources végétales de protéines, que des sources animales ?
      Vous avez adopté une forme de régime paléo ?
      Qui est puissamment inflammatoire à terme.

      Je me dois donc de vous dire ce qu’il en est réellement et pourquoi vous devriez réfléchir à l’état réel de votre corps.

      Les acides gras animaux, même s’ils peuvent être nécessaires dans certains cas et (ou) pour certaines personnes, nourrissent tous la mauvaise flore, surtout donc les candidas.

      De plus comme dit dans l’article votre corps a absolument besoin de certains sucres, surtout ceux qui ne nourrissent pas la mauvaise flore.
      Or vous en manquez obligatoirement.

      J’espère que vous savez que le psoriasis est une maladie auto-immune, tout comme la colite d’ailleurs !
      Ce qui suppose que votre muqueuse intestinale est nécessairement trop poreuse.
      Toutes les études effectuées par la médecine fonctionnelle, scientifiques et cliniques le prouvent : pas de maladies auto-immunes sans muqueuse intestinale trop poreuse, et donc sans inflammation intestinale.

      En réalité en supprimant le sucre de manière si drastique, sans chercher à réparer votre muqueuse et à changer votre flore, vous ne faîtes qu’agir sur les symptômes.
      La preuve, dès que vous mangez même une seule fois des légumineuses votre colite se manifeste de manière horrible dîtes-vous.
      Ce qui n’est pas habituel du tout.
      Votre muqueuse continue donc d’être très inflammée.
      Ce qui est la porte ouverte à tous les ennuis de santé.

      De plus vous raisonnez en termes de symptômes, « la colite c’est autre chose » ?
      Mais non, tout est lié dans votre corps, tout vient de votre intestin inflammé.

      Vous masquez pour l’instant seulement des symptômes.
      Le processus auto-immun, qui explique le psoriasis, se poursuit en silence.
      De toute façon depuis mars ce n’est pas un recul suffisant pour l’auto-immunité.

      Quand on se contente d’agir sur les symptômes, surtout ici liés au processus auto-immun, on n’agit pas sur les causes et elles continuent d’agir.

      Pour vous cela signifie que le processus auto-immun s’attaquera un jour à un autre organe que la peau.
      Et d’ailleurs il avait commencé par la muqueuse intestinale (colite) et ensuite s’est attaqué à la peau (psoriasis).

      Honnêtement il faut savoir que vous ne faîtes qu’aggraver votre état, en ne jugeant que sur de symptômes actuels.
      Vous ne faîtes rien contre les causes.

      De plus vous mangez encore du pain et du fromage ?
      Vous n’avez pas du tout saisi de quoi vous souffrez, vous ne faîtes qu’écouter des conseils très répandus mais qui ne vous expliquent rien.

      Vous ne savez pas que la moindre molécule de gluten crée de l’inflammation au niveau de votre muqueuse pour 4 à 6 mois, selon l’état des personnes.
      Tout comme pour vous les molécules de fromage.
      C’est-à-dire que vous alimentez le processus auto-immun à l’origine de votre psoriasis.

      J’espère que vous réfléchirez car dire que le psoriasis s’en va c’est vous bercer d’illusions bien rassurantes et infiniment dangereuses pour l’avenir.

      Je publierai un article dès que possible pour donner toutes les preuves de ce que j’avance.
      Et n’oubliez pas, il y a des maladies auto-immunes bien plus dramatiques que le psoriasis.
      Ne les laissez pas se développer en vous.

      Marie.

  • nadia dit :

    Bonsoir Marie,

    tu nous abreuves encore de tes informations tellement utiles à notre santé. C’est vrai qu’avoir une flore intestinale équilibrée est une clé majeure de notre santé, de plus en plus d’études et de témoignages le prouvent. Mais comme tout problème d’équilibrage dans quelque domaine que ce soit cela nécessite un véritable doigté afin de trouver le juste milieu en tout.
    Personnellement je me bats encore pour retrouver une flore intestinale correcte. Après tant d’année d’essais divers et variés à rechercher par soi-même des solutions parce que les médecins ne s’étonnent même pas d’un intestin enflammé en permanence…

    Bonne semaine à toi Marie
    Nadia
    nadia Articles récents…Le jeûne intermittent : une solution minceur santéMy Profile

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Nadia,

      La flore est LA base de tout, santé physique et psychologique.
      C’est bien prouvé maintenant.

      Le problème c’est que justement les essais divers et variés sont souvent cause d’aggravation.
      Retrouver l’équilibre est alors plus long.
      Mais il y a toujours possibilité d’y parvenir, en tous cas de beaucoup améliorer la situation.
      Tu verras !

      Merci Nadia et à beintôt.
      Marie.

  • Didier dit :

    Bonjour Marie

    Merci pour toutes ces informations, encore une raison pour se servir moins du four, après les tempèratures trop hautes qui sont à éviter, si les farines sont à réduire = moins de temps en cuisine !
    tu évoquais les fruits secs, trop chargés en sucre,pour les dattes c’est pareil à moins d’en trouver des fraiches ?
    belle journée Marie !

    Didier

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Didier,

      Le four ? Presque 20 ans que je ne m’en suis plus servie.
      Je n’y songe même plus, je ne le vois même plus !
      Tellement mieux pour la santé.
      Et gain de temps en effet.

      Les fruits secs sont tous très sucrés, dattes en particulier.
      Fraîches ou pas.
      Merci et à bientôt.

      Marie.

  • Danielle dit :

    Bonjour marie !

    Personnellement je voudrais témoigner que le programme ASI, même s’il comporte des contraintes auxquelles nous n’étions pas habituées, est un remarquable programme de santé. Bien sûr il faut effectuer des changements et éliminer gluten et produits laitiers, entre autre, ce n’est pas facile (notre inconscient d’ailleurs, qui a horreur du changement, ne nous y aide pas beaucoup), mais le résultat est un changement total au niveau santé, bien-être, dynamisme, moral, etc. J’en suis une preuve vivante (ancienne fibromyalgique), et désormais je ne changerais pour rien au monde la délicieuse façon dont je me nourris ! Oui, délicieuse… Car, contrairement à ce que croient certaines personnes qui me demandent ce que je peux bien manger, et comment, je réponds qu’apprendre à bien se nourrir est déjà un plaisir en soi et que de le faire, ne prive aucunement les papilles des gourmands… Il faut juste apprendre et découvrir d’autres aliments, d’autres façons de cuisiner, et avoir un peu d’imagination. Et je vous jure, quand on aime manger, l’imagination vous vient au galop, parole de bonne vivante !

    Encore merci Marie de ce que vous faites, c’est un travail énorme, chapeau !
    A bientôt
    Danielle

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Danielle,

      Je savais que vous étiez satisfaite du programme, mais je ne savais pas que vous en aviez obtenu tant de bienfaits.
      Cela me fait vraiment plaisir.

      Je ne savais pas non plus que vous aviez été fibromyalgique.
      Et maintenant toutes ces douleurs, fatigue etc. ont disparu ?
      Je comprends que vous ne vouliez pas revenir à vos anciennes habitudes !

      Quand je pense qu’une jeune femme fibromyalgique m’a littéralement insultée l’an dernier, car je lui avais dit que la fibromyalgie était liée à l’inflammation chronique !
      Elle est même inscrite sur la liste des maladies auto-immunes.

      Vous au moins vous avez compris !
      Même si ce n’est pas facile de supprimer ce qui crée cette inflammation.
      Mais ce n’est qu’une affaire d’habitude.
      On se sent tellement mieux en respectant son corps.

      Le jour où enfin les gens sauront que le gluten entretient en eux une inflammation puissante, destructrice…
      Et cela chez nous tous, puisqu’aucun humain ne peut digérer le gluten.
      Etudes scientifiques à l’appui.

      Moi aussi j’aime manger, vraiment !
      Et j’ai de l’appétit, je ne picore pas.
      Je sais donc bien que l’on peut être très heureux à table et se faire tout le bien possible.
      Et préparer des tas de trucs très bons.
      Mais chacun choisit ses malheurs, son avenir.

      Je suis heureuse pour vous, je sais ce que signifie la disparition, ou même seulement la diminution, de tous ces handicaps quotidiens à une existence normale.
      Bravo en plus d’avoir été capable de faire le choix d’aller bien.
      Parce que c’est un choix, et qu’il faut assumer.

      Je vous remercie à mon tour d’être venue en témoigner ici.
      Bonne soirée Danielle.

      Marie.

  • Ping : Problèmes de vue et fonctionnement du foie - Nourriture-SantéNourriture-Santé

  • frédérique dit :

    bonsoir Marie, j’aimerais savoir si votre programme tient compte des intolérances alimentaires : j’ai de gros problèmes liés à l’histamine ( qui je le sais sont liés à mon état d’inflammation et à l’état de ma flore intestinale, le cercle vicieux habituel, symtômes auto-immuns etc…) ce qui m’empêche de profiter des bienfaits des légumes fermentés entre autres.
    Je vous souhaite une bonne nuit ;-)

    • Marie Kelenn dit :

      Bonsoir Frédérique,

      Je vais pouvoir vous dire ce que j’ai appris au sujet de l’histamine dans la formation que j’ai suivie concernant l’utilisation des aliments probiotiques.
      Dont les légumes lacto-fermentés.

      L’histamine est en fait naturellement produite par notre système immunitaire.
      Et de nombreux aliments en contiennent, pas seulement les légumes lacto-fermentés.
      Tomates, chocolat, certains fromages, sardines en boîtes, vanille, épinard, aubergine, les eoufs etc. en contiennent beaucoup.

      Il y a problème seulement quand le corps n’est pas en mesure d’éliminer cette histamine quand elle est en excès.
      Et ce sont des enzymes contenues dans l’intestin grêle qui sont prévues pour l’éliminer.
      Il est donc utile de renforcer la production d’enzymes dans l’intestin grêle.
      Par des fibres végétales spécifiques qui constituent la base du programme ASI justement.
      Car ASI a pour première mission d’améliorer le pouvoir digestif pour que la santé intestinale s’améliore ensuite.
      Donc d’augmenter cette production d’enzymes.

      Les enzymes digestives du commerce ne peuvent pas résoudre le problème, il faut deux enzymes très spéciales produites par le corps lui-même.

      La solution pour vous est de commencer par éviter autant que possible les aliments qui contiennent beaucoup d’hsitamine.
      Et lorsque les enzymes qui les éliminent seront plus nombreuses, alors vous ferez un essai avec un petit peu d’un aliment riche en histamine.
      Et vous verrez la réaction.
      Car si vous supprimez ces aliments vous allez devoir en supprimer énormément, et comme toujours vous ne réglerez que les symptômes, pas les causes.
      J’espère que cette explication est claire.

      Mais retenez que l’histamine en soi n’est ni bonne ni mauvaise, notre corps la produit.
      Le problème c’est le manque d’enzymes pour l’éliminer.
      Et pour que cela change il faut changer d’alimentation, car c’est elle la responsable du manque de ces enzymes.

      Sauf si le manque d’enzymes est génétique.
      Le savez-vous ?
      Avez-vous toujours été intolérante ou pas à l’histamine ?

      Bonne soirée.
      Marie.

      • Frédérique dit :

        Bonsoir Marie,
        j’ai très bien suivi vos explications qui sont très précises.Je viens de comprendre aussi qu’un simple régime d’éviction ne règle rien et se contente d’empêcher les symptômes de se produire.Je crois que mes problèmes d’histamine se sont aggravés à la puberté -laquelle est loin derrière moi ;-)- mais il me semble que j’avais déjà enfant des réactions anormales à beaucoup de choses.J’ai eu une péritonite carabinée à l’âge de 8 ans et je pense que mes ennuis ont commencé là ( en même temps ça devait pas être la grande forme avant si on applique votre raisonnement tout à fait logique).Merci de votre approche pédagogique,
        Frédérique

      • Marie Kelenn dit :

        Bonjour Frédérique,

        Il ne s’agit donc pas d’une déficience génétique, et heureusement, car il n’y aurait rien à faire !
        Sinon vous n’auriez jamais pu avaler un oeuf , du chocolat ou une tomate (etc.) sans une réaction d’intolérance forte.
        Et ce dès la naissance.
        Vous pouvez donc faire quelque chose en augmentant le nombre d’enzymes de votre intestin grêle.

        Vous avez bien saisi, les régimes d’éviction sont séduisants, je supprime tel ou tel aliment et tout va mieux.
        C’est une réaction nécessaire (dans un premier temps au moins) mais qui ne règle rien.
        Pire, qui laisse les vraies causes continuer d’agir ne silence.

        Et manquer d’enzymes digestives cela concerne aussi d’autres enzymes digestives nécessaires pour digérer d’autres aliments.
        Ce qui ne provoque pas de réaction d’intolérance le plus souvent. On ne s’en doute pas, c’est plus ennuyeux.

        Quand on sait que mal digérer entraîne la fermentation des aliments non digérés et donc de nourrir directement la mauvaise flore…
        C’est le cas de la majorité des gens qui se contentent de prendre des médicaments pour digérer ou des compléments alimentaires.
        Pour cacher le problème.
        Et qui se réveillent le jour où on leur annonce qu’ils ont tel ou tel trouble sérieux, candidose souvent ou maladie inflammatoire de l’intestin.
        Sans parler de ceux liés à l’inflammation chronique.

        Bonne journée.
        Marie.

  • frédérique dit :

    bonsoir Marie,
    eh bien c’est tout à fait ce qui m’est arrivé et je n’ai pas compris comment j’avais pu tomber malade alors que je m’étais mise depuis des années à une alimentation soi-disant saine etc…j’avais aussi beaucoup sous-estimé le stress ce poison!…
    Je vous remercie de prendre tour ce temps pour nous informer ,
    Frédérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Profitez de l’été pour aider votre foie !






 Recevez chaque nouvel article dans votre boîte mails

ainsi que la formation  :

« Détoxication du foie »

réservée aux abonnés